Littérature moyenâgeuse autre

  • Don Quichotte lui-même, au seuil de la «Seconde partie» (1615), n'en croit pas ses oreilles : «Il est donc vrai qu'il y a une histoire sur moi?» C'est vrai, lui répond le bachelier Samson Carrasco, et cette histoire - la «Première partie» du Quichotte, publiée dix ans plus tôt -, «les enfants la feuillettent, les jeunes gens la lisent, les adultes la comprennent et les vieillards la célèbrent». Bref, en une décennie, le roman de Cervantès est devenu l'objet de son propre récit et commence à envahir le monde réel. Aperçoit-on un cheval trop maigre? Rossinante!
    Quatre cents ans plus tard, cela reste vrai. Rossinante et Dulcinée ont pris place dans la langue française, qui leur a ôté leur majuscule. L'ingénieux hidalgo qui fut le cavalier de l'une et le chevalier de l'autre est un membre éminent du club des personnages de fiction ayant échappé à leur créateur, à leur livre et à leur temps, pour jouir à jamais d'une notoriété propre et universelle. Mais non figée : chaque époque réinvente Don Quichotte.
    Au XVIIe siècle, le roman est surtout perçu comme le parcours burlesque d'un héros comique. En 1720, une Lettre persane y découvre l'indice de la décadence espagnole. L'Espagne des Lumières se défend. Cervantès devient bientôt l'écrivain par excellence du pays, comme le sont chez eux Dante, Shakespeare et Goethe. Dans ce qui leur apparaît comme une odyssée symbolique, A.W. Schlegel voit la lutte de la prose (Sancho) et de la poésie (Quichotte), et Schelling celle du réel et de l'idéal. Flaubert - dont l'Emma Bovary sera qualifiée de Quichotte en jupons par Ortega y Gasset - déclare : c'est «le livre que je savais par coeur avant de savoir lire». Ce livre, Dostoïevski le salue comme le plus grand et le plus triste de tous. Nietzsche trouve bien amères les avanies subies par le héros. Kafka, fasciné, écrit «la vérité sur Sancho Pança». Au moment où Freud l'évoque dans Le Mot d'esprit, le roman est trois fois centenaire, et les érudits continuent de s'interroger sur ce qu'a voulu y «mettre» Cervantès. «Ce qui est vivant, c'est ce que j'y découvre, que Cervantès l'y ait mis ou non», leur répond Unamuno. Puis vient Borges, avec «Pierre Ménard, auteur du Quichotte» : l'identité de l'oeuvre, à quoi tient-elle donc? à la lecture que l'on en fait?
    Il est un peu tôt pour dire quelles lectures fera le XXIe siècle de Don Quichotte. Jamais trop tôt, en revanche, pour éprouver la puissance contagieuse de la littérature. Don Quichotte a fait cette expérience à ses dépens. N'ayant pas lu Foucault, il croyait que les livres disaient vrai, que les mots et les choses devaient se ressembler. Nous n'avons plus cette illusion. Mais nous en avons d'autres, et ce sont elles, peut-être - nos moulins à vent à nous -, qui continuent à faire des aventures de l'ingénieux hidalgo une expérience de lecture véritablement inoubliable.

  • Les quatre textes réunis ici, dont la parution a été longtemps attendue, nous offrent un tableau remarquable d'un poème et d'un héros qui furent une source d'inspiration majeure pour J.R.R. Tolkien.

    Par sa traduction en prose de Beowulf, chef-d'oeuvre de la poésie médiévale anglaise, l'auteur rend accessible la légende d'un vainqueur d'ogres et de dragons - qui recèle en sa poigne « la force de trente hommes » - tout en exprimant la dimension psychologique du héros au sein d'une atmosphère sombre et néanmoins fascinante, dans laquelle se déploient les vertus de loyauté et de courage.

    Cette traduction s'accompagne de commentaires essentiels, souvent divertissants, sur la nature et la langue du poème, l'Histoire et la légende, ce qui permet au lecteur de mieux apprécier les multiples aspects du texte vieil anglais.


    L'ouvrage inclut Sellic Spell, « récit merveilleux » par lequel J.R.R. Tolkien a voulu reconstituer la légende d'origine, et deux versions bilingues du Lai de Beowulf.

  • À la fin des années 1910, dans une Europe ravagée par la Première Guerre mondiale, l'illustrateur danois Kay Nielsen apportait les dernières touches à ses illustrations pour Les Mille et Une Nuits. Le résultat est considéré comme un chef-d'oeuvre de l'illustration du XXe siècle: vibrantes de couleurs somptueuses, dont des bleus et des rouges profonds, rehaussées à la feuille d'or, les images réveillent la magie de ce recueil légendaire de contes indo-persans et arabes, rassemblés entre les VIIIe et XIIIe siècles.

    Mais dans le climat financièrement tendu de l'après-guerre, les éditeurs abandonnèrent le projet de Nielsen et l'ouvrage ne vit jamais le jour. Artiste alors émergent, Nielsen se consacra à d'autres projets, si bien que les spectaculaires illustrations à la plume, à l'encre et à l'aquarelle de ce classique de la littérature mondiale furent mises sous clé pendant 50 ans. Publiées dans une seule édition, au cours des années 1970, elles furent sauvées de l'oubli peu avant la mort de Nielsen en 1957, et sont désormais conservées dans la Grunwald Center Collection du Hammer Museum, à Los Angeles, à l'Art Institute de Chicago et dans deux collections privées.

    Bénéficiant pour la première fois d'une impression en cinq couleurs, dont l'or, qui redonne vie à leur fascinante beauté, ces 21 illustrations réunies en un portfolio de haute qualité ont été reproduites directement à partir des aquarelles originales de Nielsen, l'unique série complète de ses oeuvres à avoir survécu. Chaque illustration est présentée individuellement, en très grand format et sur un papier beaux-arts raffiné, afin de révéler le génie graphique de Nielsen et la richesse de ses influences, de l'Art nouveau aux estampes japonaises et aux miniatures indiennes.

    L'ensemble comprend aussi un livre relié de 144 pages, également imprimé en cinq couleurs, qui offre une description de chaque image et trois essais abondamment illustrés racontant la genèse de ces illustrations, les origines du style singulier de Nielsen et le destin des contes. Ce livre complémentaire présente des oeuvres inédites ou rarement publiées de Nielsen, ainsi que l'intégralité des 23 dessins en noir et blanc merveilleusement raffinés créés par Nielsen pour son projet d'origine. Une chance unique de posséder des reproductions d'exception de la seule série d'aquarelles complète à ce jour de cet artiste à l'influence immense.

  • Cet ouvrage propose la traduction en français moderne des Miracles de Notre-Dame par personnages. Ce premier tome inclut une introduction générale au recueil, où l'accent est mis sur l'invention d'une dramaturgie, ainsi qu'une courte présentation de chaque miracle, qui en montre l'intérêt pour le lecteur moderne.

empty