Pu De Grenoble

  • Un ouvrage nécessaire pour comprendre la révolution à l'oeuvre dans l'information aujourd'hui.
    Fakenews, vérification des faits, consommation des écrans et du numérique par les jeunes, irruption des plateformes numériques mondialisées dans l'univers des médias traditionnels... Les médias et l'information sont aujourd'hui en pleine transformation, et tout le monde crie à l'urgence d'une éducation critique à et hors l'école pour faire face à des évolutions que le « numérique » semble accélérer.
    Partant d'une question d'actualité brûlante (comment et à quoi faut-il éduquer les jeunes dans le domaine des médias et de l'information ?), l'ouvrage de Laurent Petit est une synthèse montrant, à travers l'évocation de précurseurs et d'expériences fondatrices, l'héritage complexe des rapports entre l'éducation et les médias. Il dévoile les enjeux du champ de l'EMI, dans lequel s'affrontent des intérêts contradictoires. Il propose enfin de repenser une approche critique qui rend possible une mise en perspective et une compréhension des enjeux politiques contemporains.

  • Nous sommes exposés aux messages d'information et d'actualité à jets continus. Que l'on soit téléspectateur auditeur ou lecteur de la presse, le flux d'information ne tarit pas. En tant que récepteur de ce flot de message, comment pouvons-nous, avec un oeil critique, réussir à décrypter le sens ?
     Ce livre aborde la question de la compréhension du sens. Comment aborder ce qui paraît simple à première vue :
    Le contenu des journaux et des émissions d'information ? En s'appuyant à la fois sur la sociologie des médias et sur l'étude du discours (sociolinguistique) ?
     Prenant appui sur des événements importants d'actualité traités par les médias, l'auteur nous montre comment les analyser, avec l'objectif d'aller au-delà du sens commun, de décrypter, de comprendre, afin d'accéder au sens.
     Au fond, il s'agit de comprendre les ressorts de l'écriture journalistique, ces ressorts dont les journalistes euxmêmes n'ont pas forcément conscience, mais qui produisent du sens.

  • Cette nouvelle édition de l'ouvrage Sciences de l'information et de la communication présente de façon claire et pédagogique les principaux domaines de compétence des SIC.
     Destiné aux étudiants dès le niveau L1, l'ouvrage fait le point actuel sur quatre décennies de recherches en information-communication, des précurseurs aux pistes les plus récentes.
     Rédigés par les meilleurs spécialistes, à la fois enseignants et chercheurs, il fournit aux étudiants les bases d'une réflexion sur les SIC, abordant à la fois leur objet, les savoirs qu'elles mettent en oeuvre, et les questionnements liés à la discipline.

  • Le «modèle» sémio-pragmatique est un dispositif, une sorte d'instrument optique (une lunette ou plutôt un microscope) dont l'objectif est de permettre de mieux voir et de se poser des questions. Partant de l'hypothèse qu'il n'y a jamais communication, mais un double processus de production, l'un du côté de l'Émetteur et l'autre du côté du Récepteur, il ouvre la voie à une réflexion générale sur la communication, mais surtout il propose une batterie d'outils susceptibles d'aider à analyser la production de sens, d'affects, de relations et d'effets en contexte.
    Cet ouvrage est essentiellement consacré à fonder une nouvelle notion, la notion d'espace de communication, et à montrer comment elle peut être utilisée pour échapper aux problèmes que pose la notion de contexte: étude des contraintes qui pèsent sur l'espace de l'émission et de la réception, définition d'une compétence communicationnelle considérée comme un réservoir de modes de production de sens et d'affects, construction des acteurs et des opérateurs de la communication, mise en évidence des effets produits.
    L'ouvrage donne de très nombreux exemples d'analyses portant sur des productions de textes, de films et de documents audiovisuels ou visuels dans des contextes extrêmement divers. De ce fait, il sera un guide de méthode précieux pour ceux qui ont à analyser de telles productions avec le souci de les placer dans une perspective communicationnelle.

  • "J'ai vu un bon film hier soir ". Sait-on bien ce que l'on dit, en affirmant cela ? Les mots employés trahissent notre manque de discernement, qui fait du son le grand oublié de cette histoire. En effet celui-ci est toujours bien plus impliqué dans notre perception du film qu'on ne le croit, et bien souvent responsable des émotions que l'on éprouve. Ce livre s'intéresse à cette partie immergée de l'iceberg audiovisuel, à la suite de Gilles Deleuze et surtout de Michel Chion. S'il s'appuie pour l'essentiel sur plus d'un siècle de cinéma, il ne s'interdit pas quelques incursions vers les séries télévisées actuelles ainsi que dans le domaine du multimédia, et plus particulièrement celui des jeux. L'approche proposée a comme principe de toujours lier la lecture des oeuvres aux conditions de leur réception, techniques notamment. La qualité du son a beaucoup progressé depuis le milieu des années 1980, et cette amélioration, patente dans les salles des multiplexes, tend à se retrouver à tous les niveaux où il pénètre notre environnement. En témoignent la banalisation de la haute-fidélité et son glissement vers le home-cinéma, accompagnant l'explosion du marché des écrans plats. Pour que jusque dans nos salons rien ne nous échappe désormais du grain de la voix de Scarlett Johansson, de la vibration cristalline de la lame d'un katana au sortir du fourreau, de l'impact du départ des torpilles lors d'un combat naval...

  • L'objectif de cet ouvrage est de fournir au lecteur une boussole pour s'orienter dans les études sur la communication marchande et plus particulièrement sur la publicité en sciences de la communication.
     Il dresse une synthèse claire et rigoureuse des différents questionnements et des diverses approches théoriques et méthodologiques qui, a partir des années 1950, ont été mobilisées pour étudier les discours et les pratiques publicitaires.
     Il vise également à explorer les enjeux actuels de la communication marchande et à indiquer les éclairages offerts en SIC (sciences de l'information et de la communication).

  • Qui sont les « industries culturelles et créatives », forgées par deux siècles d'histoire et de développement ? Comment ont-elles fait face au surgissement du numérique, qui en une décennie a bouleversé les fondements sur lesquelles elles se sont construites ?
    Sont-elles en train de perdre leurs traits spécifiques, devant l'emprise des réseaux de communication et des techniques numériques ?
     Comment l'irruption des Big Five (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) a-t-elle redistribué les cartes ?
     Après une présentation synthétique des industries culturelles (le livre, la presse, la musique enregistrée, l'audiovisuel, les jeux vidéo, l'intermédiation et la recherche d'information - en d'autres termes, les moteurs de recherche) et créatives (la mode, l'artisanat d'art, etc.), l'auteur analyse leurs évolutions face à la stratégie mondiale de communication et d'information numérique.

  • La question de la médiation culturelle, c'est-à-dire de la relation entre les institutions culturelles, les productions artistiques et leur public n'est pas nouvelle, mais elle a beaucoup évolué ces quinze dernières années.
     Dans une première édition publiée en 1999, Pour une éthique de la médiation, l'auteur abordait le thème de la médiation sous un angle théorique et essayait de comprendre comment cette notion devenait un enjeu important pour les institutions.
     Dans la nouvelle édition, reprenant et complétant cette vision généraliste, l'auteur s'appuie sur les approches théoriques de la médiation, et tente de la contextualiser sur les plans social et politique à partir des questions posées par la société d'aujourd'hui : comment faire cohabiter des populations d'âge différent, de cultures différentes au travers des productions artistiques ?
     L'auteur intègre ainsi à la notion de médiation celle du vivre-ensemble, une idée au centre des préoccupations socio-politiques actuelles, qui anime les réflexions de tous les professionnels de la culture en même temps que celles des politiques.

empty