• Un guide tout en couleurs, concis et complet pour découvrir Toulouse en quelques jours.
    Pour chaque quartier, l'essentiel à découvrir en une journée et des encadrés 100% toulousains sur des lieux insolites ou inconnus des touristes.
    Des doubles pages détaillées sur les incontournables, comme la basilique Saint-Sernin ou l'église des Jacobins, et un itinéraire le long du canal du Midi.
    Un focus sur la Cité de l'Espace et les nouveaux sites liés à l'aéronautique, véritable fierté de Toulouse.
    Des idées d'excursions à Albi et dans les autres cités médiévales de la région.
    Les meilleures adresses pour déguster la cuisine régionale et faire la fête avec les Toulousains.
    Des cartes en couleur et un plan détachable pour toujours trouver son chemin.

  • Nous avons tous, pour la plupart, des origines paysannes. Mais l'exode rural, dès les années 1950, mène dans les villes un père, un oncle, un cousin. Alors la vie dans nos campagnes change. Certaines se désertifient, tandis que d'autres maintiennent un mode de vie empreint de traditions ancestrales. Puis le progrès passe par là, entraînant notamment la généralisation du machinisme agricole. Les tracteurs et moissonneuses-batteuses deviennent plus fréquents sur les chemins, de même que les trayeuses dans les étables. Il n'empêche, la vie à la campagne, dans les années 1950 et 1960, est toujours rythmée par les différents travaux liés à chaque saison : les labours, les semences, les fenaisons, les vendanges. Pas de répit possible, pas de vacances non plus, c'est un dur labeur qui attend les paysans pendant toute leur existence, les hommes comme les femmes. Mais celle-ci est tout de même entrecoupée de fêtes, religieuses ou païennes. On dresse de longues tables nappées de blanc à l'ombre des frondaisons et l'on festoie comme il se doit, non sans avoir pris soin de nourrir les bêtes avant les hommes ! La campagne en ce temps-là, c'est enfin un formidable terrain de jeu à ciel ouvert pour les enfants que nous étions. Nul besoin de console ou autre Nintendo ! Les animaux de la ferme, les vastes prairies et les bois odorants suffisent à nous occuper des journées entières. Même si, très souvent, les enfants doivent eux aussi participer aux tâches quotidiennes :
    Mais quel doux souvenir que d'aller au poulailler chercher les oeufs encore tout chauds pondus du jour !

  • Marchés de plein vent et carrioles de légumes, petits métiers et vendeurs à la criée, tramway et bicyclette, opéra et cinémas de quartier, corridas et zarzuelas, baignades dans la Garonne et pique-niques au bord du canal du Midi... Souvenirs, souvenirs. Instantanés noir et blanc des années 1940 et 1950 à Toulouse. Mais ce qui caractérise avant tout la cité occitane, c'est son incroyable cosmopolitisme.
    Toulouse, ville-accueil mais aussi ville-refuge. Dès 1939, elle devient la capitale de l'exil républicain espagnol puis voit affluer, en 1940, des milliers de réfugiés provenant de l'Europe entière. Il faut dire qu'elle a la chance d'être située loin du front. Il n'empêche, à la Libération, Toulouse doit aussi panser ses plaies : comme les autres grandes villes françaises, elle a connu l'Occupation, la faim et le rationnement, les dénonciations et les règlements de compte, les bombardements alliés et leurs funestes dégâts... Les années 1950 annoncent alors le temps de la renaissance : le « village » aux allures encore médiévales doit faire peau neuve et surtout s'agrandir.
    Il faut reloger la population qui ne cesse de s'accroître. Les grandes cités en béton sortent de terre, tandis que, peu à peu, la brique rougeoyante, débarrassée de ses enduits d'antan, redonne ses vraies couleurs à cette ville du Sud plantée entre Atlantique et Méditerranée. La Ville rose prépare désormais son avenir en regardant du côté du ciel et de l'espace... pour compter bientôt parmi les grandes métropoles européennes.

  • Ce guide couvre en profondeur : le pays basque français, le pays basque espagnol, le Béarn, la Navarre espagnole. Dans la section "Préparer son séjour", un chapitre spécifique sur le surf : les meilleurs spot, un lexique, des conseils pour débuter.... Deux chapitres spécifiques sur les Chemins de Saint-Jacques et la randonnée. Dans la section "Comprendre", un chapitre très fouillé sur l'identité basque, avec une interview d'un écrivain basque. Dans le chapitre "L'agenda", la sélection des plus belles fêtes basques. Les trois auteurs ont une très bonne connaissance des régions qu'ils couvrent (deux habitent le sud-ouest).

  • Ce guide sera votre compagnon pour quelques heures ou plusieurs jours dans la découverte de Toulouse, grâce à :

    - ses 11 itinéraires à parcourir à pied ou à vélo ;
    - sa cartographie précise et détaillée ( un plan pour chaque itinéraire et un plan général des itinéraires) ;
    - ses photos (au moins une par site évoqué) ;
    - ses informations pratiques.

  • Découvrez Toulouse en quelques jours - 2e édition, le livre de Véronique Sucère. Toulouse en quelques jours pour : goûter les mille saveurs du sud-ouest, dans les restaurants ou sur les marchés ; faire du shopping dans les innombrables boutiques de la rue Saint-Rome ; sortir des sentiers battus et mettre le cap sur l'usine Job ou les graffs de la rue Gramat ; s'imprégner de la vie culturelle toulousaine grâce aux spectacles vivants et aux festivals ; découvrir le vieux Toulouse et ses hôtels particuliers, se promener dans les jardins ou parcourir ses musées ; visiter la cabine d'un A380 à l'Aéroconstellation ou se plonger dans l'univers stellaire à la Cité de l'Espace. Découvrez la ville en un clin d'?il : un plan de la ville détachable et une carte détaillée pour chaque quartier ; tous les sites, monuments et musées, des grands classiques aux plus insolites ; les meilleurs restaurants, bars, boutiques et clubs sélectionnés par des auteurs locaux ; des portraits de véritables Toulousains, qui nous livrent tous leurs secrets pour mieux profiter de la ville.

  • Sûr, vos pas vous mèneront à Moissac.
    Moissac, ville de toutes les convergences ou, plus exactement, de toutes les confluences.
    De tout temps, son implantation géographique lui a valu de jouer un rôle de carrefour stratégique dans le sud-ouest, tant d?un point de vue économique qu?historique.
    Moissac s?impose au coeur d?un réseau de chemins et de routes, de voies fluviales et ferrées, conduisant à Paris ou Cahors, vers la Méditerranée via Sète ou l?Atlantique via Bordeaux ou encore vers la péninsule ibérique avec notamment, pour ultime destination, Saint-Jacques-de-Compostelle ! Depuis le IXe siècle en effet, des millions de pèlerins ont foulé la route du Puy-en-Velay, sur laquelle Moissac constitue une halte jacquaire majeure.
    Leur point de ralliement n?est autre que la célèbre abbaye saint-Pierre, joyau absolu de l?art roman, dont le cloître et le tympan ont été classés au patrimoine mondial de l?humanité par l?Unesco. Mais, à partir du XXe siècle, la pierre du quartier abbatial a dû partager la vedette avec ses superbes maisons au style résolument art-déco, jaillies de terre après la terrible inondation de 190 qui balaya en une nuit des centaines d?habitations de briques et de bois.
    Là encore, la convergence des éléments naturels, la pierre, l?argile, l?eau a contribué à modeler la physionomie de la ville qui vient d?obtenir, et ce n?est que justice le label, ville d?art et d?histoire.

empty