Pu De Grenoble

  • Cet ouvrage est un recueil d'une vingtaine d'articles écrits par Jean Peneff entre 1967 et 2018, rassemblés par Alain Blanc, sur les sujets représentatifs du travail du sociologue, et significatifs de son approche particulière du terrain.
    L'intérêt de l'ouvrage, son caractère original tiennent justement dans ce regroupement de textes portant sur des thématiques et des techniques d'observation du terrain diverses.
    Il permet ainsi de mettre en lumière les idées-forces et les grands apports de Jean Peneff à la discipline, tout en donnant à voir un échantillon de sa couleur personnelle, unique, de son approche des sujets, grâce à des textes courts, vifs, faciles à appréhender.

  • Comment crée-t-on du patrimoine ? Qui sont les acteurs et les instances en présence ? Le « tout patrimonial » qui sévit actuellement invite à s'interroger sur les raisons de cet engouement et sur les conséquences pratiques et effets pervers des processus de patrimonialisation.
    Pour arriver à ce constat et cerner concrètement les enjeux de la patrimonialisation, l'ouvrage s'appuie sur de nombreuses études de cas, en France et à l'étranger.
    Son regard pluridisciplinaire permet de traiter de patrimoines et de processus de patrimonialisation très divers : culturels (cinéma, chanson, musique), alimentaires (mouton, vin), urbains (politiques publiques), linguistiques (langues régionales), ethnographiques (traditions, coutumes), etc.

  • La régionalisation à l'épreuve de la fusion, ou l'histoire d'une réforme.
    Cet ouvrage est né de la réforme de 2015 sur la fusion des régions, transformant deux, voire trois régions en une seule.
    Fusionner une région est une tâche colossale qui suppose d'harmoniser des centaines de dispositifs et de programmes d'action, les traitements des agents, des services qui se disputent la meilleure méthode. Comment s'y prendre ?
    C'est aussi fabriquer un nouvel espace, une identité, partagée par le plus grand nombre. À quelles conditions est-ce imaginable ?
    En réalisant une enquête au coeur de la fabrique d'une région, l'Occitanie, l'ouvrage nous dit de quoi la régionalisation à la française est faite, et quels en sont les défis.

  • Gouverner la ville par les données ?
    En quoi la question de la donnée transforme-t-elle l'action publique urbaine ? Dans quelle mesure son émergence déstabilise-t-elle les organisations et les institutions existantes ? Quels sont les rapports entre acteurs publics et privés qui se jouent au travers de la mise en circulation de ces données ? Ne constituent-elles pas de nouvelles ressources pour la régulation des villes par les pouvoirs publics ?
    En s'appuyant sur une enquête ethnographique de quatre années au sein d'une collectivité française, le livre suit la chaîne des données, de leur production à leur mise à disposition puis leur réutilisation, pour analyser les recompositions de la gouvernance urbaine.
    Ce livre, au coeur de l'actualité, ouvre le débat sur les manières dont les pouvoirs publics peuvent gouverner les données pour conserver la maîtrise du pouvoir sur la ville à l'ère du numérique.

  • - Qu'est-ce qu'un « bon » vin ? Les Grands vins, les vins particu- lièrement onéreux et prestigieux, sont-ils aussi bons que ce que certains experts le prétendent ? Et pourquoi les vins « naturels » sont-ils systématiquement rejetés de certaines appellations alors qu'inversement beaucoup de vins dont on tait la composition sont jugés parfaitement représentatifs de ces mêmes appellations ?
    - À partir d'enquêtes menées auprès de producteurs, d'oenolo- gues, etc., l'ouvrage analyse les formes contemporaines, mar- chandes et oenologiques, de la production des vins ainsi que les formes d'opposition et de résistance qui en ont découlé.
    - Il s'appuie sur de nombreux exemples, comme le « Bio » ou la « biodynamie » pour montrer les évolutions majeures que ce produit a connu alors que l'on a tendance à croire que c'est un produit immuable.

  • Que sait-on des métiers de la vigne et du vin ? Qui sont les milliers d'acteurs qui participent à la production du raisin, à sa transformation en vin et à sa commercialisation ? Qui sont ceux qui participent à la régulation de cette activité, à l'élaboration des valeurs marchandes, à la transmission des savoirs et des savoir-faire ? Quelles sont les transformations professionnelles qui accompagnent aujourd'hui les mutations du marché du vin ?
    Cet ouvrage aborde des thématiques aussi diverses que la différen- ciation entre vigneron et viticulteur, la transmission des exploitations, le passage au « bio » et l'incidence du changement climatique, l'évo- lution des métiers, le travail et la place des femmes, les carrières des oenologues et leur rôle au sein de la filière. Il amène le lecteur en Chine, en Argentine, au Japon pour dépayser et enrichir le regard.
    Il donne également la parole aux représentants d'organisations professionnelles.

  • Que s'est-il passé dans l'Éducation nationale ces trente dernières années ? Quelles évolutions a-t-elle connues et comment s'est-elle modernisée ?
    À partir d'entretiens menés en profondeur directement auprès des acteurs (enseignants, élèves, parents), cet ouvrage fait le point sur l'administration scolaire et plus particulièrement sur les coulisses bureaucratiques qui régulent l'enseignement secondaire public.
    Il analyse son évolution, sa modernisation autour de trois thèmes :
    - les usagers : l'éducation nationale a compris qu'il fallait écouter et prendre en compte leurs attentes ;
    - les outils de gestion : une véritable politique éducative se développe (plateformes d'orientation, gestion du baccalauréat, etc.) ;
    - les territoires : l'éducation nationale commence à travailler avec les collectivités territoriales, régions et départements.

  • Le non-recours est un phénomène mal connu : il s'agit, pour un bénéficiaire, du fait de ne pas réclamer une aide à laquelle il pourrait prétendre. Alors que la fraude sociale est souvent relayée dans les médias, elle n'intervient que dans un rapport de 1 à 10 par rapport au non-recours aux prestations sociales : pour 1 € de fraude sociale, 10 € de non-recours ! En France 30% des personnes n'ont pas recours aux prestations auxquelles elles ont droit : ainsi, on compte aujourd'hui 68% de non-recours au RSA! Et les chiffres ne cessent d'augmenter... C'est un phénomène massif et peu connu qui touche tous les secteurs de l'aide sociale (assurance maladie, handicap, aide aux personnes dépendantes, etc.) en France et à l'étranger.
     Dans ce contexte, le plan gouvernemental a mis comme acte prioritaire la lutte contre le non-recours. De plus en plus de regards (acteurs sociaux, élus politiques) se portent sur ce phénomène, qui pourrait servir à évaluer l'efficacité des politiques publiques.
     Mais comment s'explique ce taux élevé de non-recours ? Que signifie-t-il ? Depuis 10 ans, Philippe Warin étudie ce phénomène. Il en connaît toutes les facettes et en restitue dans cet ouvrage une synthèse dans sa globalité. Il apporte des grilles d'analyse pour traiter la question et identifie des modes d'action pour lutter contre le phénomène.
     Enfin, il aborde un élément d'explication possible à ce non-recours : celui de la stigmatisation des personnes éligibles au recours qui, parce qu'elles sont pointées du doigt, refuseraient de recourir à l'aide publique. Le non-recours, un comportement politique ?

  • Cet ouvrage interroge l'action sur le non-recours aux droits sociaux comme un ensemble de réponses aux tensions sociales et aux transformations politiques qui remettent en cause la cohésion sociale aujourd'hui.
    En discutant les solutions proposées, il cherche à comprendre le sens de l'action sur le non-recours dans une société de droits en pleine mutation. Il montre la diversité des scènes politiques de l'action sur le non-recours dans l'objectif de démontrer l'étendue des questions sociales que le phénomène au non-recours recouvre.

  • Comment définit-t-on la valeur des médicaments ? Sur quels critères ? Et pour quelles implications politiques ?
    Cyril Benoît propose de répondre à ces questions en étudiant les évolutions de la régulation des médicaments dans différents pays. Sur la période récente, cette activité a pris une importance croissante, dans un contexte où l'industrie pharmaceutique se tourne vers la production de médicaments toujours plus ciblés et coûteux.
    Il montre que la fixation du prix des médicaments est porteuse de lourds enjeux politiques, entre pressions des industriels et des patients, impératifs de soutenabilité des systèmes de santé, et controverses autour du « prix de la vie » elle-même.
    Se basant sur de nombreuses données statistiques et sur une vaste enquête par entretiens menée auprès d'industriels, de hauts fonctionnaires et d'experts, Réguler l'accès aux médicaments révèle la nature proprement politique d'une activité trop souvent réduite à ses dimensions techniques.
    Un ouvrage de référence, qui apportera des éléments précieux à la réflexion des acteurs du monde de la santé comme au débat citoyen.

  • Les sociétés occidentales connaissent aujourd'hui un déclin de la religion et un progrès de la sécularisation. Mais qu'en est-il du phénomène non-religieux ? Quelles sont les formes de la non-croyance ?
    Comment évoluent-elles dans les différents contextes culturels et socio-économiques ?
    Historiens et sociologues politiques analysent ici les différentes facettes de ce phénomène, grâce à des focus qui permettent d'illustrer le propos.
    Au-delà, c'est la question de la cohésion sociale, du mieux-vivre ensemble qui est posée par le prisme de l'indifférence religieuse et de l'athéisme militant. En filigrane, se pose la question de faire société aujourd'hui, au moment où les valeurs du christianisme ne sont plus partagées par tous.

  • L'objectif de l'ouvrage est de fournir un cadre d'analyse synthétique permettant de décrypter et de saisir les enjeux de la participation publique aujourd'hui, en expliquant notamment que la participation publique est une forme contemporaine et récente de démocratie participative.
     L'originalité de l'ouvrage tient dans sa perspective : il ne cherche pas à défendre la démocratie participative, ni à faire un inventaire des pratiques existantes, mais à fournir les éléments nécessaires à une analyse sociologique des dispositifs actuellement à l'oeuvre. Il propose de plus une formulation théorique claire qui permet d'envisager une variété de situation et autorise le lecteur à fonder sa propre opinion.

  • Cet ouvrage de référence décrit les rapports entre sciences et action gouvernementale alors que se multiplient les interrogations sur l'expertise, la technocratie, et la substitution des compétences à la règle de la représentation.
     Scandales sanitaires, principe de précaution, etc., les médias sont le reflet de ce que l'on ne peut plus gouverner sans prévoir. Aujourd'hui les rapports entre science et pouvoir sont de plus en plus épineux, mais aussi de plus en plus imbriqués.

  • Écrire sur les perspectives de développement de la Nouvelle-Calédonie n'est pas une tâche facile pour des universitaires : depuis les accords de Matignon-Oudinot de 1988 et l'accord de Nouméa de 1998, la réflexion sur le sujet est plus ou moins confisquée par le politique.
    En se lançant dans cette entreprise, l'équipe de chercheurs qui entoure Cécile Perret n'hésite pas à déranger en posant crûment la question : dans une optique d'émancipation croissante par rapport à la France, la Nouvelle-Calédonie n'est-elle pas condamnée à évoluer afin d'utiliser de façon plus efficiente ses richesses naturelles ? Autour de ce thème, l'ouvrage offre au lecteur, en toute indépendance d'esprit, plusieurs axes de réflexion : Les différents projets d'exploitation du nickel annoncés en 2001 sont-ils réellement susceptibles d'accroître la richesse de la Nouvelle-Calédonie ou de générer un véritable développement qui améliorera le bien-être de la majorité de sa population ? Concernant la pêche et l'aquaculture calédoniennes : quelles sont les évolutions récentes de ces deux activités et de leur contribution à l'économie territoriale ? En matière de commerce extérieur, la protection des productions locales suscite une double interrogation : compte tenu de la taille de la Nouvelle-Calédonie cette protection n'est-elle pas influencée par la proximité des producteurs protégés et du pouvoir politique ? La dépendance économique et l'assistanat qu'elle génère sont-ils compatibles avec le processus d'émancipation ? À l'heure de l'euro, le franc CFP a-t-il toujours sa raison d'être ? Ne pourrait-on pas envisager la création d'une caisse d'émission néo-calédonienne ? La Nouvelle-Calédonie ne devrait-elle pas envisager une Union monétaire australe, avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande ? La " pacification des relations du travail " semblant loin d'être atteinte en Nouvelle-Calédonie, le pouvoir économique et politique des syndicats est-il évaluable ? Est-il différent dans ce cadre insulaire ? Autant de questions, autant de réflexions parfaitement documentées font de cet ouvrage une référence indispensable à tous ceux que l'avenir de la Nouvelle-Calédonie ne laisse pas indifférents.
    Guy Agniel

  • Cet ouvrage dresse un état des lieux des effectifs chirurgicaux en France et se veut une réflexion prospective sur les transformations que la féminisation des effectifs chirurgicaux va induire dans les pratiques et pour les patients dans les années à venir. Ce travail envisage la question sous l'aspect historique, démographique, sociologique et enfin politique.

  • Cet ouvrage aborde de manière claire et exhaustive tout ce que doit connaître une entreprise en matière de droit de l'environnement.
     L'auteur s'appuie sur de nombreux exemples pour étayer ses propos, rendant ainsi son ouvrage accessible aux professionnels non juristes notamment pour leur permettre une prise en compte, voire une application, immédiates.

  • Ce livre montre la place des sites universitaires des villes moyennes dans l'architecture du système d'enseignement supérieur et de recherche. Il pose la question de leur avenir dans le cadre de la nouvelle loi universitaire de juillet 2013.
     Face aux enjeux d'une économie de la connaissance recentrée sur les métropoles, quel rôle peut être joué par ces sites hérités de l'histoire de la construction du territoire ? Outils de la démocratisation de l'enseignement universitaire, du développement local et de l'équité territoriale, ils sont aujourd'hui mis au défi de l'approche budgétaire et pragmatique. Quel est leur avenir ?
     En 8 chapitres, l'ouvrage questionne le système français d'enseignement supérieur et de recherche, l'aménagement universitaire du territoire, l'allocation de la ressource universitaire, ainsi que l'articulation entre formation et recherche dans les sites universitaires. Engagés dans cette réflexion collective, les auteurs sont des enseignants-chercheurs mais aussi des cadres de collectivités locales et des cadres de l'université.

  • Cet ouvrage se propose de présenter l'état de la recherche sur trois troubles psychiatriques résistant aux formes usuelles de traitements : la dépression unipolaire, les troubles bipolaires et les troubles obsessionnels compulsifs (TOC). Il vise également à faire connaitre les avancées dans les prises en charge des personnes, les nouvelles formes de soins et d'accompagnement développées par les chercheurs et les praticiens. Il donne la parole aux diverses associations de représentants des patients qui témoignent à la fois de leurs difficultés et de leurs attentes à l'égard des politiques publiques, des chercheurs et des professionnels de la santé et de l'action sociale.

  • Présentation de la psychopathologie de l'enfant, de l'adolescent et de l'adulte. Le spécialiste prône une approche humaniste et critique la parcellisation établie par la société américaine de psychiatrie et basée sur le DSM (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). Au contraire, il propose une approche psychodynamique de la pathologie et défend une classification par pôles.

  • Alors que le taux de chômage est de 10,5 % en France, 25% en Espagne, qu'il touche de manière implacable les jeunes (plus de 50% en Espagne), cet ouvrage fait le point sur 10 ans de politiques sociales menées dans différents pays d'Europe. Ont-elles porté leur fruit ? Ont-elles atteint leurs objectifs en matière de lutte contre la pauvreté et le chômage ?
    Il propose de nombreux entretiens, des graphiques et s'appuient sur des enquêtes terrain menées principalement en France, en Espagne et aux Pays-Bas.

  • Comment les politiques publiques ont-elles contribué à la promotion du statut des femmes et à l'égalité entre les sexes ?
    Quel rôle l'État a-t-il joué dans cette dynamique ? Comment a-t-il participé à cette évolution ? Comment l'État peut-il penser la cause des femmes ?
     C'est par la prise en charge d'institutions gouvernementales dédiées aux droits des femmes (secrétariats d'État comités consultatifs, etc.), créées par l'État à partir de 1960, que la promotion du droit des femmes s'est opérée. L'auteur s'intéresse aux acteurs, aux stratégies politiques et aux modalités d'actions de ces institutions, par le biais d'une comparaison francoquébécoise.
     Pour étayer son propos, elle s'appuie sur une enquête de terrain approfondie, des exemples concrets, des témoignages, des portraits de pionnières qui ont marqué leur époque (Yvette Roudy en France, Claire Bonenfant au Québec) et évoque des débats d'actualité (la parité, la question du voile, la prostitution).
     Cet ouvrage s'inscrit dans une démarche de politique comparée et de sociologie de l'action publique.

  • Cet ouvrage, issu d'un important travail d'investigation empirique mené pendant six ans, retrace la relation ambiguë des socialistes français au néo-travaillisme britannique.
     Il analyse les évolutions contemporaines du socialisme français à travers sa relation avec un homologue étranger.
     Il combine analyse interne des idées et des discours et analyse externe du contexte social et politique dans lesquels ils sont produits, circulent, sont reçus.

empty