Yves-Marie Peyry

  • Un guide à l'usage de ceux qui ne veulent pas être des cyber-victimes : les individus, les citoyens, les décideurs, les organisations. Le ton et le contenu poussent toute personne utilisant des moyens informatiques à se sentir concernée et à comprendre, en plus des menaces sur les libertés individuelles et l'intimité (affective, patrimoniale...), les enjeux de plus grandes ampleurs (manipulations politiques, intoxication, rumeurs, cyberagression. cyber-espionnage...) contre lesquels il faut se prémunir. Au commencement il n'y a que quelques lignes de code contenues dans un fichier racine. Quelques impulsions électriques plus tard et nous sommes à la genèse d'un nouveau monde, un univers virtuel à dimension planétaire se crée sous nos yeux. Le cyber-espace se met en place. Nous lui donnons peu à peu les pleins pouvoirs sur notre monde réel et il finit par envahir notre quotidien. Nous lui confions, tout simplement, notre mémoire, notre présent et notre avenir... Mais, déjà, l'ennemi approche. S'infiltrant silencieusement dans les réseaux, constituant sa "quatrième armée" de combattants d'un nouveau genre, il prépare sa "guerre molle", sournoise, insidieuse.

  • Écoterrorisme, zadisme, altermondialisme, animalisme, sextrémisme.
    Depuis une vingtaine d'années, des mouvements contestant la société de consommation et le libéralisme apparaissent et agissent au nom de « l'éthique » et remettent en cause, parfois violemment, l'évolution des sociétés développées.
    Si toutes ces causes sont légitimes et s'expriment à travers des actions de contestation légales, on observe néanmoins que chacune a donné naissance à des groupes activistes, partisans d'actions violentes, ciblant en premier lieu les grandes entreprises et le « pouvoir de l'argent », et à des groupuscules terroristes, n'hésitant pas à recourir à des actions « armées » (agressions, attentats, assassinats) pour faire aboutir leurs idées.
    Ainsi sont apparus des mouvements ultraviolents, comme les Black Blocs, ou des groupes terroristes comme le Front de libération des animaux (ALF) ou le Front de la libération de la terre (ELF). Ces entités ont pris naissance et se sont développées outre-Manche ou outre-Atlantique, depuis le début des années 1990, où elles figurent sur la liste noire des organisations terroristes au même titre que Daesh ou Al-Qaïda. Elles ont conduit le FBI et Scotland Yard à créer des unités spécialisées afin de les combattre.
    Avec quelques années de retard, ces groupes ont pris pied en Europe continentale, puis en France. Si notre pays n'est pas encore touché par ce type de terrorisme, tout laisse craindre, dans les prochaines années, que ces mouvements développent des campagnes violentes dans l'Hexagone. Les événements de Tarnac, de Sivens, de Roybon et, surtout, de Notre- Dame-des-Landes, en sont les signes annonciateurs.

empty