Editions De L'aube

  • « Qu'elle évoque son enfance pauvre, le rôle assigné aux femmes, la casse dans l'agriculture paysanne, ses escapades de jeunesse en Bretagne ou ses réflexions de citoyenne face à l'univers politique, Irène Frain sait nous parler comme en confidence. À travers des textes ciselés, humains, d'une vérité frappante, la romancière montre un talent rare pour raconter avec un sens exacerbé du détail juste. Un regard perçant au service d'une écriture farouchement libre. C'est un don et un art que de savoir ainsi capter l'attention. Irène Frain nous fait un cadeau qui n'a pas de prix : une émotion sans pareille qui va avec la sincérité quand elle s'unit au talent. » Éric Fottorino

  • « J'étais immobile de stupeur comme si la Vénus fût descendue de son piédestal et s'était mise à marcher. C'est que pour la première fois alors je sentais mon coeur, je sentais quelque chose de mystique, d'étrange, comme un sens nouveau. J'étais baigné de sentiments infinis, tendres, j'étais bercé d'images vaporeuses, vagues, j'étais plus grand et plus fier tout à la fois. J'aimais. » À 15 ans, le jeune Flaubert s'éprend de Maria, une femme mariée qu'il rencontre sur la plage de Trouville. Écrits deux ans plus tard, ces Mémoires retracent cette passion amoureuse désespérée, mais livrent aussi le regard aigu et désenchanté du jeune homme sur le

  • "Dans la chambre, des ombres se profilent, mais je ne vois pas celle de Georg Henig. Jamais je n'ai ressenti la solitude aussi intensément". Ballade pour Georg Henig raconte une magnifique histoire d'amitié entre un vieux luthier tchèque, Georg Henig, et un enfant de ¬Bulgarie, Victor. Au-delà des sentiments et de la trans¬mission du savoir, c'est l'amour de l'Art qui est ici chanté, et nous ne sommes pas près d'oublier la chanson du bois dont sont faits buffet et violons...
    Un livre merveilleux et tendre, qui a obtenu dans son pays - où il est devenu un best-seller - le prix de la Meilleure Ouvre en prose. "Dans un récit à la fois réaliste et magique - où la description d'un quartier pauvre de Sofia alterne avec les dialogues du vieux Georg et de ses Ombres, tous les morts de son entourage qui viennent lui rendre visite chaque soir -, Victor Paskov raconte l'ultime sursaut du maître qui décide de créer un violon extraordinaire, son ultime oeuvre d'art, un violon pour Dieu.
    ? " Alain Salles, Le Monde "Cette Ballade est une petite merveille, un hymne à la musique en guise d'air de la liberté. C'est aussi un acte de combat, un livre politique dans le meilleur sens du mot [... ] Paskov sait brosser en quelques lignes des vignettes dignes de Woody Allen, extrêmement drôles et profondément mélancoliques. ? " Tzvetan Todorov, Le Nouvel Observateur "Il y a beaucoup de tendresse dans ce roman à la fois charmant et poignant.
    Beaucoup de désenchantement aussi. Et une amitié très forte entre un enfant et un vieillard, amitié qui débouche sur une sorte d'héritage non matériel : le don de l'amour d'un métier." Pierre Maury, Le livre du jour "Ce roman poétique et musical plonge le lecteur au coeur de l'âme slave. La joie et la mélancolie trouvent leur résolution dans une harmonie délicate, tout comme l'humour dont use Paskov tout au long d'une promenade largement autobiographique.
    " Béatrice de Villaine, Le Quotidien de Paris Victor Paskov, né à Sofia (Bulgarie) en 1949, diplômé du Conservatoire de Leipzig, était musicien, cinéaste et écrivain. Il est mort en 2009.

  • L'écologie est une donnée fondamentale de la pensée humaniste d'Edgar Morin. Précurseur dans les années 1970 avec un texte intitulé L'an I de l'ère écologique, le philosophe n'a cessé depuis de réfléchir, ajuster, chercher à convaincre d'une nécessaire "écologisation" de la politique française. Pour Edgar Morin, l'écologie politique ne doit pas se cantonner à la défense des animaux, ou uniquement aux effets du réchauffement climatique mais faire un tout concernant l'avenir de l'individu, de la société et de l'espèce humaine : l'Homme a besoin de la Terre qui a besoin de l'Homme. Face au développement techno-scientificoéconomique qui dégrade la biosphère et nous menace, il s'agit désormais de transformer nos vies et nos modes d'organisation. Telle devra être la nature de notre futur.

  • Lignes de fuite Nouv.

    « Certaines de ces pages semblent avoir été écrites hier. Elles expliquent comment, malgré tout, et lorsqu'on ne s'y attend guère, peuvent naître les printemps - dans la vie bloquée d'un individu ou dans un corps social paralysé par la crainte, l'oppression, la misère, le conditionnement, la terreur. Et comment des volontés enchaînées soudain se conjuguent, s'allient, s'encouragent, se libèrent, deviennent «mouvement» et trouvent la force d'oser l'impossible. » Robert Maggiori, Libération « Inédit de taille et de poids. » Michel Plon, La Quinzaine littéraire Félix Guattari (1930-1992), psychanalyste et philosophe français, est l'auteur de nombreux ouvrages, dont L'Anti-oedipe et Mille plateaux écrits avec Gilles Deleuze.

  • Tendre et doux souvent, âpre et violent parfois, l'amour maternel est une force qui peut tout emporter sur son passage. À travers les neuf nouvelles de ce recueil, les auteurs explorent différentes facettes de ce sentiment et dressent des portraits de mères, entre rires et larmes.

  • «?Il se rendit compte avec un tressaillement pénible qu'il y avait, à l'arrière-plan de son existence, une page de sa vie toute différente de celle où il l'avait rencontrée pour?la première fois.?» Lydia a quitté son mari pour Gannett. Les deux amants voyagent à travers l'Europe et vivent librement leur passion, mais le poids des conventions sociales a vite fait de les rappeler à la réalité...
    Waythorn et Alice reviennent à New York après leur lune de miel. Si pour lui c'est un premier mariage, Alice en est à son troisième, mais Waythorn n'en a cure... jusqu'à ce que les ex-maris de sa femme se présentent à sa porte?!
    Edith Wharton peint avec humour et justesse les portraits de femmes libres et modernes qui défient la société.

  • Après une enfance marquée par la guerre et les traditionnelles vacances en Auvergne, où elle apprend les savoir-faire du terroir tout en observant l'organisation des liens familiaux, Françoise Héritier choisit l'ethnologie pour formation intellectuelle et l'Afrique pour terrain d'étude. Spécialiste des systèmes de parenté et d'alliance, elle a également travaillé sur des sujets aussi divers que le féminin/masculin, l'inceste, la violence... Généreuse et passionnée, celle qui a inscrit l'anthropologie dans la cité s'est aussi engagée sur des questions de société cruciales, comme le sida ou la parité.

    Françoise Héritier (1931-2017), est une anthropologue et ethnologue française. Elle a succédé à Claude Lévi-Strauss au Collège de France, inaugurant la chaire d' étude comparée des sociétés africaines.

    Caroline Broué est productrice sur France Culture depuis 2007. Elle a créé en 2016, sur la même station, l'émission "La Matinale du samedi".

  • "Quatre dieux le considèrent sur son char tiré par des éléphants enguirlandés, et sont extasiés, à la beauté de ce mortel ; ils fondent de la voûte céleste et l'arrêtent au passage." Pour plaire à sa belle amie Méry Laurent, Stéphane Mallarmé réécrit quelques-uns des plus célèbres Contes et légendes de l'Inde ancienne, de l'orientaliste Mary Summer. Avec tout son talent, le poète met en scène une Inde légendaire et mystérieuse, dans laquelle princes et princesses usent d'enchantements et de sortilèges pour parvenir à leurs fins et trouver l'amour.
    Une invitation au rêve dans l'Inde éternelle.
    Stéphane Mallarmé (1842-1898) est un des plus grands poètes symbolistes. Il est l'auteur de L'après-midi d'un faune et d'Un coup de dés. Professeur d'anglais pour gagner sa vie, il a notamment traduit les Poèmes d'Edgar Allan Poe.

  • Gastronome et gourmet, Alexandre Dumas a parsemé ses romans de scènes de repas qui s'achèvent par de savoureux desserts?: baba au rhum, pain d'épices, gaufres et flans... Découvrez les meilleures recettes sucrées de son Grand dictionnaire de la cuisine et partagez un nougat avec le capitaine Pamphile, des glaces avec les héros de La San Felice ou encore des confitures en compagnie de la Reine Margot?!

  • Mai 1967, sur les bords du Tibre. Le groupe Potere Rosso est fin prêt à passer à l'acte. Les attentats s'annoncent spectaculaires. Mais la révolution n'est pas un exercice facile, surtout lorsque les attentions sont focalisées sur d'autres événements : la sortie de l'album Sgt. Pepper's des Beatles, la guerre des Six Jours en Palestine, les querelles intestines à l'ambassade américaine, la pusillanimité des communistes du Latium, les désordres gastriques du responsable local de la CIA, les cours de tango argentin dans les salons de Trastevere et les doutes existentiels de Pietrino Belonore, notre héros en croisade viscérale contre les soldats yankees. Sans compter que l'amour, quand il déboule, fait plus de dégâts que toutes les bombes à retardement...

  • «?Il veut ce qu'il y a de plus simple, que leurs regards se croisent et que se renouvelle ce qui a toujours été.?» D'une partie de foot au premier baiser, il n'y a qu'un pas que Giulia, la petite Milanaise, et Salvatore, natif de cette île italienne qui frôle les côtes africaines, franchissent avec allégresse. Mais lorsqu'ils font l'amour pour la première fois, avec une infinie douceur, une infinie tendresse, sur une plage connue d'eux seuls, et qu'ils voient surgir des vagues le corps ballotté d'un jeune garçon qui se cherchait un autre destin, c'en est fini de l'insouciance. La vie, dans sa complexité et sa violence, les saisit à bras-le-corps en leur offrant ce spectacle de la mort.
    Les tortues reviennent toujours est le genre de roman qui habite son lecteur, qui s'installe en lui pour longtemps. Sensuelle histoire d'amour, tragique récit de naufrages en Méditerranée : c'est la rencontre du fracas des vagues et de la douceur des murmures qui fait de ce texte une véritable pépite...

  • « La France. Nous allons y passer environ 700 000 heures chacun, y respirer 15 000 litres d'air par jour, y laisser deux enfants après 4 000 à 6 000 étreintes. Nous y travaillerons peu ou prou 70 000 heures après avoir fait, de plus en plus souvent, 30 000 heures d'études. Nous y perdrons nos parents vers 63 ans quand depuis dix ans déjà nos petits-enfants viennent pour les vacances. Près de 4 milliards d'humains se sont connectés sur internet depuis dix ans. 6 milliards de téléphones portables ont été vendus sur la planète. C'est cette humanité en train de faire terre commune qui est passionnante et explosive ! Car ce monde est vivant, créatif, changeant tellement vite que souvent on n'y comprend plus rien et qu'on se croit perdu. Mais il y a un fil, de nouveaux liens. Cherchons.»

  • Au lendemain des indépendances, Niwalie naît à Kinshasa, avant de grandir en République centrafricaine. Son père, chasseur de léopards, devient le garde du corps de la Première dame du pays... et disparaîtra bientôt de la vie de son enfant. Niwalie grandira essentiellement auprès de sa mère, puis donnera elle-même naissance à quatre filles. C'est donc une histoire de femmes que nous raconte ce livre.
    Sauf qu'il ne s'arrête pas là. C'est l'Afrique centrale des années 1970, son personnage principal. Un pays en proie à un empereur mégalo et tyrannique qui échange de grandes claques dans le dos avec "Végéheu, le roi de France". La violence, la pauvreté, la guerre, l'exil. La peur d'être une femme dans ce monde-là, la peur d'être la mère de quelqu'un dans ce monde-là, surtout quand ce quelqu'un n'est pas un homme.
    Sans jamais se départir de son humour et de sa poésie, Niwalie dresse le portrait au vitriol d'une société sur le point d'à nouveau basculer.

  • Dans le monde musulman comme en Occident, les féministes dites « laïques » et « musulmanes » s'allient pour trouver des réponses aux problèmes liés au changement du statut des femmes :
    Elles réclament une égalité entre les genres et s'engagent dans la vie politique, religieuse et culturelle pour faire évoluer les mentalités à partir d'un paradigme islamique. Malika Hamidi raconte ici les fondements théoriques et historiques de ce mouvement et sa mise en oeuvre actuelle, en s'appuyant tant sur des textes fondateurs que sur des exemples tirés de l'actualité. Son message est clair : la femme musulmane peut et doit s'engager dans le combat féministe.

  • " Il n'est rien peut-être de plus vietnamien dans l'esprit que la souplesse d'écriture de cet écrivain qui sait alterner langage cru et métaphore afin d'exprimer l'exil intérieur d'un être broyé par des années de boue et de plomb. " Philippe Franchini, l'Express.
    " C'est la vie quotidienne de son pays que raconte Nguyên Huy Thiêp dans le Coeur du tigre, mais il y est aussi beaucoup question de légèndes : elles brillent comme un tapis de chrysanthèmes sauvages sur une terre recouverte de larmes et de cendres. " André Clavel, l'Événement du jeudi.
    " Nguyên Huy Thiêp, le plus grand écrivain vietnamien d'aujourd'hui " Jean-Pierre Han, la Croix

  • « Le terme «populisme», comme avant lui (et toujours) celui d'extrême droite, nécessite, pour être utilisé avec pertinence, une définition académique aussi précise que possible. Telle est l'ambition, amplement réussie, de Cas Mudde et de Cristóbal Rovira Kaltwasser dans cet ouvrage, qui, fait rare, combine les perspectives européenne, nord-américaine et latino-américaine. Et retenons ce qu'il faut à tout prix éviter : faire des électeurs des partis populistes des citoyens ignorants et incapables. Il faut plutôt argumenter de manière raisonnable. C'est une approche à laquelle nous ne pouvons que souscrire. Elle suppose préalablement une connaissance fine et étayée du problème. Ce livre donne à chacun les moyens de l'acquérir. » Jean-Yves Camus, préfacier

  • La nuit de Noël, quand le monde entier célèbre la paix et l'amour, la Mort continue de rôder, tandis que ses acolytes, le crime et la peur, hantent les ténèbres...
    Sous la plume d'Erckmann et Chatrian, de Gaston Leroux ou de Maurice Leblanc, certains réveillons sont bien moins féeriques que d'autres et se chargent, même, d'une insoutenable tension !

  • François Flohic nous présente un Général âgé, inquiet pour sa famille, belliqueux et freiné par son fils et son Premier ministre. Il nous emmène avec lui dans la fugue à Baden, lieu de la fameuse rencontre avec le général Massu où tout pût basculer. D'ailleurs on constate que le monde a vraiment changé quand le Général cherche de son hélicoptère présidentiel... une cabine téléphonique pour appeler Massu !
    Témoin rigoureux et fin observateur, François Flohic relève et décrypte les signes de la stratégie que le Président échafaude pour quitter le pouvoir par la grande porte. Cinquante ans après, se replonger dans cette période et la regarder du point de vue de de Gaulle est absolument passionnant.

  • Nous sommes en Algérie, chez Maïssa Bey. Entre rêve et quotidien, elle nous promène dans son pays qui se débat sans fin dans ses contradictions - celles qui entravent les femmes, celles qui font que dans une société musulmane, le joug masculin ressemble à s'y méprendre à celui de Dieu. Les nouvelles de ce recueil ont toutes pour héroïne une femme qui se bat pour son identité, sa vie, sa liberté... même si celle-ci ne se rencontre parfois que dans la mort. T elle Salomé, chacune d'entre elles se dévoile dans son portrait tracé avec amour et tendresse par Maïssa Bey.

  • La jeune Katia s'ennuie et rêve de s'échapper de l'interminable hiver russe dans la propriété campagnarde de sa famille. Elle attend avec impatience les visites de Serge, un ami de son père. Peu à peu, il lui semble qu'il éprouve de tendres sentiments à son égard, mais que la différence d'âge l'inquiète. Finalement Serge se décide à la demander en mariage...

  • Paris, été 1960. Alors que la guerre fait rage en Algérie et que le Congo lutte pour son indépendance, Edgar Morin, sociologue, et Jean Rouch, cinéaste et ethnologue, vont enquêter sur la vie quotidienne de Parisiens pour tenter de comprendre leur conception du bonheur... Première question posée : "êtes-vous heureux ?" Les thèmes abordés sont nombreux : amour, travail, loisirs, culture, racisme, etc.
    Ce livre reprend le texte du film et en élargit le propos, il propose également une préface inédite d'Edgar Morin.

empty