Seuil

  • « Tu aspires sans doute, ami lecteur, à une vie réussie. Non pas nécessairement à réussir dans la vie, mais à mener une existence bonne et heureuse. Depuis toujours, partout dans le monde, des hommes et des femmes nourrissent cette aspiration et travaillent à la mettre en oeuvre. Tous estiment que ce qui donne sens à notre vie, c'est de grandir en humanité. Je suis pour ma part convaincu que cet idéal philosophique de sagesse reste l'objet d'une quête on ne peut plus actuelle, car nous ne sommes pas sur terre seulement pour assurer notre sécurité matérielle, nous divertir et consommer ».

    Comment être soi et s'accorder au monde ? Devenir plus aimant et vertueux ? Trouver le chemin de la libération intérieure ? Grandir dans la joie et trouver la sérénité ? Autant de questions auxquelles Frédéric Lenoir, lui-même en quête de sagesse depuis l'adolescence, répond avec sincérité et simplicité, nous conduisant à sa suite sur les traces de ses inspirateurs, tels Épicure, Epictète, le Bouddha, Tchouang-tseu, Montaigne, Spinoza ou Etty Hillesum, s'inspirant même de la sagesse des enfants.

    Un livre lumineux et dense comme la sagesse.

  • Un enfant est curieux. Il pose beaucoup de questions et il attend des réponses précises et convaincantes. On ne triche pas avec les questions d'un enfant. C'est en m'accompagnant à une manifestation contre un projet de loi sur l'immigration que ma fille, âgée de dix ans, m'a interrogé sur le racisme. Nous avons beaucoup parlé. Les enfants sont mieux placés que quiconque pour comprendre qu'on ne naît pas raciste mais qu'on le devient. Parfois. Ce livre qui essaie de répondre aux questions de ma fille s'adresse aux enfants qui n'ont pas encore de préjugés et veulent comprendre. Quant aux adultes qui le liront, j'espère qu'il les aidera à répondre aux questions, plus embarrassantes qu'on ne le croit, de leurs propres enfants.

  • Le capitalisme domine désormais la planète. Les sociétés transcontinentales défient les États et les institutions internationales, piétinent le bien commun, délocalisent leur production où bon leur semble pour maximiser leurs profits, n'hésitant pas à tirer avantage du travail des enfants esclaves dans les pays du tiers-monde.
    Résultat : sous l'empire de ce capitalisme mondialisé, plus d'un milliard d'êtres humains voient leur vie broyée par la misère, les inégalités s'accroissent comme jamais, la planète s'épuise, la déprime s'empare des populations, les replis identitaires s'aggravent sous l'effet de la dictature du marché.
    Et c'est avec ce système et l'ordre cannibale qu'il impose au monde que Jean Ziegler propose de rompre, au terme d'un dialogue subtil et engagé avec sa petite-fille.

  • - " En rédigeant ce livre, j'ai pris conscience de la valeur symbolique que je pouvais lui donner : celle d'un testament spirituel que je dédie à mes petits-enfants. Que voudrais-je leur transmettre de ce que j'ai pu découvrir sur ce grand Univers qu'ils vont continuer à habiter après moi pour qu'ils puissent ensuite le transmettre à leur tour ?Dans cette suite de conversations avec l'une de mes petites-filles, un été, sous le ciel étoilé que nous contemplons ensemble, je revis ces soirées du mois d'août avec mes enfants qui me bombardaient de questions, pendant que nous attendions les étoiles filantes. La contemplation de la voûte céleste et le sentiment de notre présence parmi les astres sont la source d'un désir partagé d'en savoir plus sur ce mystérieux cosmos que nous habitons. " H. R.

    - Hubert Reeves, astrophysicien, a publié au Seuil de nombreux ouvrages, dont Patience dans l'azur, Poussières d'étoiles, Mal de Terre, Je n'aurai pas le temps, qui ont rencontré la faveur d'un très large public.

  • Voilà un petit livre qui va à coup sûr passionner les adolescents. Pas seulement parce qu'il propose un état des lieux parfaitement clair de la planète - ce qu'ils ne trouvent pas encore à l'école ni dans les médias -, mais surtout parce que la nécessaire révolution des modes de pensée les concerne au premier chef. La raréfaction du pétrole et le réchauffement climatique vont tout changer : habitat, transports, alimentation, métiers, façons de vivre et de consommer. Catastrophe écologique puis sociale ? Si rien n'est fait, assurément. Mais aussi merveilleuse occasion de libérer sa créativité et son imagination et de réfléchir en toute connaissance de cause à son métier de demain. Les « drogués du pétrole » que sont les parents d'aujourd'hui auront-ils des enfants plus clairvoyants et plus sages ? Ce livre, mis à jour en fonction des dernières recherches sur le changement climatique et les moyens de le maîtriser, peut y contribuer.

  • Écrite au lendemain de l'attentat du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center, la première édition de ce livre entendait répondre aux préoccupations et inquiétudes soulevées par cet événement chez les enfants. L'islam était alors objet de nombreux raccourcis. Tahar Ben Jelloun, avec ses talents de conteur et de pédagogue, s'attachait à expliquer l'islam le plus simplement possible, à raconter l'histoire d'une religion et d'une civilisation ayant apporté beaucoup à l'humanité. Dix ans plus tard, la perception de l'islam a évolué au fil des différents événements qui ont émaillé la décennie (de la guerre en Afghanistan au Printemps arabe). Si l'amalgame entre terrorisme et islam est moins fréquent, la compréhension de cette religion n'est pas pour autant plus claire, notamment en France, où elle est pourtant la deuxième pratiquée. L'islam reste trop souvent associé à l'interprétation qui en est faite par les fondamentalistes religieux. Si les propos échangés avec les enfants en 2001 gardent ainsi toute leur actualité, une mise à jour s'imposait pour montrer qu'une lecture intelligente du Coran existe et apporter un éclairage sur les grands débats qui ont marqué la dernière décennie.

  • Nouvelle édition, augmentée d'un chapitre inédit sur la violence dans le Coran, suite aux événements tragiques de Paris en janvier et novembre 2015. La révélation du Coran : comment est-elle survenue, où, dans quel monde et quelle culture (aspects historiques et géographiques) ? Le prophète Muhammad : quel homme était-il ? Comment a-t-il reçu la révélation ? Quelle est la place d'Abraham, de Moïse et de Jésus par rapport à lui ? Comment la révélation orale est-elle devenue écrite, et comment est-on arrivé au " Livre " appelé " Coran " ? Que faut-il savoir de la langue et du style coranique et comment lire le Coran aujourd'hui ? Que dit le Coran de la violence, des liens avec autrui, de la guerre et de la paix ?

  • Les jeunes sont une proie privilégiée pour la peur qui s'est installée au coeur de l'Europe, et en France en particulier, depuis les derniers attentats djihadistes.

    Comment les aider à s'en libérer ?

    En mettant des mots sur la chose. En retraçant l'histoire du mot terrorisme et des réalités qu'il désigne, depuis certains des épisodes les plus sanglants de l'histoire jusqu'au déchaînement actuel du fondamentalisme islamiste, auquel l'essentiel du dialogue est consacré.

    A nouveau, c'est avec sa fille que Tahar Ben Jelloun s'explique ici.

  • La guerre d'Algérie (1954-1962) fut le grand épisode traumatique de l'histoire de la France des Trente Glorieuses. Et les blessures ouvertes alors ne sont pas encore refermées, comme en témoignent les polémiques mémorielles récurrentes qu'elle continue de soulever. Né à Constantine en Algérie, l'historien Benjamin Stora raconte ici cette guerre longtemps restée " sans nom ", ses épisodes majeurs (des massacres de Sétif à la politique de terreur de l'OAS, en passant par le putsch des généraux et la répression en métropole) et ses acteurs principaux, français comme algériens. Il restitue cette histoire dans toute sa complexité en rendant compte des acquis et débats de la recherche historique la plus récente, par exemple en racontant comment la guerre fut vécue du côté algérien. Enfin, il revient sur les séquelles politiques et mémorielles de cette guerre de huit ans des deux côtés de la Méditerranée

  • Combien de jeunes connaissent la Bible ? Peu, si l'on en croit des enquêtes récentes. La Bible ne leur parle plus spontanément. Pourtant elle est fondatrice, pour l'Europe et pour le monde. Comment la lire encore aujourd'hui ? Qu'est-ce qui est vrai dans ce qu'elle raconte ? À quoi vaut-il mieux de ne pas croire ? Comment est-elle née ? Qui a écrit ses livres si divers ? Que retenir des multiples histoires, des enseignements variés, des nombreuses expériences humaines qu'elle contient ? Que donne-t-elle à comprendre sur l'homme, l'histoire humaine, la violence, l'amour, la loi qui doit guider les humains ?

    Dialogue vivant et concret avec des collégiens et des lycéens du troisième millénaire que la Bible laisse perplexes, ce livre stimulant répond à ces questions, aussi passionnantes que difficiles.

  • L'Europe a-t-elle inventé la colonisation ? Pourquoi a-t-elle dominé une grande part du monde aux XIXe et XXe siècles ?

    Comment cela a-t-il été possible après les Lumières et la Déclaration des droits de l'homme ? Qu'est-ce que l'impérialisme ?

    Les peuples colonisés se sont-ils laissés faire ?

    Quel est le lien entre colonisation et esclavage ? Quelle a été l'ampleur du travail forcé ? Qui a protesté ? Et qu'est-ce qui a déclenché le mouvement de libération des peuples colonisé ? Qu'en reste-t-il aujourd'hui ?

    Marc Ferro répond à toutes ces questions, et à bien d'autres, pour expliquer le phénomène colonial dans toute sa complexité et toutes ses dimensions.

  • C'est un destin exceptionnel que celui de la Palestine : elle est à la fois le centre du monde et le pays impossible, perdu, recouvert par un autre, qui perd son nom, est occupé, dont l'existence même reste incertaine. Centre du monde, la Palestine l'est à double titre : berceau des trois monothéismes universels, elle est sous les feux de son actualité violente, depuis plus de soixante ans, depuis que la création de l'État d'Israël en 1948 l'a vue comme " une terre sans peuple pour un peuple sans terre ". L'histoire de la Palestine contemporaine se souvient de celle des " gens de Terre sainte " mais commence avec " son problème ". Et chacun peut sentir plus ou moins confusément que l'équilibre du monde se joue là, sur ces quelques milliers de kilomètres carrés à l'Orient de la Méditerranée.
    À ceux qui disent ne rien y comprendre, à ceux qui trouvent trop compliqué le " conflit israélo-palestinien ", Elias Sanbar voudrait répondre en restituant la continuité d'une histoire - depuis le mandat britannique à partir de 1917 jusqu'à aujourd'hui - que tant de commentaires ont souvent faussée ou étouffée.
    La Palestine, c'est l'histoire d'un pays absent que les Palestiniens ont emporté dans leur exil. C'est aussi le long combat qu'il leur a fallu mener pour retrouver un nom, une visibilité, une existence enfin. La Palestine d'Elias Sanbar est polychrome, terre de pluralité, des origines et des croyances. À ses yeux, la vouloir monochrome - c'est-à-dire exclusivement juive ou exclusivement musulmane - serait l'anéantir définitivement.

  • " Philosophie " ? Un mot qui fait souvent peur. On imagine des questions compliquées, des livres dont on ne comprend même pas le titre, un vocabulaire énigmatique. Ce ne serait pas une activité pour tout le monde.
    On se trompe, en croyant cela.
    Car tout le monde s'interroge sur le sens de la vie, sur la mort, la justice, la liberté... Chacun est coupable de raisonner, d'organiser ses idées. C'est d'ailleurs tout ce qu'il faut : des questions, et de la méthode.
    La philosophie n'est donc pas un casse-tête, mais une activité qu'on peut pratiquer comme la musique ou le sport : en débutant, en amateur ou en professionnel. L'essentiel est de bien commencer...

  • Quand ma fille a eu treize ans, je me suis rendu compte qu'elle n'avait pas reçu la moindre éducation religieuse.
    J'ai été surpris par les points de repère qui lui manquaient : la bible, dieu, le coran, la signification du sacré... l'unité et la diversité des religions, personne ne lui en avait clairement parlé. pourtant, il est indispensable d'avoir sur ces questions des points de repère. dons tous les pays voisinent désormais des gens de croyances différentes qui doivent apprendre à se connaître. les religions sont un élément essentiel de l'expérience humaine.
    Si nous n'en parlons pas à nos enfants, des trésors d'humanité risquent de leur échapper.

  • Pourquoi les Juifs sont-ils l'objet d'une haine particulière ? Quand l'antisémitisme est-il apparu ? Est-ce une forme du racisme ?
    Qui sont les " Sages de Sion " ? Ont-ils existé et comploté ?
    Pourquoi Hitler détestait-il les Juifs ? Existe-t-il un "business de la Shoah" ?
    Pourquoi une partie des jeunes issus de l'immigration sont-ils séduits par des discours antisémites ? A-t-on le droit de critiquer Israël ? L'antisionisme, est-ce de l'antisémitisme ?
    Ce petit livre n'hésite pas à poser les questions les plus dérangeantes. Il démonte avec clarté et tranquillité les idées fausses, les pièges et les théories du complot. Pour comprendre les racines de l'antisémitisme, réfléchir à son actualité, en France et ailleurs, voici un guide indispensable.
    /> Sociologue de renommée internationale, Michel Wieviorka est directeur d'études à l'EHESS et administrateur de la Fondation Maison des sciences de l'homme. Il a publié de nombreux ouvrages sur le racisme et l'antisémitisme.

  • Pourquoi avons-nous besoin de chefs ? Pourquoi leur obéit-on ? Pourquoi les sociétés n'ont-elles pas toutes les mêmes régimes politiques ? Pourquoi se défie-t-on autant de la politique ?

    En abordant ces questions si actuelles, ce dialogue veut faire comprendre que la démocratie, qui nous apparaît aujourd'hui bien fragile et même décevante, est toujours à recommencer, à inventer, et qu'il est de notre responsabilité de la faire vivre.

  • Peut-on " expliquer " à un enfant ce qui demeure, en partie, énigmatique ? comment faire comprendre à une jeune fille d'aujourd'hui que les nazis dépensèrent tant d'énergie pour aller chercher aux quatre coins de l'europe et exterminer des millions d'hommes, de femmes et d'enfants, simplement parce qu'ils étaient juifs ?
    Sur cette immense question de la shoah, sur l'énigme du mal absolu, une historienne reconnue répond aux questions, très directes, de sa propre fille.

  • La Guerre des étoiles, Titanic, l'imaginaire des contes et légendes, le rêve, le comportement des animaux : c'est en s'immergeant dans l'univers mental des adolescents d'aujourd'hui que la meilleure spécialiste française de la psychanalyse et de son histoire donne corps à une réalité que l'on ne voit pas mais qui n'en détermine pas moins nos manières de vivre.
    Une grande réussite pédagogique.
    Historienne, Élisabeth Roudinesco est l'auteur de plusieurs livres qui ont fait date, notamment Histoire de la psychanalyse en France, Jacques Lacan, Dictionnaire de la psychanalyse et Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre (Prix Décembre, 2014).
    Retrouvez la vidéo de la conférence au Collège des Bernardins : De la barbarie extrême à la cruauté ordinaire, le mal entre exception et banalité en cliquant ici

  • En quoi consiste aujourd'hui la tolérance ? Et comment la pratiquer, concrètement, au XXIe siècle ? À ces questions, ce livre clair et accessible apporte des réponses précises.Il met d'abord en lumière les différents sens de la notion (sens faible : absence de sanction, quand, par exemple, le stationnement est «toléré» sur le trottoir ; sens fort : pleine reconnaissance du droit des autres à leurs croyances et opinions), et retrace les grandes étapes de son élaboration de l'Antiquité à nos jours, en passant par la Renaissance, les Lumières et les analyses des penseurs contemporains. Axe principal : comment être à fois croyant et tolérant, comment concilier la vérité à laquelle j'adhère et celle des autres ? Faut-il être sceptique ou indifférent pour être tolérant ?Mais la tolérance ne concerne pas seulement les religions. Elle engage aussi notre attitude envers les manières de vivre des autres. Surgit ensuite la question des limites de la tolérance et du refus de l'intolérable, car être tolérant, ce n'est jamais tout tolérer.Finalement, il apparaît que la pratique de la tolérance n'a pas pour objectif d'être gentil mais d'éviter les guerres - entre individus, communautés ou civilisations. Dans le monde d'aujourd'hui, multiculturel et multiconfessionnel, elle est donc vitale. C'est pourquoi l'expliquer à tous est urgent.

  • Vikash Dhorasoo revient sur ce qui, depuis son enfance et tout au long de son parcours de footballeur puis de citoyen engagé dans sa ville, l'a mené à entrer dans l'action politique, et à proposer sa candidature pour les Municipales 2020 aux côtés de Danielle Simonet, soutenu par La France insoumise.

    Est-ce qu'on naît de gauche ? Comment on le devient ? Est-ce qu'on peut l'être sans le savoir ? Est-ce que finalement ce ne sont pas nos actes qui définissent nos valeurs ? Pourquoi faut-il sauver les terrains de sport au coin de nos rues ? A quoi ressemble le quartier où nous voulons voir jouer, vivre, grandir et rêver nos enfants, tous nos enfants, ces prochaines années ?

    Ce sont quelques questions parmi d'autres, que Vikash aborde de manière directe, honnête et toujours à partir de son expérience, qui traversent ce livre, et nous aident à penser notre propre rôle à jouer dans la construction collective de la ville de demain.

  • Pour guider sa petite-fille dans l'exploration du pays judiciaire, terre de contrastes que se disputent une Justice rêvée et la justice vécue par les justiciables, Gilles Perrault dispose d'atouts précieux.

    Très jeune, au début des années 1950, il s'inscrit au Barreau de Paris. Pendant le temps passé sous la robe noire, il ne plaide aucun « grand procès » mais devient l'un des soutiers de l'institution judiciaire à laquelle sont confrontés les justiciables ordinaires. Son départ du barreau ne signifie nullement désintérêt pour la scène judiciaire. En 1978, la publication du Pull-over rouge, ouvrage consacré à l'affaire de Christian Ranucci, jeune homme de 22 ans condamné à mort et exécuté le 28 juillet 1976 à la prison marseillaise des Baumettes, lui fait reprendre le chemin des palais de justice. C'est pour s'assoir, non plus sur le banc de la défense mais sur le banc d'infamie. En ces années-là, il conquiert avec vélocité, entre Marseille et Aix- en Provence, le titre de champion de France de la condamnation pour diffamation de la police (en l'occurrence, la sympathique police marseillaise).

  • « Le cerveau est sans doute l'objet le plus complexe de l'univers. Son exploration scientifique n'a commencé qu'il y a trois siècles. On sait depuis toujours que pour tuer un homme il suffit de lui couper la tête ou de lui plonger un couteau dans le cour. Il en est sorti une longue dispute quant à savoir où siège l'âme : dans le cerveau ou dans le cour ? En fait, l'âme et l'activité du cerveau vivant sont une seule et même chose. Cela n'enlève rien aux mystères de l'activité psychique : ses relations avec le corps, le langage (et ses troubles), la mémoire, le tout dépendant de la relation à autrui.
    Il nous faudra distinguer le cerveau de l'affect : humeur, émotions avec ses aspects pathologiques, notamment la dépression ; le cerveau végétatif qui tient sous son contrôle les fonctions organiques (reins, foie, cour, etc.) et les grands comportements : veille, sommeil et rêve, reproduction et comportement sexuel, régulation de l'alimentation, de la boisson. C'est dans ce cerveau de la base (ce que dans un palais on appellerait les « communs ») que s'organisent le plaisir, l'amour, la souffrance et la beauté.
    Vient ensuite dans les étages supérieurs du cortex, le cerveau des représentations étroitement couplé à celui de l'action et son inséparable compagnon : la mémoire sous toutes ses formes. Nous terminerons par ce qui fait le fond de la condition humaine : les relations du sujet avec l'autre via notamment les "neurones miroirs".
    Mon jeune interlocuteur, intelligent et malin saura contrer mes excès de scientisme et me ramener à des questions plus pratiques. » J.-D. V.

    Jean-Didier Vincent est professeur de physiologie à la faculté de médecine de l'université Paris XI. Il est membre de l'Institut (Académie des sciences) et de l'Académie de médecine. Il a beaucoup contribué à l'étude des interactions entre hormones et système nerveux. Outre ses travaux scientifiques, il a écrit de nombreux ouvrages, dont La Biologie des passions, qui ont trouvé un large lectorat.

  • « - Je te vois rêver devant notre globe terrestre. J'aimerais savoir ce qui te fascine à ce point.
    - C'est surtout l'océan. J'aimerais y naviguer. Monter à bord des grands voiliers. Participer aux longues courses océaniques. Comprendre le jeu des vagues et des courants.
    - Sais-tu que ces espaces qui te font rêver occupent les trois quarts de la surface du globe ? Qu'ils restent un des domaines les moins connus de la planète ? Si les hommes ont laborieusement exploré presque tous les continents, pendant longtemps ils ont méconnu les océans et leurs grands fonds qui sont particulièrement difficiles d'accès. On commence à peine à les parcourir et ce que l'on y découvre est stupéfiant : des volcans en pleine activité, des jaillissements de fumées noires, des poissons qui vivent dans les ténèbres et des myriades de crevettes qui se multiplient le long de cheminées crachant des eaux bouillantes.
    - Mais, par-delà leur intérêt scientifique, en quoi les océans nous concernent-ils ?
    - C'est qu'ils jouent un rôle essentiel pour l'humanité, tant par leurs ressources alimentaires que par leur influence sur le climat, et que nous menaçons aujourd'hui leur équilibre. Apprenons à les respecter ! »

  • L'évolution ne se contente pas de raconter l'histoire de la vie avec ses fossiles emblématiques devenus héros de cinéma comme les dinosaures et les mammouths. Ce récit pourtant n'est pas un conte ou un mythe, mais une chronique fascinante construite par la science. De grands scientifiques (Lamarck, Darwin, Gould, etc.) nous aideront à comprendre pourquoi il y a toujours des espèces qui apparaissent, d'autres qui se diversifient et d'autres encore qui s'éteignent. Et nous nous demanderons aussi pourquoi la théorie de l'évolution se heurte encore à tant de résistances.
    Sans l'évolution, nous ne serions pas là ; mais si nous ne la comprenons pas, c'est la vie des générations futures qui sera mise en danger.
    Pascal Picq, paléoanthropologue au Collège de France, étudie les origines et l'évolution de l'homme et des grands singes. Fervent défenseur des théories de l'évolution, sa démarche associe volontiers art et science.

empty