Livres en VO

  • Écrits en 1922 à Muzot, dans le Valais, en « quelques jours de saisissement immédiat » et conjointement aux dernières Élégies de Duino, auxquelles ils sont jumelés, les Sonnets à Orphée, sont une oeuvre magistrale et cristalline de Rilke. Après des décennies de traductions diverses, ils n'ont pas perdu un iota, ou un électron, de leur magnétisme, de leur puissance dionysiaque. Rilke affirme « le chant est existence » et son chant perpétue, en effet, une vibration lyrique de l'existence et de la pensée.

  • Les Sonnets de la prison de Moabit d'Albrecht Haushofer occupent une place particulière dans la poésie allemande du XXe siècle. Né en 1903, professeur d'université, géographe réputé, spécialiste de géopolitique, Haushofer, sans jamais adhérer au Parti nazi, avait occupé des fonctions officielles sous le IIIe Reich. Impliqué, comme bon nombre de ses amis, dans l'attentat manqué contre Hitler du 20 juillet 1944, il fut arrêté et incarcéré à la prison de Moabit, prison berlinoise tenue par les SS. C'est là qu'il composa les quatre-vingts sonnets qu'on retrouva sur lui après sa mort : il fut exécuté avec quatorze autres prisonniers dans la nuit du 22 au 23 avril 1945.
    Publiés en 1946, ces Sonnets connurent aussitôt un grand écho et furent traduits dans de nombreuses langues. Une première traduction française parut en 1954, mais elle était faite d'après un texte encore fautif et, de plus, incomplet. Ce n'est qu'en 1976 qu'une édition fiable a vu le jour en Allemagne, où ce recueil fait aujourd'hui figure de classique. C'est cette édition qui sert de base à la présente traduction.
    Les Sonnets de la prison de Moabit ne sont pas l'oeuvre d'un résistant de la première heure, mais d'un homme qui fait son examen de conscience et s'accuse de ne pas s'être opposé plus tôt à un régime qu'il désapprouvait depuis longtemps, mais en silence. Haushofer n'est tendre ni pour lui-même, ni pour son père, plus gravement compromis que lui. Ces sonnets sont le testament d'un homme qui sait qu'il ne sortira pas vivant de sa cellule : il y passe en revue les épisodes de sa vie, se remémore ses voyages, ses amitiés, ses amours, cherche à prendre exemple sur d'illustres persécutés (de Boèce à Thomas More), se rappelle les grandes oeuvres qui lui semblent avoir préfiguré son destin, comme ce tableau de Van Gogh, vu à Moscou, que nous avons choisi pour illustrer la jaquette. Pour finir, Haushofer se fraye un chemin vers la sérénité en s'inspirant surtout des sagesses orientales, dont il était familier.
    Ce sont les circonstances qui ont fait éclore en Haushofer le poète. Ces quatre-vingts sonnets suffisent pour lui assurer une place parmi les voix inoubliables du XXe siècle.

  • « Le sujet des Lusiades, traité par un esprit aussi vif que le Camões, ne pouvait que produire une nouvelle espèce d'épopée. Le fond de son poème n'est ni une guerre, ni une querelle de héros, ni le monde en armes pour une femme; c'est un nouveau pays découvert à l'aide de la navigation (...). Cela est grand en tout pays sans doute" (Voltaire, Essai sur la poésie épique).
    On a appelé Les Lusiades le "trésor du lusitanien", et, de fait, le poème porte des valeurs ancrées dans le conscient et l'inconscient collectifs des Portugais, que l'assentiment général des étrangers a confirmés dans leur vénération. Aucun poème épique moderne n'a joué le même rôle national. Il en est peu - voire aucun - qui soient poétiquement aussi réussis que Les Lusiades.
    En France, on aurait perdu une première traduction à l'état de manuscrit. La première imprimée fut celle de Duperron de Castéra (1735). Il y en eut, depuis, une douzaine, en prose ou en vers. Celle de Jean-Baptiste Millié (1825) fut la plus rééditée. Nous avons choisi la plus fidèle, celle de Roger Bismut (1954), très affinée d'édition en édition, jusqu'à la quatrième, que la présente reproduit. Cette édition du poème, en version bilingue, vient trouver sa juste place dans la collection Bouquins.
    Ce sommet littéraire d'une langue que parlent aujourd'hui deux cents millions d'hommes est enfin accessible au grand public, ainsi qu'aux lusitanistes avertis. M. Eduardo Lourenço, prix européen Charles Veillon, et M. de Pina Martins, le plus grand spécialiste portugais de l'humanisme et de la Renaissance, président de l'Académie portugaise, ont rédigé respectivement une Préface et une Présentation qui éclairent le poème et le resituent dans la tradition épique du XVIe siècle. » Luisa Braz de Oliveira.

  • La Truite rompt la glace, titre du premier cycle, écrit en 1927, donne son titre au recueil de 1929 qui en comporte six. Grâce au nerf et à la couleur de la traduction de Serge Lipstein, le public francophone va pouvoir enfin connaître un grand poète russe atypique. La truite prisonnière de la glace peut être perçue comme l'homosexuel frappé d'interdit et qui cherche à se libérer. Les coups de queue donnés par la truite rythment le progrès du recueil, au nombre de douze avec deux prologues et un épilogue : ce sont des moments émotionnels et non des étapes autobiographiques. Pas de chronologie à proprement parler, mais une poétisation du réel : une soirée à l'opéra, un petit-déjeuner, une lettre, le départ d'un amant... Mort et résurrection, mort et transfiguration car l'imagination créatrice de Kouzmine est empreinte de mysticisme, de gnosticisme, de religiosité. Les amants se retrouvent pour fêter au champagne l'An neuf.

    Une Note de l'éditeur, une postface, des notes abondantes et une Notice biographique aideront le lecteur à entrer dans cette oeuvre originale injustement méconnue.

  • Domo de Poezia / bouteilles à la mer... Ce sont les poèmes écrits par Laurence Vielle, pendant le temps de son rôle « poélitique » de poétesse nationale (2016-2017), accompagnés d'un CD où Vincent Granger, aux clarinettes, aux claviers, aux sons, y apporte son talent de musicien. Des poèmes en lien avec la ville, les mouvements du monde, un voyage en Indonésie, les journées de la femme, de la poésie, une traversée de Saint-Amand, de la Belgique, des mers, du pays, de la vie.
    Un appel à ouvrir chacun une maison de la poésie. Des mots comme bouteille à la mer, tu viens de la ramasser sur le rivage, toi lecteur. Ouvre-la. C'est pour toi.

    Domo de Poezia / flessenpost... Dit zijn de gedichten die Laurence Vielle schreef tijdens haar «poëlitieke» functie van dichter des vaderlands (2016-2017). Ze worden vergezeld door een cd waarop Vincent Granger met klarinet, klavier en klank zijn muzikale talent de vrije loop laat. Gedichten die verband houden met de stad, het reilen en zeilen van de wereld, een reis naar Indonesië, vrouwendag, poëzie, een bezoek aan Sint-Amands-aan-de-Schelde, een ronde van België, met de zee, het land, het leven. Een oproep aan iedereen om zelf een huis van de poëzie te openen.
    Woorden als een fles in zee. Lezer, we nodigen je uit om haar van het strand op te rapen. Maak haar open. De boodschap is tot jou gericht.

  • Était-il, cet élan, dans l'auto qui virait ? Ou bien dans le regard, où l'on prit et retint, pour les perdre à nouveau, les baroques figures d'anges qui se dressaient, parmi les campanules, dans la prairie, emplies de souvenirs, avant que le parc du château n'encerclât, clos, la course, et qu'il ne la frôlât, qu'il ne la recouvrît, la relâchant soudain : le portail était là, qui, comme s'il l'avait appelé, désormais contraignait à tourner le long front du bâti, après quoi l'on stoppa. Éclat d'un glissement sur la porte vitrée ; et par son ouverture jaillit un lévrier, qui porta ses flancs creux, comme il en descendait, contre le plat des marches. Ce sont ces « poèmes de l'oeil », de l'oeil posé sur les choses et les paysages, sur les monuments, sur les scènes d'intérieur, sur tout ce qui fait le monde sensible, que nous souhaitons [re]faire découvrir au lecteur français, dans une édition bilingue (actuellement la seule disponible sur le marché éditorial) et dans une traduction nouvelle qui cherche à rendre, avec toutes les difficultés de l'entreprise, la beauté du texte original.

  • Dans des amours sans espoir pour des cousines fortunées, le poète puise une amertume et une ironie qui démythifient et parachèvent le romantisme allemand dans un chef-d'oeuvre de simplicité prosodique. Des rythmes souvent libres, nourris par les thèmes et les formes des chansons et des légendes populaires, évoquant les traditions helléniques aussi bien que germaniques, une langue non savante, sous-tendent la confidence d'un désarroi désabusé et la création d'un symbolisme psychologique et personnel. Ce recueil, paru en 1827, marque une date dans l'histoire de la littérature allemande et, s'il rencontra un grand succès, valut aussi à l'auteur une gloire ambivalente, comme si on lui tenait rigueur des ruptures qu'il accomplit. Son influence fut cependant considérable, ce qu'atteste son rayonnement dans la musique et le lied (Schubert, Mendelssohn, Schumann). Incidemment, on ne peut lire le poème Le Crépuscule des dieux (in Le Retour, n° 88) sans penser que Wagner s'en est notamment inspiré. Ce second volume reproduit d'une ancienne traduction les seuls poèmes avec leur texte original en regard.

  • ""City Poems depicts such aching urban loneliness. Is it possible our cities are filled with residents who look so much like exiles and refugees ? At first you notice the hard sorrowful pavements. Then you read closer. Little moments of beauty, brave smiling humor, wind, snow, and fog. How tough. How vulnerable. Mbarek Sryfi has written a lovely & necessary book."" - Andrew Schelling, poet and translator, author of Tracks Along the Left Coast : Jaime de Angulo & Pacific Coast Culture."

  • Ecrit en janvier 1844, ce long poème satirique détourne la tradition romantique du conte aux connotations fantastiques et aux confidences sentimentales. Le poète fort célèbre du Livre des Chants, exilé à Paris, retourne au pays natal des chants idéalistes, des casques à pointe des soldats prussiens et des nourritures plantureuses. Il retrouve Hambourg, où il vécut les amours malheureuses de sa jeunesse et ses rencontres d'une nuit, où il croise son vieux censeur ému et fréquente (!) Hammonia, la déesse accueillante de la cité marchande.
    De souvenirs en railleries épigrammatiques décochées contre écrivains consacrés, poétereaux, gens de presse, le voyageur évoque l'ambiance policée de son pays, où seuls les rêves semblent offrir quelque liberté. Voici la critique démocrate et "matérialiste" de l'idéologie nationaliste, annonçant la démarche de Marx que Heine fréquenta à Paris, et donnant lieu ici à une anticipation horrifiée et railleuse (férocement insultante) de l'avenir que la domination prussienne laisse entrevoir, quand la prédilection pour les mythologies germaniques de la monarchie patauge dans la boue et, passant littéralement d'un trône à l'autre, dévoile fugitivement l'horreur de ses perspectives nauséabondes.
    Ainsi l'auteur met-il un terme au romantisme allemand devenu doctrine officielle : le fantastique est dans le concret, c'est la pratique effective de la société, et l'effroi est celui de l'avenir réel qu'elle laisse entrevoir.

  • Dans des amours sans espoir pour des cousines fortunées, le poète puise une amertume et une ironie qui démythifient et parachèvent le romantisme allemand dans un chef-d'oeuvre de simplicité prosodique. Des rythmes souvent libres, nourris par les thèmes et les formes des chansons et des légendes populaires, évoquant les traditions helléniques aussi bien que germaniques, une langue non savante, sous-tendent la confidence d'un désarroi désabusé et la création d'un symbolisme psychologique et personnel. Ce recueil, paru en 1827, marque une date dans l'histoire de la littérature allemande et, s'il rencontra un grand succès, valut aussi à l'auteur une gloire ambivalente, comme si on lui tenait rigueur des ruptures qu'il accomplit. Ce premier volume reproduit d'une ancienne traduction les seuls poèmes avec leur texte original en regard.

  • Après je dessine l'amour , quelque part autrefois vivaient... , être uni avec la nature et remplissez les coeurs de l'amour, aimez! , l'auteure de poèmes Russes Rima Laforce revient avec ce cinquième ouvrage de cinquante et un poèmes. Le thème de ce livre est la philosophie de la vie, il mêle joie, tristesse, émotions, réflexions et motivation! Vous aurez plaisir à lire ses nouveaux poèmes, écrits avec passion. Ils sont exclusivement écrits en Russe.

empty