Gothique

  • 1231, occitanie... Cela fait pluS de mille ans que le cloître des vanités attire des âmes gangrenées par le désir et le désespoir. Sernin le bâtisseur, démon à la fois cruel et raffiné, règne en maître dans cette cour ensorcelée. Il a façonné Albeyrac, la fière cité Languedocienne entourant son piège et goûte à présent une retraite mêlée de torture, de meurtres et de dégustation de souvenirs volés... HélaS, l'arrivée d'un groupe de prêcheurs Albigeois va tout changer à proximité de son garde-manger. Les Parfaits et Parfaites de la secte cathare risquent de lui saccager son arme favorite par leur foi. Les pouvoirs du démon s'affaiblissent à leur approche, l'empêchant de se débarrasser d'eux par voie directe. Pour ne rien arranger, une des croyantes commence à attirer son attention d'une manière encore inédite, étrangement douloureuse...

  • Eve a disparu il y a cinq ans, sans laisser ni corps ni trace.

    Enfuie avec un amant, d'après la police londonienne, mais morte selon l'époux inconsolable. En dépit de sa défiance, ce dernier a fait appel à une médium ; contre toute attente, Mademoiselle LaFay possède un réel talent pour joindre l'au-delà et réunit chaque année le couple pour un jour de félicité... sauf cette fois-ci : Eve n'apparaît pas.

    En ces temps de misère et de richesse insolente dans la société victorienne, la vie après la mort attise les espoirs des scientifiques. Mary-Gaëtane LaFay et son amie Maisy, deux femmes audacieuses, affrontent leurs frayeurs pour résoudre un mystère entre deux mondes crépusculaires. De l'autre côté, l'Enquêteur poursuit le même dessein. La frontière qui les sépare est plus ténue qu'ils ne l'imaginaient, ce qui les unit, infiniment supérieur. L'affaire Blake révélera une énigme de la taille des univers.

    Christine Luce livre une superbe fantasy spirite aussi trouble qu'un verre d'absinthe, comme une rencontre de Nerval avec Neil Gaiman.

  • Paris, 1889. Un monde en transition, où les fiacres côtoient les tours vertigineuses des usines. Une ville brumeuse envahie par les aéroscaphes et des nuées d'automates cuivrés... C'est dans cet univers révolutionné par l'éther, la substance verte aux propriétés miraculeuses, que la comédienne Margaret Saunders doit résoudre le mystère de la mort de sa meilleure amie. Sur la piste d'un créateur de robots dément, Margo va découvrir au péril de sa vie les dangers cachés de l'envoûtante vapeur.

  • Le fortuné Richard Walker vient de mourir et laisse derrière lui un vaste manoir rempli des vestiges de toute une vie. Son ex-femme et ses enfants sont là pour récupérer l'héritage.
    Mais les Walker ne sont pas seuls. Alice et Sandra, les anciennes résidentes, mortes depuis longtemps, sont liées à la demeure et s'éternisent dans ses murs. Elles observent la famille et s'expriment à travers le sifflement d'un chauffage, le grincement d'une marche ou le clignotement d'une ampoule.
    Lorsque le monde des esprits se heurte à celui des humains, de terribles événements refont surface et provoquent un véritable cataclysme.
      Traduit de l'anglais (États-Unis) par Alice Delarbre.

  • Apostasie

    Vincent Tassy

    Un conte macabre sur lequel souffle la puissance des rêves.

    Anthelme croit en la magie des livres qu'il dévore. Étudiant désabusé et sans attaches, il décide de vivre en ermite et de s'offrir un destin à la mesure de ses rêves. Sur son chemin, il découvre une étrange forêt d'arbres écarlates, qu'il ne quitte plus que pour se ravitailler en romans dans la bibliothèque la plus proche. Un jour, au hasard des étagères, il tombe sur un ouvrage qui semble décrire les particularités du lieu où il s'est installé. Il comprend alors que le moment est venu pour lui de percer les secrets de son refuge. Mais lorsque le maître de la Sylve Rouge, beau comme la mort et avide de sang, l'invite dans son donjon pour lui conter l'ensorcelante légende de la princesse Apostasie, comment différencier le rêve du cauchemar ?

  • Et si Ann Radcliffe, célèbre pour ses romans gothiques, avait elle-même été la protagoniste d'une aventure pleine de danger ? C'est ce qu'elle a raconté au grand feuilletonniste français Paul Féval, qui rapporte le récit de la lutte de la jeune femme contre l'atroce M. Götzi, le vampire aux yeux verts luminescents, et sa découverte de toute une terrifiante cité : la ville-vampire !

  • Surgi de l'au-delà, un casque géant tombe dans la cour d'honneur du Château d'Otrante et tue le fils du prince. Des guerriers de marbre descendent de leur socle et saignent du nez. Viendra d'Angleterre à leur suite, dans un concert de gémissements et d'enlèvements, de viols et d'assassinats et dans des décors de cachots, caveaux, confessionnaux, cimetières, châteaux et monastères baignés par la lune ou assaillis par l'orage, un cortège de nonnes sanglantes, de spectres bruyants, de moines impudiques, d'inquisiteurs masqués et d'orphelines ravies à leur couvent ou à leur fiancé...
    De cette masse de prodiges et méfaits entretenus par le fol engouement du public émerge l'inspiration de quatre maîtres incontestés. D'abord Horace Walpole, initiateur du genre avec Le Château d'Otrante (1764), puis Ann Radcliffe, spécialiste du surnaturel expliqué et dont Le Confessionnal des Pénitents noirs (1797) montre le triomphe de l'amour sur l'Inquisition et ses chambres de torture. Avec Le Moine (1795) de Matthew Gregory Lewis, l'intervention directe du diable porte le surnaturel à l'incandescence et l'amour jusqu'au blasphème. Le roman de la terreur a cédé la place au roman du Mal. Un Mal qui, dans Melmoth ou l'Homme errant (1820) de C.R. Maturin, va quitter les lieux de l'inspiration gothique pour écraser des hommes sous leur destin aux quatre coins du monde.
    Parmi les nombreux écrivains que le roman noir terrifiant a fascinés à l'aube du romantisme, de Balzac à Baudelaire en passant par Charles Nodier, Victor Hugo et George Sand, on retiendra l'auteur des célèbres Contes. Les Élixirs du diable (1816) d'Hoffmann constituent l'hommage du romantisme à un genre qu'on jugera frénétique et mal famé.

  • Les vampires, ces revenants qui hantent les cimetières et l'imaginare gothique, connaissent des éclipses mais ne meurent jamais. A l'instar de leur faculté première, l'immortalité, leur mythe est éternel.

    Sombres et inquiétants, comme la nuit qu'ils traversent, les vampires effrayent et séduisent tout à la fois. Hésitant entre l'envie d'être délicieusement croqué ou fuir à toutes jambes, l'être humain aime les histoires de vampires.

    Ces ennemis de Dieu qui défaillent à la simple vue d'un crucifix méritaient bien une bible. Une bible noire, hantée de sortilèges qui raconte leur long cheminement jusqu'à nous et offre aux non-morts la reconnaissance qu'ils méritent.

    Composé de 5 parties : Le livre des origines, le livre de la loi du sang, les livres poétiques des ténèbres, le testament des vampires et l'apocalyspe des vampires, cet ouvrage illustré de plus de 50 dessins inédits de Pascal Croci, explore la légende des immortels grâce à la plume experte d'Edouard Brasey associée à celle de Stéphanie Brasey.

  • Ludham, petit village assoupi du Surrey, en Angleterre, devient le théâtre d?un étrange événement. Mr Jeremiah Redworth, vieux monsieur austère et sans histoire, quitte un matin son domicile? pour ne plus jamais revenir. Où est-il ? Pourquoi est-il parti ? Fugue galante, malgré son âge, ou crime crapuleux ? Tout l?argent qu?il trimbalait au moment de sa disparition apporte de l?eau aux deux moulins. Les rumeurs bourdonnent, les murmures naissent et enflent? La famille s?attend au pire !
    Hilda Gower, nièce de Jeremiah, décide de résoudre cette énigme. Avec l?aide d?un fermier, Mr Garland, elle mènera l?enquête, certes, et parviendra même à une conclusion logique ? mais une femme amoureuse et trahie dans ses espérances constitue-t-elle la plus neutre des enquêtrices ?
    Un village somnolent, entouré de forêts et de marais ingrats au milieu desquels se dresse un vieux manoir délabré, une énigme, une enquête, un fantôme révélateur qui aide à démasquer le coupable? mais un coupable peut en cacher un autre. Un roman pour qui se sent des envies de renifler le whisky, le thé et le toast grillé. Toute une ambiance qui renaît ? dont bien des lecteurs ont la nostalgie.

  • Dans une ville virtuelle à l'image de Londres au XIXe siècle, une jeune femme est assassinée. Roberta Morgenstern, sorcière spécialisée dans les enquêtes criminelles, et son assistant, Clément Martineau, vont remonter le temps pour trouver le meurtrier. La traque des suspects les entraîne en un tourbillon d'époques et de lieux, du Paris médiéval au Mexique des Aztèques. Tous les indices convergent vers le machiavélique comte Palladio, qui a ressuscité un quadrille de grands criminels pour renégocier avec le Diable son pacte d'immortalité.

  • Deux ans après l'affaire du "Quadrille des assassins", Roberta Morgenstern, sorcière extravagante, vit heureuse avec M. Rosemonde, tandis que Martineau poursuit ses études de sorcier de l'air. Mais leur vie est bouleversée par l'apparition d'un tueur en série, d'un golem monstrueux venu de Prague et de Méphistophélès en personne. Le deuxième volet d'une trilogie à l'humour tonique et au rythme endiablé.

  • En panne de succès, le patron d'un grand studio de dessins animés revient dans le pays de son enfance, là où il a créé Mister Kreekle, son personnage fétiche. Une nuit, il entend Dick l'appeler... son chien mort voilà soixante ans. Il sort à sa recherche, traverse la rivière, se perd dans les bois. où il croise un garçon qui accompagne « son » Dick pour son ultime voyage. Débute un périple à la frontière du fantastique. Ils dorment dans une maison hantée, suivent des biches, se partagent la dernière noisette que Mister Kreekle cache dans une poche. Se remémorant sa vie, entre poésie et compromis, le vieil homme renoue avec l'inspiration. Mais toute fin étant une question de point de vue, chacun des trois voyageurs proposera la sienne.

  • Le narrateur de Tenebræ vit reclus dans un manoir délabré au c?ur d?une campagne reculée. Il passe la majeure partie de son temps dans une pièce totalement tendue de noir, à étudier d?obscurs manuscrits traitant des mystères de la mort, en sirotant des liqueurs colorées ou des tasses de café aromatisé à l?arsenic.  Lorsque l'objet de son affection se rend compte qu?il est de déplaisante compagnie et tombe amoureuse de son frère cadet, il éprouve une jalousie meurtrière qui le conclut au crime sanglant. Mais, dès son terrible forfait perpétré, il est hanté par une énorme et monstrueuse araignée. Est-ce une hallucination apportée par une folie naissante, l?âme réincarnée de son frère assassiné revenue afin de se venger, ou cela préfigure-t-il un destin plus terrifiant qu?on ne pourrait l'imaginer ?
    Publié en 1898, à la fin d?une décennie riche en fictions gothiques avec des ?uvres telles queL e Portrait de Dorian Gray, L?Étrange Cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde, Dracula et Le Scarabée, l?étrange roman d?horreur d'Ernest George Henham, Tenebræ, est sans équivalent par sa noirceur, sa tristesse et son caractère sinistre.

  • Frankenstein ou Le Prométh ée moderne (Frankenstein or The Modern Prometheus) est un roman « gothique » et considéré comme le précurseur de la science-fiction, publié en 1818 par la jeune romancière anglaise Mary Shelley.
    Robert Walton, lors de son voyage au Pôle Nord, rencontre un certain Victor Frankenstein à qui il sauve la vie. Ce dernier lui raconte le récit de sa malheureuse vie : il s'agit d'un docteur habitant à Genève ayant découvert le secret de donner la vie. Ce dernier crée une créature extrêmement hideuse, à ce point qu'au moment même où le « monstre » prend vie, Frankenstein prend la fuite. Cependant le « monstre » le poursuit en tuant ses proches, surtout après le refus de ce dernier de lui fabriquer une compagne. Frankenstein décide alors de supprimer lui-même le monstre. Ce dernier l'entraine vers le Pôle Nord où la créature Frankenstein s'égare et finit par mourir. Le « monstre » apprenant la mort de son créateur, pris de remords, décide alors de mettre fin à sa propre vie.

  • Le Monstre, la Créature : il n'a pas de nom et a désormais emprunté celui de son créateur, Victor Frankenstein !
    Né dans les premiers soubresauts des expériences électriques, des rêves vitalistes d'un savant qui croyait pouvoir donner la vie à une construction de chair morte, le monstre de Frankenstein c'est le mythe prométhéen renouvelé alors que débute à peine la révolution industrielle.
    Il y a 200 ans, ce puissant mythe a croisé le destin de la romancière Mary Shelley et des poètes Percy Bysshe Shelley et Lord Byron.

  • Rêveur d'opium

    Emmanuel Anzeraey

    Londres, Printemps 1893. En cette fin d'époque victorienne, Damian Knight, jeune aristocrate issu de la bourgeoisie londonienne, donne des cours à la Faculté des Sciences de l'Ingénierie de l'University College of London tout en travaillant à son projet de création d'automate. Lorsqu'un beau jour il se retrouve brutalement confronté au surnaturel, ses certitudes vacillent. Dès lors, le jeune homme va devoir mettre de côté sa foi en la science à tout expliquer et surmonter son aversion pour l'irrationnel et plonger dans un univers fantastique dans lequel le réel et le surnaturel s'entremêlent. Il découvre alors un monde obscur composé de clubs secrets dont les membres dégénérés sont à la recherche de sensations fortes, de sorciers se disant capables de pratiquer des invocations interdites et de sociétés occultes cherchant à faire revivre d'anciens rituels oubliés. S'efforçant de ne pas sombrer dans la folie et luttant contre ses démons intérieurs, le jeune homme devra se confronter à l'occulte et au surnaturel pour tenter de démêler le vrai du faux, le sensationnel du véridique, et, qui sait, comprendre de quel maléfice il est victime ! Né en 1969 et Emmanuel Anzeraey est passionné d'Heroic Fantasy et de science-fiction depuis l'adolescence, baignant aussi bien dans la lecture des grands classiques du genre tel que Moorcock, Zelazny, Howard, Asimov, Bordage ou Tolkien que dans le cinéma (Starwars, Alien, Blade Runner,...), dans la pratique des jeux de rôles (Warhammer, Stormbringer, Cyberpunk, Starwars,...) ou encore des jeux vidéo (Baldur's Gate, Skyrim, Starcraft,...). Durant cette période, il a publié des dizaines des nouvelles fantastiques ainsi que de nombreux scenarii et univers pour le jeu de rôles dans diverses revues spécialisées (Walter PPK, Coups Critiques, Dragons & Microchips). Il est l'auteur d'une saga d'Heroic Fantasy en deux volumes : «Les Chroniques du Faucon Gris» et d'un thriller technologique : «Planète Verte».

  • Quand Aude revient à Toulouse passer quelques jours auprès de sa grand-mère Clémence et de son cousin Raphaël, elle se trouve subitement confrontée à des événements qui la plongent dans le passé tourmenté de sa famille.
    Entraînée par Raphaël, passionné par l'histoire de la chapelle attenante à la maison de Clémence, dont l'entrée est murée depuis bien longtemps, et guidée par des rêves étranges vers un manoir isolé où résida leur aïeule Olympe, Aude va plonger dans un univers angoissant où elle croisera la route d'un journaliste, Hugo. Ce dernier, sur les traces d'une amie disparue, s'intéresse lui aussi au manoir qui semble abriter des activités occultes et criminelles.

  • Au-delà du thème fantastique sous lequel on les réunit souvent, cet ouvrage a pour particularité de révéler d'autres points communs à ces deux auteurs, en réunissant sous le thème de la peur, des nouvelles qui suscitent l'effroi, l'horreur et des frissons...

  • « Ainsi c'est toi, dit calmement le Russe. Tu as osé pénétrer ici avant même d'être des nôtres ? Tu vas regretter ton audace, Prétendant. » L'autre ne bronchait pas, comme une grande marionnette élégante, attendant le bon moment pour se mettre en branle.
    « Tu crois qu'on va donner la place de Lison à un chapardeur de culotte et de mouchoir ? Il te faudrait bien d'autres preuves, pour mériter le droit d'être le septième membre du club Diogène. Je te le dis, ce ne sera pas toi. » L'autre ne répondit rien. Excédé, Fédor reprit :
    « Je vais donc, sans ton accord, t'attraper, te maîtriser, te ligoter et te refiler à Monsieur, qui pourra te renvoyer à tes limbes. La seule Succession à laquelle tu auras droit, ce sera celle de mes poings sur ta tronche. » Le Prétendant, bien que d'une carrure moindre, dominait Fédor d'une quasi tête, mais sa figure demeurait résolument retirée dans les discrétions d'un haut col de manteau et d'un chapeau Lafayette.
    « Que la lumière soit ! » cria Fédor en lançant son chandelier.
    * Toujours en deuil, le club Diogène n'acceptera qu'à contrecoeur un remplaçant à Lison, et celui-ci devra faire sa place au cours de ces quatorze nouvelles aventures. Le lecteur apprendra, pour son plus grand profit, qu'il ne vaut mieux pas pousser des portes noires ouvrant sur des églises inachevées, ni sauver des matrones tziganes qui vous lisent un avenir dont vous vous seriez bien passés. Dans ce troisième volume, les cadavres sont parfumés, les démons sèment des crottes sur les escaliers et une secte de castrats russes envahit Paris. Vayec, quant à lui, joue à disparaître.

    Enfin, l'heure est aux fantômes. Nul suaire, nulle spectralité, mais des bagnards d'outre-tombe, une lettre, une île au trésor, et un effarant livre de comptes. C'est le passé du club Diogène qui commence à revenir le hanter, et à le guider dans les dédales du Paris infernal...

  • Ange maudit

    Frédéric Merchadou

    Dans la maison d'Herberay les invités sont rares, mais ils restent longtemps. Très longtemps. Les gens du coin murmurent parfois qu'une étrangère est entrée dans l'obscurité des bois qui gardent le domaine. Mais nul ne l'a jamais vue repartir.

    Automne 1883. Le peintre Mathias Yequel a accepté de venir travailler à Herberay. En ce lieu isolé, le jeune artiste parisien espère vaincre sa dépendance à l'absinthe qui le pousse vers la folie. Pourtant, dans l'ancienne demeure d'Herberay où les découvertes étranges s'enchaînent, il lui semble plus que jamais perdre la raison. La vieille maîtresse des lieux exerce sur lui une fascination surnaturelle qui l'envoûte et l'effraie tout à la fois. Il se demande encore ce qu'elle attend vraiment de lui quand on le présente à l'enfant aux yeux blancs, enveloppé d'une aura de puissance, inséparable de sa flûte dont les sons serpentent autour de lui. À l'incompréhension de Mathias s'ajoute le poids grandissant d'une menace.

    Contre sa souffrance, contre le danger qui s'affirme, peut-il vraiment compter sur l'aide de cette drôle de fille tombée amoureuse de lui au premier regard ? Paule a l'air prête à tout pour défendre cet homme qu'elle n'a rencontré qu'une fois, dans le magasin de son père. Mystérieusement, elle semble protégée des dangers qui émanent du domaine... Mais jusqu'à quel point peut-elle défier la vieille et l'enfant sans que, sur elle aussi, se referment les grilles d'Herberay ?
    * Avec Ange maudit, Frédéric Merchadou nous montre que l'apparente tranquillité d'un bourg rural à la Flaubert peut cacher bien des terreurs. Un roman porté par une écriture impeccable, un découpage maîtrisé et une atmosphère sombre et raffinée, et qui vous réserve de beaux frissons.

    Ouvrage récompensé par le Prix littéraire Histoires de romans 2012.

empty