• Le corps et la communication corporelle au centre de la construction de l'identité humaine.
    Cet ouvrage propose une réflexion engagée à partir de recherches en anthropologie du corps et des émotions. La connaissance du corps, nécessaire pour l'émancipation, repose sur un dialogue entre la connaissance réflexive et la pratique des arts corporels, notamment ceux qui engagent le toucher.
    La crise sanitaire du COVID-19, en perturbant les usages sociaux qui impliquent la proximité avec autrui et favorisent la communication corporelle, paraissent menacer ces derniers - comment les réinventer pour préserver la construction harmonieuse de l'identité ? Ensuite, à rebours du nouveau culte voué au « dieu corps », tant par les puissances du capitalisme que par les discours qui, en prétendant résister à ce dernier, constituent de nouveaux bastions, comment accorder au corps ce qui lui est nécessaire, sans s'enfermer dans un nouveau narcissisme ?

  • Lors de nos rares sorties, les regards sont fuyants, les visages sont sévères, les saluts rares. Pourquoi un tel comportement ?

    Le Covid-19 ne se contracte pourtant ni par le regard, ni en disant « bonjour » à un passant. Ce changement, qui ne se manifeste pas que dans les quartiers urbains et « sensibles », pourrait sembler anodin. Mais il annonce une évolution peut-être durable.
    Les rites de politesse ont un rôle essentiel : afin de préserver l'interlocuteur, il s'agit d'éviter l'inquiétude d'être agressé, impliquée par la coprésence physique. Il a fallu des siècles d'éducation dans toutes les sociétés pour contenir cette pulsion animale de peur de l'autre qui mène à une réaction primitive : sauver sa peau.

  • Au XXIe siècle, considérer le corps comme un simple instrument au service de la performance sociale et de la productivité n'est plus la conception majoritaire.

    Le corps est le moyen d'accès à soi, en communication sensible avec tous les vivants. L'expérience des confinements et le manque de contacts ont engendré une prise de conscience : le corps ému, dans la rencontre, donne accès à la connaissance du monde, aux autres vivants, humains et non humains, et surtout à soi-même.

  • Pour saisir toute la complexité du sens des pratiques corporelles, des chercheurs en sciences humaines et sociales se sont réunis, afin de mettre en corrélation les logiques sociales de construction et d'appropriation des messages corporels. Dans cette perspective, il convient de considérer les pratiques du corps comme des lieux privilégiés de l'expression d'un rapport individu/société toujours situé culturellement dans une époque donnée.

  • Cet ouvrage dresse un état des lieux des pratiques des acteurs de la communication dans les entreprises, les administrations et les institutions.
     En partant à la rencontre de professionnels, il identifie et analyse les problématiques transversales rencontrées par les acteurs de la communication, quel que soit leur terrain d'action : grande ou petite entreprise, institution, collectivité territoriale de toute taille, etc.
     Relations avec la hiérarchie, choix des politiques de communication, gestion de la temporalité, sélection des outils de communication, etc., tous les sujets sont abordés, dégageant les grandes lignes des pratiques actuelles de ces professionnels, et les problématiques majeures qui les animent.

empty