Philippe Mellot

  • Paris est la ville du monde où l'on trouve le plus d'églises et autres édifices religieux. Durant des siècles ces chefs-d'oeuvre de l'architecture furent édifiés, détruits puis reconstruits, agrandis, modifiés, dégradés, souillés, pillés. et souvent démolis définitivement. Ainsi, sur la vingtaine d'églises encore présentes dans l'Île de la Cité à la fin de l'ancien régime, il n'en reste aujourd'hui que. deux : Notre-Dame et la Sainte-Chapelle. De même, la plupart des abbayes, chapelles, cloîtres, monastères et prieurés plusieurs fois centenaires verront leur activités interdites pendant la Révolution avant d'être vendus à l'encan. À la même époque, les quelques deux cents cimetières du vieux Paris seront pour la plupart désaffectés et les ossements déposés dans les catacombes.
    Cet ouvrage présente un grand nombre de ces édifices religieux aujourd'hui disparus sans oublier ceux qui ont survécus aux injures du temps en les restituant dans leur décor, aux XIXe et XXe siècles. En effet, loin de se cantonner à de simples représentations de ces merveilles, l'auteur les replace dans leurs quartiers, au centre de la vie quotidienne des Parisiens.
    Riche de très nombreuses anecdotes surprenantes et découpé en 20 arrondissements, ce volume est illustré par 500 documents anciens, du XVIIe siècle aux années 30 : photographies, dessins, gravures. Des documents rares et souvent exceptionnels proposés en N&B et en couleur.

  • S'immiscer dans la Vie secrète de Montmartre des dernières années du XIXe siècle, c'est avant tout atteindre les sommets de la Butte et y découvrir un village modeste, tranquille et silencieux, formé de rues étroites et tortueuses qu'environne un vaste décor bucolique constitué de moulins, de sources, de fermes et de guinguettes ou cabarets immortels comme Le Lapin Agile ou Le Moulin de la Galette.
    Avec ses peintres, ses poètes, ses grisettes et les mille personnages savoureux peuplant la zone du Maquis, qu'ils soient bohèmes, chiffonniers, marchands de peaux de lapin ou rempailleurs de chaises, le « Haut Montmartre » avec ses valeurs mélancoliques et fantasques domine alors le « Bas Montmartre », un monde contraire où s'agitent chansonniers, musiciens, fêtards, chasseurs, boxeurs, souteneurs, marchands de drogues, déclassés et même quelques peintres, transfuges du « monde d'en Haut » ou bien voluptueux disciples du Boulevard dont Toulouse-Lautrec ne fut pas le moindre ! Des milliers d'anecdotes et de témoignages réunis à des centaines de photographies, pour beaucoup inédites, composent cet ouvrage qui a trouvé le ton juste pour conter l'univers insolite de Montmartre, immense réceptacle de joies, de talents et d'imaginations, et perpétuel instantané de l'Âme parisienne, qu'elle soit riche ou misérable.

  • Le Second Empire a vu la transformation radicale de la capitale. Sous la férule d'un maître d'oeuvre visionnaire, le baron Haussmann, le vieux Paris romantique et sombre s'est changé en ville lumière. Un bouleversement quand on sait que la cité avait conservé la même apparence pendant plusieurs siècles : labyrinthe de ruelles obscures et insalubres, enchevêtrement de venelles tortueuses... Bien difficile, à la contempler aujourd'hui, d'imaginer quelle était la physionomie de la ville... Et pourtant, ce fantastique et précieux ouvrage nous la révèle. Né en 1816, le photographe Charles Marville a entrepris, de 1854 à 1865, d'immortaliser cette ville en photographiant scrupuleusement les rues vouées à la démolition. Près de 500 documents exceptionnels pour une promenade unique au coeur de notre patrimoine historique. De quoi ravir et ensorceler tous les flâneurs, qu'ils soient ou non Parisiens.
    Livre de référence pour la période du Second Empire et les transformations effectuées à Paris par le baron Haussmann, voici la réédition attendue d'un classique du genre dont la somme des tirages successifs depuis 1991 dépasse les 50 000 exemplaires.

  • Complément indispensable de Paris Disparu, 1er au 10e arrondissement, ce second volet concerne plus spécialement les villages et faubourgs annexés à Paris en 1860 par Napoléon III. Par le biais de ces nouveaux territoires, Paris, qui s'étend désormais jusqu'à l'enceinte fortifiée de Thiers (les fortifs), construite de 1841 à 1844 afin de la protéger des invasions, va prendre une nouvelle physionomie à la fois bucolique et provinciale.
    Avec cette annexion, Paris s'est enrichit de nouveaux quartiers populaires au charme puissant que l'urbanisme des années 60 et 70 fera en grande partie disparaitre après seulement un siècle d'existence en troquant ses rues bouillonnantes de vie et à échelle humaine contre d'angoissantes cités sans âmes.
    À travers plus de 300 photographies inédites, saisies entre 1917 et 1973, une exploration unique de ce monde sacrifié dont l'architecture n'était pas jugée assez exceptionnelle pour échapper à la frénésie des promoteurs.

  • La mère Cloporte, Cunégonde Grimard, Marie la Malice, Poil aux Pattes, Tampon et l'Anguille, La Colique...
    Tous ces marginaux magnifiques de laideur et d'humour appartiennent à la vaste galerie de personnages, surgie des bas-fonds, que nous faisons revivre dans ces pages. A leurs côtés sont réunis quelques stupéfiants héros de la vie parisienne : chiffonniers, saltimbanques, cabaretiers, camelots, éleveur d'escargots, professeur de cris, montreur de lièvre, réveilleuses, chasseurs de chauves-souris, fabricants de chapelure, d'asticots ou d'os de jambonneau...
    Des entrepreneurs à l'imagination prodigieuse dont les pratiques ont, pour la plupart, disparu des rues de la Capitale. Ces caractères si pittoresques, nous les avons traqués dans les quartiers populaires jusqu'aux barrières de Paris où s'étendaient les paysages étranges et désolés des bords de la Bièvre, des fortifs, des carrières d'Amérique ou encore des cités de chiffonniers. Avec ces Vies secrètes s'ouvrent les portes du monde émouvant de la vie populaire et misérable du Paris d'il y a quelque cent ou cent cinquante ans.
    A deux pas des salons aristocratiques ou à ta mode, des restaurants huppés et des cafés littéraires, grouillait ce petit monde de ta rue et des échoppes, celui des Parisiens modestes qui oeuvraient avec une énergie obstinée à leur survie. Des hommes, des femmes, des enfants... dont les chroniques réunies ici relèvent de la plus bouleversante humanité. Près de 400 photographies, dessins et affiches, pour beaucoup inédits, illustrent cette exploration des quartiers pauvres et ténébreux de la Capitale : voici la " ville lumière "...
    Comme vous ne l'avez jamais vue !

  • Une promenade de la place Maubert et sa potence à la rue de l'Odéon et ses librairies, en passant par la rue Galande, la rue Mouffetard et le célèbre boul'Mich. Des nombreux témoignages d'auteurs comme Louis Sébastien Mercier, Gustave Le Rouge, et Georges Renault, ou encore Balzac sont illustrés de centaines de photographies d'époque.

    Bien avant de devenir un quartier à la mode, le Quartier latin fut longtemps peuplé de poètes, d'étudiants, d'ouvriers, de petits artisans, de bourgeois, d'escarpes, de révoltés et autres braillards qui y menaient une vie mouvementée, loin des splendeurs rutilantes des Grands Boulevards. Chaque place, chaque ruelle et chaque cul-de-sac rappelle ces existences agitées : la place Maubert et sa potence, son bûcher et son marché aux mégots ; la rue Galande et ses bouges à faire frémir ; la rue Mouffetard et son marché pouilleux, repaire de chiffonniers et de clochards, ou encore le boul'Mich et ses terrasses où coexistaient joyeusement fêtards rupins et artistes sans le sou. Dans les cafés, avec Verlaine comme porte-étendard, écrivains et chansonniers avaient le verbe haut, admirés par de pauvres poètes faméliques s'essayant à la vie de bohème alors que dans la rue, ou du haut de leurs fenêtres, les prostituées racolaient quelque provincial en goguette ou l'ombre furtive d'un pauvre bougre en mal d'amour. Riche de nombreux et saisissants témoignages illustrés par des centaines de photographies et de documents rares, La Vie secrète du Quartier latin vous propose une virée inédite à travers ces rues parfois inquiétantes qu'arpentent passionnément depuis des siècles des générations d'étudiants, d'artistes et de misérables à la recherche d'une vie meilleure.

  • Une version enrichie illustrée par 2500 documents d'époque dont 900 réservés à cette version enrichie (fichier Epub3.)La vie au quotidien des Parisiens durant toute la Grande Guerre. Un ensemble d'une richesse inouïe ! Des témoignages de première main. Paris en guerres 1914-1918 est le premier livre à dévoiler dans le détail, par l'image et les témoignages saisis sur le vif, ce douloureux épisode de notre histoire.
    Des témoignages rares, 1600 documents, dont de nombreux inédits : photographies, affiches publicitaires et d'information en couleurs, dessins satiriques et caricatures, illustrations issues de livres et de revues illustrant l'actualité...
    Mois par mois, " Sur le front ", des encadrés chronologiques qui permettent de replacer la vie à Paris dans le contexte général du conflit en France et dans le monde
    Des double-pages spéciales sur des sujets particuliers : la presse quotidienne, les magazines et la censure, la presse enfantine, la littérature de propagande, les appareillages pour les grands blessés...
    Comment vécurent ces Français de l'arrière - femmes, enfants, vieillards - dans la capitale bombardée, rationnée, envahie par les blessés que le front déverse sans discontinuer ?
    Malgré les mauvaises nouvelles qui les accablent jour après jour, les Parisiens vont traverser l'orage avec un moral, un courage et un humour inépuisables.

  • Paris disparu

    Philippe Mellot

    • De lodi
    • 1 Septembre 2008

    Depuis les transformations phénoménales effectuées sous le second Empire, la destruction de Paris s'est poursuivie, inexorablement.
    Sans doute, une ville doit grandir, évoluer... mais Paris semble être un cas à part. En effet, de façon excessive, voire absurde, la plus belle ville du monde est constamment défigurée ! Avec un acharnement mystérieux, des rues entières parfois, des hôtels historiques et des immeubles de style sont invariablement détruit au profit d'une architecture sans âme, identique quelque soit le point du globe, de New York à Singapour.
    A l'heure où le temps des destructions insensées semble arriver à son terme (vous pouvez ici en constater l'étendue), nous vous proposons de parcourir, par le biais d'environ 340 photographies anciennes et inédites pour la plupart (prises entre 1945 et 1930), les rues, venelles, impasses, passages, et boulevards du vieux Paris populaire et de retrouver ainsi plusieurs facettes de son vrai visage, follement romantique celui-là !
    Pour vous mettre en appétit, vous découvrirez en introduction un dictionnaire des restaurants parisiens des origines à 1950, enrichi par des menus de rêve et réunissant les petites et grandes tables de la capitale de la gastronomie.

  • Vivre à Paris est le miroir de Paris au XIXe siècle. A une savoureuse présentation des Parisiens succèdent sept chapitres qui nous conduisent à travers un Paris définitivement disparu... raconté par les auteurs du temps, aet bondamment illustré de photographies, de dessins et de gravures.

  • Pour entrer dans ce quartier haut en couleurs du Paris du XIX e siècle, de grands écrivains nous entraînent : Balzac, Dumas, Hugo, Nerval et surtout Zola... dont la fresque formidable qu'il consacre au Halles, Le Ventre de Paris, est une description unique de la vie intime et laborieuse qu'on y mène sous le Second Empire. La Halles de Paris ont été pendant huit siècles le coeur de ce que fut la capitale de l'Europe vantée par Victor Hugo, et malgré leur sacrifice, les vieilles rues survivantes, et elles sont nombreuses, restent les témoins solennels du caractère fascinant et singulier de ce monde disparu.

  • Comment vécurent ces Français de l'arrière - femmes, enfants, vieillards - dans la capitale bombardée, rationnée, envahie par les blessés que le front déverse sans discontinuer ? Malgré les mauvaises nouvelles qui les accablent jour après jour, les Parisiens vont traverser l'orage avec un moral, un courage et un humour inépuisables. Paris en guerres 1914-1918 est le premier livre à dévoiler dans le détail, par l'image et les témoignages saisis sur le vif, ce douloureux épisode de notre histoire.
    Des témoignages rares, 600 documents, dont de nombreux inédits : photographies, affiches publicitaires et d'information en couleurs, dessins satiriques et caricatures, illustrations issues de livres et de revues illustrant l'actualité... Mois par mois, "Sur le front", des encadrés chronologiques qui permettent de replacer la vie à Paris dans le contexte général du conflit en France et dans le monde.
    Des double-pages spéciales sur des sujets particuliers : la presse quotidienne, les magazines et la censure, la presse enfantine, la littérature de propagande, les appareillages pour les grands blessés...

  • Les gastronomes parisiens

    Philippe Mellot

    • Omnibus
    • 24 Septembre 2015

    Des grands restaurants du Palais-Royal et des Grands Boulevards aux gargotes et autres marchands d'arlequins des Halles, la gastronomie parisienne offrait hier de multiples visages, souvent élégants mais parfois terriblement sordides.
    Cet ouvrage en dresse un tableau amusé et réaliste, depuis la création par Boulanger en 1765 du premier restaurant au monde, jusqu'à la disparition, à la veille de la Grande Guerre, des tables historiques qui avaient fait accourir princes, artistes et courtisanes du monde entier.
    A l'heure où les Français renouent avec les valeurs de la grande cuisine qui ont fait de notre pays, depuis le XVIIe siècle, la référence culinaire mondiale, Les Gastronomes parisiens en dévoile les richesses et les faces cachées sous la forme d'un carnet d'adresses abondamment commenté, à la fois original et déconcertant.
    Les témoignages de la clientèle de ces restaurants et gargotes, le plus souvent des écrivains, des artistes et critiques du temps sont illustrés par près de deux cents documents rares ou inédits. Un festin d'images et d'émotions.

  • Avant que les fêtards, les touristes et les prostituées n'envahissent le bas Montmartre, la Butte vivait en famille, une vie de quartier avec ses commerçants bonhommes, ses enfants bruyants, ses petits métiers de la rue, ses fonctionnaires et ses déshérités, une sarabande de gens si ordinaires qu'ils ne doivent aujourd'hui leur survie qu'à quelques photos jaunies et anonymes. Nous avons retrouvé ces hommes et ces femmes sans nom, ces oubliés qui pourtant, pendant bien des années, ont été les voisins et peut-être même les amis de Willette, de Toulouse-Lautrec ou de Picasso.
    Commenté par les témoins du temps, peintres, journalistes, écrivains, cabaretiers, chansonniers et autres marginaux, voici l'extraordinaire album de famille des Montmartrois, au temps où coexistaient braves gens et artistes déjantés, une association naturellement créative qui contribua à donner à Montmartre ce caractère unique dans l'histoire du monde moderne.

  • Dans le Vent de l'Histoire...
    Depuis 1992, les Éditions du Triomphe font revivre les séries mythiques de notre enfance et découvrir de nouveaux auteurs, en particulier dans la collection Le Vent de l'Histoire.
    Renaissance pour une pléiade de dessinateurs...
    Blanchard, Breysse, Brochard, Bussemey, Chery, Cuvillier, Dubois, Forget, Gervy, Gloesner, Herboné, Iessel, Jijé, Jordic, Marie-Mad, A. d'Orange, Pesch, Pétillot, Pierdec, Probst, Quimper, Rigot...
    ... Et création de nouvelles séries.
    Balsa, Bar, Berteloot, Capo, Cenci, Chardez, Corteggiani, Declercq, Evrard, Faure, Garcia, Glogowski, Goux, Jarry, Le Honzec, Mankho, Michaud, Trolley, M. Uderzo, Vassaux...
    Le BDM revient sous sa forme la plus complète, augmenté d'environ 25 000 nouveaux albums.

empty