Les Editions de Londres

  • On ne présente plus Arsène Lupin, le personnage créé en 1907 par Maurice Leblanc. C'est un des plus grands héros de la littérature française. Or, comme tous les grands projets, rien ne laissait escompter un pareil succès. Inspiré par le gentleman cambrioleur Raffles de Ernest William Hornung, par les nouvelles d'Edgar Allan Poe, et par la vie réelle de Marius Jacob (pour ne citer que les principales influences), Arsène Lupin naît sous la forme de nouvelles en 1907, bientôt réunies pour former le premier recueil de ses truculentes et insolentes aventures, "Arsène Lupin, gentleman cambrioleur".

  • Le "Voyage au centre de la terre" est pour certains le plus grand roman de Jules Verne. Les Editions de Londres sont plutôt de cet avis, mais surtout elles n'oublient pas que le « Voyage... » fait partie des vingt-sept ouvrages de la bibliothèque du Docteur Faustroll de Jarry. C'est vrai que dans le « Voyage... », tout y est : style impeccable, poésie, intrigue serrée, personnages fouillés, mythe de l'engloutissement, du retour aux origines, narration au découpage presque cinématographique, trouvailles, rebondissements, retournements, et chute inattendue. Ce qui commence avec un vieux manuscrit trouvé à Hambourg, contenant un document en caractères runiques, continue avec le secret d'un alchimiste Islandais, un volcan, un voyage souterrain de milliers de kilomètres, des grottes de cristal, forêts de champignons géants, animaux préhistoriques combattant dans une mer intérieure de la taille d'un océan, et se termine dans une apothéose à l'italienne. Voilà, un chef d'oeuvre.

  • L'Odyssée

    Homère

    L'Odyssée est un des plus grands livres de la littérature mondiale. C'est un poème épique d'Homère qui raconte le retour d'Ulysse à la fin de la guerre de Troie, son voyage, sa lutte contre les prétendants. Il aurait été composé oralement entre le Neuvième et le Huitième siècle avant Jésus-Christ. Le poème épique a été transcrit par écrit au Sixième siècle avant Jésus-Christ. Alors, pourquoi une nouvelle édition par [Les Editions de Londres ? Outre le fait qu'il s'agit d'un hommage, notre édition est basée sur la traduction de Leconte de Lisle faite en 1850, que nous avons modernisée. Nous avons utilisé l'orthographe moderne pour les noms de personnages, héros ou Dieux, et nous avons aussi modernisé les tournures obsolètes. Nous avons ajouté nombre de notes historiques et mythologiques. Nous avons aussi ajouté des titres et des sous-titres et établi un résumé de chaque épisode. Le passage du texte de L'Odyssée au résumé se fait par le lien R, et on retourne au texte de L'Odyssée par le lien O. En conclusion, notre édition de L'Odyssée-est la première édition digne de ce nom à l'ère numérique.

  • "Le tour du monde en 80 jours" de Jules Verne est un roman que l'on ne présente plus. Philéas Fogg et Passepartout sont un peu nos Don Quichotte et Sancho Panza, nos Jacques le Fataliste et son maître, des personnages devenus universels dans un roman si connu que l'on ne le lit plus tellement. Alors, Les Editions de Londres ont fait comme avec "Les tribulations d'un Chinois en Chine", elles ont truffé l'ouvrage d'illustrations originales. Pourquoi pas ?

  • "L'aiguille creuse" de Maurice Leblanc est le troisième des Lupin, et sans aucun doute l'un des plus sombres. Mais c'est aussi l'un des meilleurs. Tout commence avec un cambriolage où l'on ne vole rien, où ceux qui sont morts ne le sont pas vraiment, et quand le mystère s'épaissit, on comprend qu'il dissimule l'un des secrets les mieux gardés des Rois de France, transmis de Jules César à...Lupin. Le gentleman cambrioleur s'y montre à l'occasion pas si gentleman, et il emploiera tous les moyens pour se défaire de ses adversaires, Ganimard, Sholmès, et le jeune journaliste Isidore Beautrelet. Tout cela pour l'amour de celle qui la nuit où tout commence lui tira dessus. L'un des plus grands Lupin.

  • « Alcools » est un recueil de poèmes de Guillaume Apollinaire paru en 1913. Commencé en 1898, « Alcools » est le fruit de seize années de travail. Manquant d'homogénéité à la première lecture, « Alcools » impressionne par la diversité de ses thèmes, ses rythmes, ses sons et ses sentiments. Apollinaire y supprime parfois la ponctuation, apparemment inspiré par La prose du Transsibérien de Blaise Cendrars, et en cela pourrait être considéré comme le précurseur de la poésie française moderne. Mis en chanson à de multiples reprises, le recueil est l'un des plus célèbres de la poésie française.

  • « Du Contrat social » est un ouvrage de philosophie politique de Jean-Jacques Rousseau publié en 1762. L'idée centrale de l'ouvrage, c'est que les citoyens d'un Etat doivent s'unir pour se protéger et assurer leur liberté. Le contrat social, les liens unissant les citoyens entre eux, n'obéit donc pas à un droit naturel, mais est une convention, que tous doivent respecter pour que la société puisse fonctionner. Le livre fut interdit en France à sa sortie et valut à Rousseau des poursuites. Avec L'esprit des Lois de Montesquieu, Du Contrat social est le plus grand livre de philosophie politique des Lumières. Ce livre sera un ouvrage de référence pendant la Révolution française. Le texte reprend l'édition de Michel Rey de 1762 dont nous avons modernisé l'orthographe.

  • Tom Sawyer est né de l'imagination de Marc Twain. C'est un jeune garçon du sud des États-Unis vivant dans le Missouri. Le roman est en partie autobiographique mais Twain a aussi donné à Tom Sawyer des caractéristiques de ses camarades d'enfance. Tom Sawyer est devenu un symbole de liberté, même si Twain le présente de façon plus contrastée. Marc Twain décrit l'Amérique du milieu de XIXè siècle, puritaine, où dominent la morale conservatrice et la religion. On y retrouve l'Amérique esclavagiste du bord du Mississipi. Notre édition bilingue reprend la version anglaise de l'édition originale et la traduction française qui fut faite à l'époque par William-L. Hugues. Le passage de la version française à la version anglaise et réciproquement se fait à l'aide des balises se trouvant entre les paragraphes.

  • Bel-Ami

    Guy De Maupassant

    Bel-Ami est le plus célèbre roman de Guy de Maupassant. D'abord publié en feuilleton dans Gil Blas en 1885, « Bel-Ami » parait la même année chez Ollendorf. « Bel-Ami » décrit l'ascension fulgurante de Georges Duroy, un médiocre officier revenu d'Afrique du Nord, dans la société parisienne en utilisant non pas son intelligence, puisqu'il n'en a pas, mais l'attrait qu'il exerce vis-à-vis des femmes et son absence totale de scrupules. « Bel-Ami », initialement une critique de la société parisienne de son époque, reste extraordinairement moderne.

  • "Le dernier jour d'un condamné" est un roman de Victor Hugo écrit en 1829. Précédé d'une préface de 1832, "Le dernier jour d'un condamné" est un réquisitoire contre la peine de mort sans concessions, sans « oui, mais... » et autres nonsens communs. A vrai dire, le publier est un honneur, car il existe peu d'hommes qui possèdent la conscience morale de Victor Hugo. En 1829, être contre la peine de mort est quelque chose de radical, puisque le premier débat date de 1795. Il faudra encore attendre 152 ans pour que le voeu de Victor Hugo soit exaucé et que la peine capitale soit abolie.

  • Les Liaisons dangereuses est un roman par lettres de Choderlos de Laclos, publié en 1782, donc sept ans avant la Révolution. Les Liaisons dangereuses est un des romans les plus célèbres du Dix Huitième siècle, oublié au Dix Neuvième siècle, il est revenu à la mode au Vingtième siècle. Il est à la fois symbole des moeurs immorales de la noblesse pré-révolutionnaire, mais aussi un remarquable exercice de style, de composition de personnages par l'intermédiaire de styles distincts, un magnifique exercice de manipulation des âmes et des êtres, qui conduisent non pas à l'amour mais à la mort. Découvrez notre édition enrichie de notes, d'une préface originale et d'illustrations d'époque.

  • "Arsène Lupin contre Herlock Sholmès" est un roman de Maurice Leblanc paru en 1908. Il raconte la suite des aventures de notre gentleman cambrioleur, cette fois-ci aux prises avec son ennemi le plus formidable, le célèbre Herlock Sholmès de Scotland Yard ; l'occasion pour Maurice Leblanc d'offrir une revanche aux Français un peu échaudés par la signature d'une entente cordiale avec la perfide Albion un an plus tôt. Et ce sont Les Editions de Londres qui parlent : on aura tout vu !

  • « La Chartreuse de Parme » est un roman de Stendhal publié en deux volumes en Mars 1839, puis remanié et republié en 1841. C'est un roman tardif, écrit quelques années avant la mort de Stendhal. « La Chartreuse de Parme » est souvent considérée comme son oeuvre maitresse et son chef d'oeuvre. Fabrice del Dongo est amoureux des femmes, notamment de sa tante et de la fille de son geôlier. Il veut une vie d'aventures.

  • Germinal

    Emile Zola

    « Germinal » est un roman d'Émile Zola paru en 1885 dans la série des Rougon Macquart. Zola y décrit de façon romancée la vie des mineurs de charbon du Nord et s'inspire de la grande grève qui fut organisée dans les mines de la Compagnie d'Anzin au début de 1884.

  • Les confidences d'Arsène Lupin est un recueil de nouvelles de Maurice Leblanc paru en 1911. Dans ce recueil, Leblanc essaie de revenir aux origines truculentes et presque aériennes d'Arsène Lupin, affichant la volonté de se démarquer des romans sombres que sont L'aiguille creuse ou 813. Si les nouvelles varient par leur réalisme, leurs thèmes, leur rythme, on y retrouve le Lupin des débuts, celui de Arsène Lupin, gentleman cambrioleur ou de Arsène Lupin contre Herlock Sholmès, un esthète de la cambriole, un magicien du pied-de-biche, qui dans ce recueil se pique de plus en plus de résoudre des énigmes policières.

  • Au départ un roman écrit à l'occasion de la venue d'Alexandre II à Paris, "Michel Strogoff" est le plus grand roman de Jules Verne. A ses détracteurs, il y montre l'étonnante palette de ses talents littéraires et de conteur. "Michel Strogoff" raconte l'incroyable voyage du courrier du Tsar de Moscou jusqu'à Irkoutsk au beau milieu d'une invasion tartare. Ecrit d'une langue à la fois précise et riche, structuré comme une tragédie grecque aux élans oedipiens, truffé de rebondissements, de morceaux de bravoure, d'images qui restent collées sur la rétine, on ne s'étonne guère que "Michel Strogoff" ait réinventé ou même inventé le roman d'aventures, et ait sûrement renforcé la russophilie française de l'époque. On trouvera la carte du voyage de "Michel Strogoff" à la fin de la présente édition .

  • Frédéric Moreau, rentrant chez lui par le bateau qui remonte la Seine, aperçoit une femme, Marie Arnoux, dont il tombe follement amoureux au premier regard. C'est un amour impossible, car Marie est mariée et fidèle à son mari. Mais après cette rencontre, tout ce qu'entreprendra Frédéric sera dicté par cet amour.

  • Au Bonheur des Dames est encore un témoignage du caractère visionnaire de Zola. Outre d'être un des rares romans des Rougon-Macquart qui se finisse bien, Au Bonheur des Dames décrit l'essor des Grands Magasins au Second Empire. Même si vous n'aimez pas promener votre caddie dans les allées du C... le plus proche, Les Editions de Londres vous garantissent que vous n'en lâcherez pas votre tablette, et éditeur numérique innovant, vous offrent même leur garantie « satisfait ou remboursé ». Au Bonheur des Dames est un des meilleurs romans de Zola, et ce n'est pas que le roman des grands magasins, c'est aussi celui de la société moderne ; tout y est : exode rural, émergence de la classe moyenne, déshumanisation, capitalisme en essor, substitution de la prospérité matérielle au bonheur. Zola nous avait prévenu.

  • Candide

    Voltaire

    A notre époque, Candide, c'est l'oeuvre la plus célèbre de Voltaire. Il n'en a pas toujours été ainsi. Même pour des mortels comme Voltaire, moins condamnés à l'oubli que nous autres, on ne choisit pas vraiment son destin. C'est comme ça, on passe sa vie à se tromper, on se bat contre des chimères, on est trompé, bafoué, trahi, on espère, on est déçu, et on finit sa vie en revenant au point de départ. Comme ça, on regrette probablement moins. Et pourtant, il nous reste...Candide. En le lisant, on tient la main de dizaines de générations de lecteurs, et celles des générations à venir, on existe, par delà sa propre vie.

  • "Les Essais, Livre Un" est une oeuvre philosophique de Michel de Montaigne à laquelle il travailla de 1571 jusqu'à sa mort en 1592. C'est l'une des oeuvres les plus influentes de la culture française et occidentale ; c'est aussi le choix de lecture de François Mitterrand en 1981 pour symboliser sa présidence. Les Essais traitent de la société, de la vie, de la mort, de l'éducation, des coutumes, du bonheur, de l'amitié...Véritable fourre-tout philosophique plus que métaphysique, si les Essais commencent comme un ouvrage à la Sénèque, s'appuyant sur une tradition stoïcienne, s'inspirant de Plutarque, s'acquittant de sa dette humaine et intellectuelle vis-à-vis de La Boétie, l'oeuvre, au fil des livres et des années, des ajouts, des réécritures, se transforme en une formidable introspection de l'auteur, qu'il dévoile au public du Seizième siècle. Commencé comme un ouvrage classique et un peu distancié, les Essais devient une oeuvre personnelle et révolutionnaire. Notre édition est unique : elle inclut l'édition de Bordeaux, celle de référence, écrite en français du Seizième siècle, et une édition en français moderne inédite, qui modernise l'orthographe, traduit les mots devenus incompréhensibles, mais, contrairement à d'autres versions modernes, respecte le rythme de la phrase de Montaigne. On passe aisément de la version de Bordeaux à la version moderne, adaptée et traduite par Les Editions de Londres grâce à notre navigation paragraphe par paragraphe. Découvrez cet inédit numérique unique, découvrez le premier livre des Essais, qui n'a jamais été aussi accessible, et autant d'actualité.

  • Le "Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes" est l'un des plus grands textes jamais écrits, l'un des plus beaux des Lumières, et l'un des deux grands essais de Rousseau avec "Le Contrat social". Pour Chomsky, c'est un texte fondamentalement révolutionnaire avant la lettre. Rousseau voit dans l'inégalité l'origine des maux sociaux : guerres, misères, violences de toutes sortes. De la persistance de l'inégalité naît la perte de la liberté, l'égoïsme, et cette société obsédée par l'accumulation de richesses matérielles à laquelle il compare la société de nature. En cela, contrairement à ce que certains prétendent à tort, Rousseau ne fait pas, pas plus que Diderot, l'apologie du bon sauvage, mais il dénonce l'illusion du bonheur matériel, qui constitue la trame de notre société moderne.

  • Nana

    Emile Zola

    « Nana » est un roman d'Emile Zola publié en 1880. Neuvième volume des Rougon-Macquart, Nana est le roman lubrique de Zola. En peignant les amours sulfureuses d'une courtisane, en décrivant avec soin la façon dont elle rend les hommes fous d'elle, comme elle les ruine et les mène à leur perte, avant de succomber de la petite vérole dans d'atroces souffrances, Zola choque son époque. De tous les ouvrages de Zola, Nana fut l'ouvrage scandaleux. Le projet de Zola était pourtant bien clair : Nana, c'est la représentation du Second Empire, de sa corruption, de l'argent comme échelon de toute existence sociale, du sexe comme grand levier du mouvement du monde.

  • "L'Assommoir" est un roman d'Emile Zola écrit en 1876. C'est le septième volume des Rougon-Macquart, et le plus célèbre des romans de Zola avec « Germinal ». Ici, l'auteur, en peignant la condition ouvrière, atteint les sommets du mélodrame et de la tragédie personnelle. L'assommoir, c'est l'alambic qui trône dans l'estaminet où les ouvriers et leurs compagnes viennent trouver le réconfort de l'ivresse. L'Asommoir, c'est l'histoire de Gervaise, la description méthodique de sa déchéance terminale, sans espoir, c'est avant tout le roman de la condition ouvrière. L'Assommoir fonde la réputation de Zola d'auteur réaliste et naturaliste.

  • Le "Traité sur la tolérance" de Voltaire est une des oeuvres phare de la littérature française. Et malheureusement, encore une fois, c'est une oeuvre assez peu connue. C'est une oeuvre phare puisqu'elle nous éclaire. Cent quarante ans avant "J'accuse", Voltaire reprend les principaux éléments de l'Affaire Calas, et nous produit un formidable plaidoyer en faveur de son innocence ainsi qu'un réquisitoire contre l'intolérance religieuse.

empty