1914-1918

  • C'est la fête à Parigné-l'Évêque, dans la Sarthe. En ce jour de la Saint-Jean, Louise, 20 ans, se laisse séduire par Justin, un fermier des environs. Le garçon, qui vient de reprendre l'exploitation familiale après la mort de ses parents, tombe sous le charme de la jeune lavandière.
    À peine sont-ils mariés que la guerre éclate - la grande, celle de 14. Justin troque la fourche pour le fusil et s'en va labourer les champs de bataille. Son épouse, qui ignore tout des travaux de la ferme, se retrouve seule.
    Mais, à l'heure de la moisson, une extraordinaire entraide s'organise. Louise peut compter sur le soutien de ses voisines, privées comme elle de leur mari. Et sur celui d'un capitaine belge en mission au Mans. Ingénieur agronome dans le civil, l'homme va se montrer d'un grand secours. Peut-être même trop...
    Un magnifique hommage aux femmes qui ont contribué à la survie du pays aux heures les plus terribles de son histoire.

  • Les gardiennes

    Ernest Pérochon

    • Metive
    • 29 Novembre 2017

    Suivez le quotidien de la grande Hortence, Francine, Léa et Solange, des femmes au quotidien extraordinaire, emportées dans le tourbillon de la Grande Guerre.
    Avec le départ de leur mari pour le front, elles doivent s'organiser, se mobiliser et se battre pour faire vivre les fermes. Elles se font ainsi les gardiennes de leur milieu rural, chargées de préserver leur patrimoine en attendant la paix.
    Ernest Pérochon illustre à sa manière le long combat des femmes pour leur émancipation, avec ses succès mais aussi ses échecs cruels.

  • Les canons rugissent, des ouragans d'acier balaient hommes et bêtes, les éléments se déchaînent. Sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale, rien n'est épargné à l'agent de liaison Vorhofen et aux hommes qui l'accompagnent. Des Flandres à Verdun, en passant par les Balkans, sur fond de paysages majestueux et de nature hostile, c'est à une description sans détour du quotidien des soldats qu'invite ce roman dans lequel l'auteur, avec une puissance d'évocation rare, pose cette question lancinante : pourquoi ces souffrances, pourquoi la guerre ? L'écriture tout à tour sèche et sauvagement poétique de Zeiz fait de ce texte méconnu une oeuvre singulière, humaniste et profondément marquante.

  • En 1940, après deux décennies étourdissantes, La Baule vit dans le luxe et la fête. Fin de partie quand le casino est transformé en hôpital et que les deux plus grands hôtels, sont réquisitionnés pour l'état-major anglais. Puis à partir du 15 juin 1940 à peine amorcée, la guerre est perdue, la moitié du pays est occupée par l'ennemi, Le destin heureux de La Baule, est percutée par les évènements Éberlués, les Baulois entrent dans ce qui devient la vraie vie. Les Allemands pénètrent dans La Baule, partout ce ne sont qu'hôtels de luxe et villas cossues c'est un cadeau pour l'occupant, ils les réquisitionnent pour y loger l'état-major et les troupes. Il n'y aura pas de conflit. Les Baulois le sentent et respirent. La peur se dissout dans une onde d'espoir.
    Cinq héros fictifs évoluent de juin 1940 à mai 1945 dans cet environnement conforme aux faits historiques.

  • Gueules

    Andreas Becker

    Gueules est un récit composé de textes et composé de photos d'origine (faites en 1916 à l'hôpital de Dresde et miraculeusement préservées).
    L'une des gueules, Charles de Blanchemarie, présente ses « colocataires » d'un hôpital où ces grands blessés sont soignés par une infirmière qui prend les soins très à corps. Naissent alors, au-delà de la solidarité de blessés, amitié, amour et tendresse dans un endroit où l'on ne s'attend qu'à abrutissement.
    Puisqu'avec des gueules abîmées il n'est plus possible de s'exprimer dans un français « correct », on fait comme on peut, avec des mots inventés, abrégés ou rallongés selon les facultés physiques de chacun.
    Mais l'incapacité de prononciation traduit aussi la perte de la dignité qu'ont vécue ces blessés de la face, que ce soit des mutilés de la guerre ou des accidentés d'aujourd'hui.
    Elles font peur ces gueules, alors que dans Gueules, ces êtres qu'on a érigés en héros pour les éloigner le plus loin possible de la réalité (pour d'évidentes raisons de propagande en préparation de guerres futures) se montrent telles qu'elles sont, aimables parfois, espiègles, joueurs...
    Tout simplement humaines.

  • 1914, Franz Reihmann trouve l'amour mais déjà la guerre le happe et le cloue dans les tranchées à Neuve-Chapelle, (62). 1916, Francisco et Amilcar, enrôlés côté Portugais, se battent dans le même bourg. Un Christ, tombé de sa croix, devient un symbole face à l'ennemi. Bientôt l'allemand et les deux portugais sont face à face. 1956, Francisco, chargé des cimetières Portugais en France, orchestre la remise du Christ qu'il fait transporter à Batalha. Instable, il papillonne tandis qu'Amalia, sa maîtresse, l'attend. Mutilé, Franz épouse Cornélia à Karlsruhe. Le couple fait face à moult revers. Mai 1968. Franz et son petit-fils découvrent un cliché du Christ des tranchées. Les recherches les mènent à Paris en pleine insurrection et au Portugal ou Francisco... Tissé entre des faits historiques avérés, largement méconnus, ce roman s'étale sur une soixantaine d'années.

  • « Et voilà, en plus, des souris et de gros rats courant de tous les côtés. Je les entends sous ma tête mordiller la paille, les musettes et faire remuer les gamelles. À chaque instant, il me faut donner des coups sur ma toile de tente que j'ai étendue sous moi et que je ramène sur ma figure car il en passe des quantités. » Avec la Grande Guerre dont le qualificatif n'est justifié que par la durée du conflit et l'ampleur du massacre collectif, les anonymes entrent dans l'Histoire, mêlant leur expérience pétrie de boue et de sang à l'anti-épopée du monde moderne, à l'aube du siècle nouveau. Parmi les oeuvres de fiction souvent marquées par les souvenirs personnels d'écrivains célèbres (Barbusse, Céline, Giono, Genevoix, Dorgelès, Proust...) surgissent des textes d'inconnus, à la frontière du littéraire et du vécu, fragments de vies brisées et témoignages des survivants ou des disparus dont il ne reste que des lettres, des journaux, des mémoires. Ces deux carnets de guerre retrouvés dans une malle font partie de ce patrimoine de l'ombre. Plus que des souvenirs exhumés c'est une résurrection intégrale du passé, n'évoquant pas la gloire des Anciens mais la vie quotidienne humble et prosaïque de tous ces hommes de bonne volonté embarqués dans une aventure qui les dépasse. Au jour le jour, nous les suivons dans leurs pérégrinations, de village en village sur une carte qui n'a rien de tendre et qui indique les étapes d'un long calvaire collectif au seuil de la barbarie moderne. Auguste et Robert sont les témoins et les héros d'un autre temps qui n'est déjà plus le nôtre.

  • En octobre 1921, aux assises de Douai, s'ouvre un procès qui avant même de commencer à fait couler beaucoup d'encre. L'homme qui va prendre place dans le box des accusés est un notable bien connu. Sa réussite sociale lui a attiré quelques ennemis féroces dont une dangereuse psychopathe. En 1915, cette dernière, jalouse de sa fortune, avait essayé de l'abattre en le faisant accuser du meurtre d'une femme qu'elle venait de tuer. Le coup était bien monté et il s'en était fallu de peu pour qu'il ne s'en sorte pas. S'il est là, aujourd'hui devant ce tribunal, c'est suite à une dénonciation : collaboration avec l'occupant de 1915 à 1918. Le dossier monté contre lui est accablant mais il est résolu à faire, cette fois encore, la preuve de son innocence.

  • Le pré d'honneur

    Philip Boyer

    1916. À Verdun et dans la Somme s'engagent deux des batailles les plus meurtrières de la Grande Guerre. Nul ne peut mesurer les désastres intérieurs qu'elles vont provoquer à l'arrière, en écho au ravage des offensives. C'est Suzanne, jeune pianiste qui éconduit son ami d'enfance, Pierre, le blessant à l'âme. C'est Odon touché au coeur par quelques mesures de piano ou encore Georges, héritier d'un grand domaine en Dauphiné qui, loin des lignes de combat, dans un pré en friche, « le pré d'honneur », cache des secrets. En contrepoint de la guerre, la miséricorde obstinée emportera tout et tous, personnels de maison, maîtres, époux et amis, pour révéler leur humanité blessée.

  • Accordements

    Elisabeth Groelly

    La toile de fond : les premiers fronts de 1914. Les hommes se sont entremêlés dans l'horreur que l'on sait. Le lecteur va pourtant retenir la petite musique aigrelette de cette danse d'un soir, car son écho résonne encore sur les années.
    Se profile un autre souvenir, celui d'une aquarelle...
    Alors va se livrer une histoire étrange, un récit fait de douceur, comme peut l'être la vie, parfois. Comme le sont, peut-être, les vraies rencontres.
    Si le front est présent en filigrane, le texte, lancinant, est centré sur cinq générations de personnages qui vont se parler. Plutôt une conversation lente et pudique où le premier interrogera patiemment le deuxième ; lequel se retournera vers lui pour l'aider ; quant au dernier, aura-t-il, lui, attendu les deux autres ?
    La voix fédératrice de la préface ainsi que celle, plus insistante, de la narration, interpellent le lecteur jusqu'au dénouement d'une quête qui ne laissera pas indifférent.
    Aux balbutiements d'une Europe en construction, le souci pressant de réunir les hommes est donc devenu nécessaire. Enfin !

  • Saga sociale autour d'une famille de paysans picards, Quai des luttes est la suite du Planqué des huttes, paru en 2015. On y retrouve Rémi, le petit dernier de la famille Coulon qui fuit une guerre qui le rattrape. Sous une identité d'emprunt, il se retrouve embarqué sur un navire de guerre pour la Russie. Ouvrière à Paris, sa soeur France fréquente les milieux anarchistes. Restée au village où elle se prépare au métier d'institutrice, Jeanne la cadette est témoin de la transformation des travailleurs chinois du camp de Noyelles en fuyards hors-la-loi.

  • Emilie

    Aïssa Lacheb

    1917, en pleine Grande Guerre , le Cornillet et les monts de Champagne, une histoire terrible et un conte émouvant.

    Ce roman à la fois fantastique et historique raconte un fait peu connu de la Grande Guerre : la reprise du mont Cornillet par les Français en mai-juin 17.
    Front des monts de Champagne. Alors que tous les habitants s'apprêtent à quitter le village de Nauroy bombardé, la famille d'Émilie hésite. La guerre décidera pour eux : la nuit précédant leur départ, un obus éclate près de leur maison, n'épargnant que la fillette.
    L'enfant, totalement mutique, va vivre dans les tranchées proches parmi les soldats allemands. Chaque jour, elle apparait comme Gavroche parcourant le champ de bataille...
    Rapportée par deux soldats allemands revenu sur les lieux à la fin de la guerre, cette histoire se murmure encore.
    Pour la première fois, de sa grande voix classique et avec toute sa puissante empathie, Aïssa Lacheb puise dans sa fascination et sa considérable érudition de la Grande Guerre.
    Dans ce roman court et dense à la fois, il ramène au souvenir commun ce que fut cette période restée comme " la bataille des géants " en même temps qu'il restitue à l'Histoire un peu de ce que fut le village de Nauroy.
    Un texte bouleversant.

  • Faim de cycle

    Jean-Marc Chavot

    Ce roman historique plonge d'entrée le lecteur dans l'atmosphère électrique du départ du Tour de France 1914, le jour de l'assassinat de Sarajevo qui va précipiter l'Europe dans la guerre.
    Deux cyclistes amateurs testent leurs vingt ans sur les routes du Tour, sans imaginer un seul instant que ce pourrait être leur dernier. Maurice Guignon, issu d'une famille ouvrière, timide à l'excès, subit les affres du prétentieux Ernest Bourdier, qui s'autoproclame « Général » du peloton.
    À peine le Tour bouclé, les voilà affectés « quelque part dans les Vosges », captifs d'un conflit dont ils sont les pantins. Avec les soldats de leur bataillon, ils évoquent la vie d'avant, leurs amours, réinventent le monde pour lutter contre l'ennui qui ronge les Poilus. Mais il faut défendre la cote 316, quel qu'en soit le prix, se soumettre aux assauts imposés par les gradés avides de gloire.
    L'espoir, Maurice l'entrevoit pourtant. Son passé d'ouvrier dans la métallurgie lui vaut d'être affecté à la Compagnie des Forges. En quelques mois, il prend les rênes de l'entreprise dont il révolutionne l'outil industriel. La guerre se gagne aussi à l'arrière.
    De passage à Paris en 1917, il croise une vieille connaissance du Tour, le « Général », dont le corps a été démembré par un obus, et l'esprit obscurci par la dépression.
    Maurice se fixe alors pour mission de sortir Ernest du gouffre en lui redonnant goût à la vie. Le vélo redevient dès lors le centre de leurs préoccupations et source d'espoir.

  • Les dames de mai

    Alain Lentillon

    Mai 1916. Étienne, soldat au 109e régiment d'infanterie territoriale, est au repos dans un petit village à l'arrière du front. Au cours de cette période de répit, après les rudes combats de la Marne et du Soissonnais, Étienne va se lier d'amitié avec une jeune veuve : Pauline.
    Cette rencontre insolite est connue grâce aux nombreux courriers qu'Étienne a rédigés pendant cette période et qui ont été retrouvés par hasard près de cent ans après.
    Ce roman, inspiré de cette histoire vraie, est un hommage à ces femmes de l'ombre qui ont apporté leur soutien aux soldats des armées françaises durant la Grande Guerre.

  • Le Planqué des huttes montre la guerre depuis l'arrière du front, depuis le petit village de Nolette sur la côte picarde où à partir de 1917 l'armée britannique a installé un camp de travailleurs chinois. C'est aussi l'histoire de la famille Coulon, des paysans surveillés par la police depuis qu'un de leurs parents, militant anarchiste accusé de meurtre, a été envoyé au bagne. Entre les fils Coulon soupçonnés d'être des agitateurs, et les travailleurs chinois exploités par les militaires, les similitudes sont nombreuses.

  • Au printemps 1914, Angèle et Zélie sont ouvrières dans une usine textile de la région dunkerquoise. Sur un coup de tête, Zélie décide d'aller vivre à Lille, sans se douter qu'elle va rester bloquée pendant quatre ans de l'autre côté du front. Chacune à leur façon, les deux jeunes femmes traverseront la Première Guerre mondiale. L'une côtoiera Louise de Bettignies, l'autre croisera Georges Guynemer. Toutes deux verront leur vie bouleversée...

  • Cottage des Dunes

    Jean-Noel Cadoux

    • Fauves
    • 29 Avril 2021

    « Le 4e bataillon - celui de Marius - partira ce soir de Briançon. Henriette n'y tient plus, à la nuit tombée elle est sortie, elle descend les ruelles, elle s'aventure jusqu'à la barrière face aux convois qui attendent. ''Marius ! Je suis là... as-tu tout ce qu'il te faut... ? '' Elle court... elle croise ses pieds dans le fourreau noir de sa robe, elle tient son chapeau et elle court. Là-bas le train crachant des étincelles dans un panache de vapeur blanche, doucement, s'en va, disparaît. » Être une femme en 1914 n'est pas la meilleure place pour exercer l'art d'être libre, aimer à sa guise, mépriser une guerre mondiale que l'on juge insensée. Henriette vient d'épouser Marius, l'amour de sa vie. Contre la mort qui rôde, elle engage un combat personnel.
    Cent ans plus tard, Cottage des Dunes revient sur l'histoire de ces deux amoureux face à la déchirure. Une histoire vraie, celle d'une femme en guerre, nous parlant de courage sans compromis, de la bêtise des uns, de la souffrance des autres, d'une nation qui n'en revient pas - et, malgré tout, de vie.

  • Trois frères, Henri, Auguste et Louis, voient leur vie dans la campagne d'Yzernay, laborieuse mais paisible, bouleversée par l'arrivée fracassante de la Première Guerre mondiale. Appelés au front, ils laissent à l'arrière, père invalide, mère, soeurs et amantes angoissées. À travers, entre autres, une étude poussée de leurs correspondances avec la famille, la petite-fille d'Henri rend compte de son enquête émouvante et nous livre un témoignage poignant des victimes de ce conflit inhumain. Les victimes, c'est évidemment ceux qui y restent, mais également ceux qui reviennent, traumatisés, et ceux qui héritent de ce passé enfoui, mis sous silence, et pourtant terriblement présent... encore aujourd'hui.

  • Dans une ancienne usine en travaux, des ouvriers découvrent les squelettes d'un homme et d'une femme emmurés dans une cave. Ils sont là depuis 1918. A l'époque Roubaix était une ville occupée, pillée par l'armée allemande et où la population luttait au quotidien pour sa survie. Qui sont ces deux inconnus ? A quels trafics étaient-ils mêlés ? Qui les a emprisonnés ? Cent ans après la Première Guerre mondiale, deux journalistes mènent l'enquête.

  • Démobilisé au printemps 1919, le lieutenant Paul-Clément Miremont tente de reprendre le cours de son existence à Clermont de l'Oise. Marqué par le souvenir lancinant et douloureux d'une guerre qui ne le quitte pas, il est confronté à une vague de crimes sordides perpétrés dans la région, crimes qui suscitent l'horreur et l'indignation d'une population rudement éprouvée par les difficultés de l'après-guerre. Sollicité par un ami de son défunt père, Miremont s'interroge sur le prix d'une guerre qui, loin d'avoir mis un terme à la barbarie, semble lui avoir donné d'autres formes, plus inhumaines encore. A travers la traque du tueur, le jeune avocat revisite le sacrifice d'une génération d'hommes et de femmes.

  • Au lendemain de ses noces avec Margot, ce 3 août 1914, Joseph s'engage pour sauver la Patrie. Après avoir essuyé le premier feu, après avoir appréhendé la peur, il erre en ce début d'année 1915 dans le no man's land sous une grêle de balles et de bombes allemandes. Entre ses souvenirs d'enfance et son désir de revoir Margot, entre ses états d'âme et ses réflexions sur ce conflit, Joseph en vient à espérer mourir si c'est le prix à payer pour gagner la paix et retrouver sa femme.

  • Guerre 14-18, dans les tranchées belges...
    C'est à cette époque que l'on vit, soulevée par un levain nouveau, cette haine. Contre l'armée belge d'abord, qui s'obstinait à donner des ordres en français à des Flamands qui, ne comprenant pas leurs officiers, se faisaient faucher comme les blés.
    Contre le Roi ensuite, qui n'était même pas légitime, et même contre son épouse, une Allemande dont on racontait qu'elle était une espionne à la solde des Boches.
    ... Les quelques Gantois restés fidèles au Graaf van Vlaanderen s'accoudaient au comptoir pour babbeler en toute tranquillité, se livrant parfois à d'étranges messes basses au cours desquelles l'on évoquait tout à la fois: l'indépendance de la Flandre, le suffrage universel, et surtout, bizarrement, cet abbé Daens, qu'on déterrait pour saluer le courage dont il avait fait preuve en osant affronter le tout puissant Charles Woeste.
    Quand la guerre serait finie, sûr que les cartes seraient rebattues.
    En attendant, chacun pleurait ses morts et s'enfilait une autre bière pour faire passer le chagrin.

  • La vie devant elles

    Maryline Martin

    • Glyphe
    • 18 Mars 2017

    Quinze témoignages de femmes poignants, émouvants, tragiques, jamais indécents. Quinze portraits féminins, peut-être le reflet d'une seule et même femme?: -celle qui, depuis des générations, s'indigne et trépigne, trébuche mais se relève et se révèle malgré les discriminations. Quinze nouvelles résolument féministes et optimistes. - «?Dans ces histoires d'enfants, de fillettes, de femmes?: une lumière. Si petite soit-elle, elle est capable de rendre supportable le souvenir d'un passé insupportable et d'ouvrir sur une sérénité qui ressemble au bonheur. Un bonheur modeste comme cette petite flamme justement qui ne s'éteindra pas car elle se transmettra, à tous les lecteurs, à toutes les lectrices de ce petit livre, fait de pépites d'instant qui font du bien à l'âme.?» Hubert de Maximy. - L´auteur. Maryline Martin publie son troisième ouvrage après ´´Les Dames du Chemin´´ - recueil de nouvelles primé en 2014 par le Label Centenaire et le prix de la nouvelle Lauzerte - et ´´L'Horizon de Blanche´´, tous deux aux Éditions Glyphe.

empty