• La sélection des 100 dates incontournables qui ont marqué l'histoire d'Alençon de sa fondation à nos jours.

  • Connaissez-vous la créatrice de la dentelle au Point d'Alençon ? Quel roman d'Honoré de Balzac a pour cadre Alençon ? Qui est cet Alençonnais, triple vainqueur des 24 heures du Mans, etc Des origines à nos jours, évoquant le patrimoine, les personnalités célèbres aussi bien que la géographie et le sport, l'auteur nous fait découvrir Alençon à travers 200 questions

  • Bien avant la naissance de la cité d'Alençon, le site était déjà un lieu de passage par lequel transitaient les voyageurs et les commerçants, un carrefour de routes reliant le littoral de la Manche aux rives de la Loire, faisant communiquer Bretagne et Île-de-France. Position stratégique, l'agglomération fut tour à tour propriété des seigneurs de Bellême au Xe siècle, siège d'un comté au XIIe siècle puis d'un duché au XVe siècle. Alençon deviendra ensuite l'une des principales villes normandes. La plupart de ses seigneurs laisseront leur empreinte sur la ville et plus particulièrement leurs épouses comme Marguerite de Lorraine, Marguerite d'Orléans (de Navarre) et Élisabeth d'Orléans. L'imprimerie, l'industrie toilière, le Point d'Alençon feront sa réputation sous l'Ancien Régime. De l'Empire au XXe siècle, en passant par la Restauration, la monarchie de Juillet et la République, l'histoire de la cité sera marquée entre autres par la visite de Napoléon Ier, les occupations prussiennes, l'occupation allemande et la Libération. Plus de soixante années se sont écoulées depuis la parution du dernier livre consacré à l'histoire d'Alençon ; c'est pourquoi cette « nouvelle » histoire de la ville s'imposait afin de combler ce manque, de revenir sur certaines hypothèses et de présenter des faits inédits. D'une lecture fluide, présenté clairement, émaillé de grands sujets, de détails méconnus, de récits de rixes, de procès, de supplices, d'anecdotes, etc., l'ouvrage d'Alain Champion représente un travail de recherche considérable et constituera sans doute une référence pour de longues années.

  • Les Promenades, considérées comme le « poumon vert » du centre-ville et qui font actuellement l'objet d'une rénovation, sont situées sur ce qui ne représente qu'une bien faible partie du parc du château des seigneurs d'Alençon attesté vers 1150 par l'auteur de la Chronique des comtes d'Anjou. Ce terrain était constitué du Grand et du Petit Parc séparés par la Briante, le premier, d'une trentaine d'hectares, sur la rive droite, et le second, d'environ huit hectares, sur la rive gauche. L'ensemble s'étendait largement au-delà de la Briante, depuis le faubourg de la Barre et l'actuelle rue Eugène-Lecointre jusqu'au faubourg de Lancrel, englobant la place Candie, la clinique Saint-Joseph, la rue de Bretagne, le centre psychothérapique et la rue Antoine-Jullien.

  • Cette Chronique alençonnaise était, à l'origine, un aide-mémoire qui n'était destiné qu'à l'usage particulier d'Alain Champion, archiviste municipal d'Alençon (Orne), dans l'exercice de sa profession. Beaucoup de questions sur l'histoire de sa ville revenaient souvent, nécessitant quelquefois de longues recherches qu'il fallait recommencer si, comme au début de sa carrière, il n'en avait pas conservé la réponse. Confronté plusieurs fois à cette déconvenue, il prit rapidement l'habitude de noter toutes sortes de faits, corroborés par les archives, constituant ainsi une sorte de Quid personnel.
    Le lecteur trouvera donc dans cette Chronique toutes sortes d'événements : dates-clés de l'histoire d'Alençon, constructions et démolitions d'édifices, visites de personnalités, naissances et décès de célébrités locales avec de brèves notices biographiques, fêtes diverses, poses de premières pierres, inaugurations, épidémies, nombre d'habitants, élections municipales, phénomènes climatiques, anecdotes, faits divers...
    Cet ouvrage est présenté "au jour le jour", chronologiquement, d'où son titre, la simple énonciation d'un événement succédant à un autre en fonction de la date à laquelle il se situe. Un index permet de retrouver rapidement un sujet recherché.
    Un travail de cette nature n'est pas considéré par son auteur comme exhaustif et clos. Il est, au contraire, perfectible et inachevé. Il peut, en effet, être complété au fur et à mesure des découvertes.
    De tout cela découle cette Chronique que tous les Alençonnais, anciens ou nouveaux, amateurs d'histoire, apprécieront et qui constituera un ouvrage de référence pour de longues années.

empty