Comédie

  • Le dindon

    Georges Feydeau

    Deux jeunes femmes qui ont juré de prendre un amant si elles étaient trompées, deux sémillants noceurs tout prêts à leur rendre ce service, une volcanique Anglaise qui menace de se suicider, un Londonien à l'accent marseillais, un médecin-major retraité et sa femme, sourde comme un pot, une cocotte, des grooms et un commissaire de police :
    Feydeau réunit dans un hôtel tous ces personnages qui, pour la plupart, ne doivent à aucun prix se rencontrer et il les jette dans une course haletante de chambre en chambre, au milieu de portes qui claquent et de sonneries qui se déclenchent.Le matin suivant, c'est l'heure des comptes.Qui sera le dindon de la farce ?

  • Lorsque Raymonde Chandebise découvre, dans un colis adressé à son mari, une paire de bretelles oubliée dans un hôtel peu fréquentable, elle le soupçonne immédiatement d'adultère. Elle décide de lui tendre un piège et, avec la complicité de son amie Lucienne, lui donne rendez-vous anonymement dans ce même hôtel. L'époux de Lucienne tombe par hasard sur la missive et, reconnaissant l'écriture de sa femme, imagine à son tour être trompé. Quant à Chandebise, il envoie son ami Tournel au rendez-vous. Tout ce beau monde se retrouve donc à l'hôtel du Minet-Galant, à Montretout, où travaille Poche, un garçon d'étage sosie de Chandebise...
    Dans ce vaudeville aux mille éclats, quiproquos, stratagèmes et mensonges se succèdent à toute allure et Feydeau démontre, une fois de plus, toute l'ampleur de son génie comique. Édition de Violaine Heyraud.

  • Shakespeare Beaucoup de bruit pour rien (Much Ado About Nothing) Entre une cérémonie de noces brutalement interrompue et un mariage unissant deux êtres connus pour se haïr, Beaucoup de bruit pour rien nous rappelle que l'amour ne suit jamais un cours régulier. Étincelante et jubilatoire, cette comédie romantique n'en repose pas moins sur un constat amer : tout n'est que vanité... et aimer, c'est d'abord s'éprendre de soi-même, pour le meilleur et pour le pire.

  • L'heureux stratagème

    Marivaux

    Dorante aime la Comtesse mais cette dernière semble de plus en plus séduite par le Chevalier Damis, lequel, jusque-là, n'avait d'yeux que pour la Marquise. Des crises semblables éclatent parmi leurs domestiques. La Marquise imagine alors un stratagème, qu'elle expose à Dorante : il leur suffit de faire croire à la Comtesse qu'ils sont tombés amoureux l'un de l'autre et qu'ils envisagent même le mariage, ce qui ne devrait pas manquer de faire réagir la jeune femme. Le stratagème de la Marquise se révèle « heureux » puisque, après bien des volte- face, tout finit par rentrer dans l'ordre, chez les domestiques comme chez les maîtres. Dorante regagne le coeur de la Comtesse tandis que la Marquise déclare au Chevalier qu'elle lui accordera, dans six mois peut-être, sa grâce et son pardon.

  • Les grands textes du XVIIe siècle.

    En 1671, Molière est au sommet de sa gloire d'auteur et d'acteur. Mais il est découragé, épuisé par les soucis, la maladie. Il ne lui reste plus que deux années à vivre. Composées à la hâte, Les Fourberies de Scapin franchiront les siècles comme une de ses oeuvres les plus étourdissantes. Veut-il, avant de s'en aller, nous dire que la vie n'est qu'une farce et une tromperie ?
    Il endosse l'habit du valet napolitain, ce génie de l'embrouille et de l'impudence, ivre de ruses et d'insolence, acharné à ridiculiser les vieillards et la société. « C'est un rôle exténuant. J'y laisserai ma peau mais ils en auront pour leur argent. » Près de quatre siècles après, Molière nous parle encore à travers ce marginal prodigieux, pour nous contraindre au rire et au plaisir.

    @ Disponible chez 12-21.
    L'éditeur numérique.

    Ajouter au panier
    En stock
  • En novembre 1659, l'énorme succès des Précieuses ridicules surprend Molière. Le public plébiscite son génie comique. Il découvre alors que son théâtre dispose d'une matière inépuisable : la satire des moeurs de l'époque, ses excès, ses vices, ses ridicules qui sont d'ailleurs intemporels. Mais il ne sait pas encore que les manières prétentieuses de Cathos et Magdelon, ces deux êtres dévorés de snobisme et de mondanité, ne quitteront jamais le répertoire. La farce joue aujourd'hui encore de ses stratagèmes et de ses déguisements, et s'incarne dans des gens que l'on croise tous les jours.

    @ Disponible chez 12-21.
    Léditeur numérique.

  • Un vaudeville à quiproquos et à adultère, sorte de synthèse de l'art de Feydeau, qui touche également à la comédie de moeurs. Amélie est une jeune et sympathique « cocotte » de haut vol qui a délaissé son métier de domestique et connaît un début de carrière florissant. Elle accepte de passer pour la future femme du meilleur ami de son amant en titre, qui a besoin de se marier pour toucher la grosse fortune que lui a léguée son père. Cela tombe bien, son amant doit s'éloigner quelque temps et a besoin qu'on surveille sa volage Amélie. C'est l'ami qui accepte de s'en occuper... mais joue un peu trop bien son rôle. Complications, gaffes, catastrophes évitées de justesse, cachettes, trucs, vrai-faux mariage, faux-vrai divorce, et une savoureuse galerie de personnages à la fois caricaturaux et croqués sur le vif : une comtesse qui débute dans l'adultère, un prince slave très dépensier quand il s'agit de ses amours, un oncle belge, un père ancien policier rigide et amoral, et une joyeuse bande de fêtards... Un voyage théâtral comique et sans fard dans les dessous de la Belle-Époque.

  • Les grands textes du XVIIe siècle.

    Infortuné Monsieur Jourdain, égaré par son absurde vanité, sa prétention, son snobisme dévorant. Moqué, berné, il s'est livré à ses maîtres d'armes, de danse ou de philosophie... Des canailles ! Au grand désespoir de sa femme, il affole ses gens par ses déguisements, s'entiche d'une comtesse, refuse un charmant roturier à sa fille car il rêve de la donner en mariage au grand Turc...
    Le miracle est que le génie de Molière transforme en chef-d'oeuvre cette comédie-ballet écrite à la diable et Monsieur Jourdain en figure éternellement vivante.

    @ Disponible chez 12-21.
    L'éditeur numérique.

  • La marmite ; Pseudolus

    Plaute

    Danse, travestissements, musique, chants, jeux de mots, ruses et mensonges - les éléments caractéristiques de la comédie romaine antique sont abondamment exploités dans l'oeuvre de Plaute, peu connue des metteurs en scène contemporains. Fondateur de la dramaturgie occidentale, ne serait-ce que par les personnages auxquels il a donné jour - du vieil avare de La Marmite au valet rusé de Pseudolus -, le théâtre de Plaute est aussi singulièrement moderne, par la violence sociale qu'il met en scène avec une stupéfiante liberté de ton.
    La traduction de Florence Dupont rend à Plaute sa brutalité, son impertinence et sa crudité, et rappelle que son théâtre est avant tout un théâtre du jeu, un théâtre de l'acteur - un théâtre vivant.

  • Boxes

    Jane Birkin

    Anna, la cinquantaine, emménage dans sa nouvelle maison au bord de la mer. Son salon est envahi de cartons qui renferment mille objets, et autant de souvenirs... Un soir, Anna les ouvre, les uns après les autres, et c'est tout son passé qui refait surface, peuplé des êtres, vivants ou disparus, qui ont le plus compté pour elle : ses parents, ses trois filles et leurs pères. Chacun d'entre eux vient, à sa manière, lui rendre visite et évoquer les bons moments, les non-dits, les drames. La nuit passe, à discuter, se disputer, rire, se comprendre enfin, se pardonner peut-être... Au petit matin, Anna, en paix avec elle-même, reprend espoir et marche vers une nouvelle vie...

  • Estelle, cosmologue, est sur le point de faire une découverte majeure sur la forme de l'Univers. Une belle revanche pour la jeune femme qui s'est vu fermer les portes du CNRS par son propre père, avec lequel elle a cessé depuis lors tout contact. Mais elle ignore que Garance, sa meilleure amie, qui a entrepris en secret de réconcilier le père et la fille, a succombé aux charmes du sexagénaire...

  • 1916. À 8 ans, Françoise a une révélation : quand elle sera grande, elle sera médecin d'éducation ! Personne ne la prend au sérieux. Surtout pas sa mère, effrayée par cette enfant à` la pensée si libre. Mais Françoise n'est pas seule, son Bon Ange Gardien veille sur elle et la soutient tout au long des épreuves de son enfance. Des épreuves que nous revivons avec eux, en remontant aux origines de la pensée de Françoise Dolto, et au gré de son regard d'enfant, à` la fois naïf et clairvoyant...

  • Deux menaces de pétitions, une lettre d'insulte, une plainte déposée dès demain par la Fédération des Moyens et Petits Commerces à la Cour européenne de Justice si Ervart ne cesse pas immédiatement les hostilités, un coup de téléphone anonyme d'encouragement et un coup de téléphone des pompiers qui demandent qu'Ervart ne mettent pas systématiquement le feu aux réserves d'essence, je crois que c'est tout... Ah oui, il y a aussi le monsieur allemand qui vous loue une chambre au dernier étage qui m'a dit qu'il avait beaucoup de travail et qu'il souhaiterait pouvoir dormir en paix...

    Vaudeville ? Tragi-comédie grand-guignolesque ? Théâtre pataphysique ? Dans cette pièce loufoque au propos très en prise avec notre monde contemporain, se croisent un jaloux bileux, un agent secret zoosexuel, Nietzsche en poseur de livres-bombes, une comédienne sans emploi prête à tout jouer et une troupe d'acteurs anglais...

  • Histoires à lire debout La nuit, dans le silence de la bibliothèque, les livres Magnus, Philo, Roman, Flore et Sans-Nom forment une joyeuse bande dans le meilleur des mondes. Hélas, une ombre menace ces rayonnages heureux : celle du Grand Autocrate, qui déclare la guerre au livre et à la lecture. Mais d'Artagnan, Buffalo Bill, Obélix et bien d'autres héros tout droit sortis des pages des chefs-d'oeuvre les plus célèbres s'unissent pour défendre la liberté d'écrire et de penser...

    Retours à l'envoyeur Béquille, un facteur passionné par son métier, lit en douce les lettres avant de les distribuer à leurs destinataires. Sensible au charme du courrier à l'ancienne, il décide de partager, sur la scène d'un théâtre, un florilège de ces missives en présence de leurs auteurs. Mais au fil de sa lecture se glissent d'étranges correspondances semblant tout droit sorties de son imagination... Et si Béquille avait inventé toutes ces histoires ?

  • Michel est un menteur invétéré à qui tout le monde ment. Sa maîtresse est la femme de son meilleur ami Paul, et menace de révéler leur liaison. Paul, lui, se confie à son ami, car il craint d'être trompé. Laurence, la femme de Michel, veut lui faire croire qu'elle lui est infidèle, nourrissant elle-même des soupçons sur son mari. Au prix de beaucoup d'efforts et de mauvaise foi, Michel parvient à convaincre chacun des inconvénients de dire la vérité et des avantages de la taire. Mais cette vérité, la connaît-il vraiment??

  • Une rue de Londres vers 1750, un café, une librairie et, à l'étage, l'appartement d'un riche négociant... Le jeune Jacob, adepte de la philosophie des Lumières est le précepteur de milord Wambert et de madame de Brindè. Or Milord tombe amoureux de Madame, mais Madame aime en secret Jacob qui ne veut aimer que la paix de l'âme et du coeur afin de rester un homme d'étude. Ajoutons deux artisans qui se disent philosophes, mais savent user surtout de la calomnie, une épouse spirituelle amoureuse du jeu, un chevalier servant qui pratique la satire : toutes ces forces s'allient à la passion déçue du jeune lord pour mettre en péril la vie même de Jacob... Quelles autres forces sont invitées à sauver le jeune philosophe en qui s'incarne, en 1754, un Goldoni en butte à Venise à des factions rivales ?...

  • Building

    Léonore Confino

    Un building. Une entreprise. 13 étages. 32 employés. Une journée. Une scène par heure et par niveau. Hôtesses, comptables, agents d'entretien, cadres, directeurs des ressources humaines, chargés de communication s'agitent, déjeunent, coachent, prospectent ou brainstorment au rythme intempestif des crashs d'oiseaux contre leurs baies vitrées. Une ascension vers la chute...
    L'écriture de la pièce, féroce, caustique et ponctuée de chansons, met en relief la noirceur des thèmes abordés : la perte de notre identité dans l'entreprise et, avec elle, celle de nos idéaux.
    Comédienne et auteure, il m'a fallu, au cours des périodes creuses, rester perchée de longues heures sur des escarpins d'hôtesse dans le hall climatisé du palais des congrès de la porte Maillot.
    Building est né d'un mal de pieds.
    Léonore Confino Building est donc le fruit de l'experience. Léonore Confino sait trouver les mots pour peindre un monde de l'entreprise sans concession mais sans cliché. Elle porte un oeil à la fois grinçant et dénonciateur des abus du monde de l'entreprise, tout en conservant un regard bienveillant sur ses personnages. À mesure que l'on gravit les étages, l'aliénation de chacun se fait plus pesante, au rythme des pigeons qui s'écrasent dans les baies vitrées comme autant de chocs qui ramènent à la vie les personnages les uns après les autres. Mais l'on ne peut empêcher le chaos final qui prend place au dernier étage, si haut que toute réalité terrestre n'a plus prise en ces lieux.

  • Sans la peste, oedipe resterait roi, tandis que Roméo et Juliette vivraient heureux ensemble. Sans la peste, Albert Camus parlerait moins bien du totalitarisme, et Eugène Ionesco de la condition humaine. Si l'épidémie et le théâtre avancent main dans la main depuis les origines, c'est parce que tous deux sont en quête de vérité.
    Entre récit chronologique d'une saison marquée par le coronavirus et extraits de chefs-d'oeuvre, Le Grand Théâtre de l'épidémie raconte cet édifiant compagnonnage.

    D'après Sophocle, saint Augustin, William Shakespeare, Molière, Paul Claudel, Karel Capek, Antonin Artaud, Eugène Ionesco, Albert Camus, Copi.

  • Juin 2010, Reykjavik, capitale de l'Islande?: l'élection municipale porte à la tête de la ville l'humoriste Jón Gnarr à l'issue d'une campagne électorale punk initialement lancée comme un canular. Pour se moquer de la langue de bois des partis politiques en place, Gnarr a créé «?Le Meilleur parti?», qui promet tout et surtout n'importe quoi, puisqu'aucun élu ne tient jamais ses promesses. Finalement engagé dans une démarche sincère, l'humoriste développera la démocratie directe et participative au cours de son unique mandat.
    «?Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux?», écrivait Debord en 1967 dans La Société du spectacle. En contant cette fresque loufoque, constituée d'éléments réels et fictionnés, Faustine Noguès offre une partition théâtrale déjantée pour une distribution large et modulable. Dans cette comédie politique, on croise à la fois des fêtes de zombies et le plan de sauvegarde d'une société municipale d'électricité. Décoiffant.

  • L'avare jaloux

    Carlo Goldoni

    À Naples, au milieu du XVIIIe siècle, que se passe-t-il dans la maison de Pantalon, devenue le refuge des extravagances ? Contrairement à la tradition, Pantalon a quarante ans à peine, et il n'est pas marchand, mais homme d'affaires. Marié depuis dix ans à Eufemia, il en est toujours amoureux, il en est même très jaloux et la fait vivre presqu'enfermée. Mais il aime l'or, aussi, et en plus de ses affaires, il fait le changeur en trichant sur la valeur des pièces et le prêteur avec des taux usuriers. Or voilà qu'un jeune seigneur s'obstine à vouloir, selon la mode, « servir » Eufemia qui s'y refuse absolument... Telle est la comédie shakespearienne par laquelle s'ouvre en 1753, la troisième phase de la carrière théâtrale de Carlo Goldoni, le réformateur du théâtre italien

  • 2019 - Comédie de fiction sans science, créée à Istanbul en 2009, est une comédie amère qui décrit la Turquie en 2019, sous un État religieux. Différentes scènes évoquant la vie quotidienne sousce nouveau régime (nouvelles télévisées, publicité, démarches administratives, vie religieuse, tournage de film...) alternent avec des scènes décrivant la vie de deux hommes, Mustafa et Kemal, qui vivent clandestinement enfermés dans une cave, dans l'espoir d'en sortir un jour pour participer à la résistance kémaliste.

  • Il y a 20 ans, Aimé Jacquet gagnait la coupe du monde et Léa rêvait de devenir comédienne. Aujourd'hui, Aimé Jacquet est entré dans l'Histoire et Léa est restée sur la touche, à l'image des footballeurs remplaçants. En proie à une crise de légitimité, la jeune femme décide de s'autotitulariser en suivant les pas de l'entraîneur de l'équipe de France. Il y a 20 ans, Aimé Jacquet gagnait la coupe du monde et Léa rêvait de devenir comédienne. Aujourd'hui, Aimé Jacquet est entré dans l'Histoire et Léa est restée sur la touche, à l'image des footballeurs remplaçants. En proie à une crise de légitimité, la jeune femme décide de s'autotitulariser en suivant les pas de l'entraîneur de l'équipe de France.
    />

  • Dans ce recueil de sketches et de chansons (choisis, traduits et adaptés par Laurence Sendrowicz au sein de plusieurs recueils de sketches de Levin publiés en Israël), l'auteur nous plonge avec son humour incomparable dans un bain bouillonnant de personnages progressant vers le bout de leur humanité. Car c'est bien la porte de sortie de la vie que montre Levin : parfois certains regrettent d'être nés (à quoi bon pour vivre une existence misérable ?), d'autres s'accrochent à cette laborieuse entreprise comme à un radeau de sauvetage. Mais la force de Levin, au-delà d'une maîtrise totale des situations théâtrales, réside dans l'amour, tantôt paternel, tantôt réprobateur tout de même, qu'il maintient pour ses personnages, afin de les absoudre de ces courtes vues.
    DISTRIBUTION : de 1 à 3 acteurs selon les sketches / GENRE : sketches, comédie

empty