Librairie Generale Francaise

  • « C'est Marie-Antoinette que je voulais écouter. L'écouter comme si j'avais été sa confidente. Sa voix résonne dans sa correspondance, dans ses silences, dans les mots effacés et retrouvés. Les lignes tracées de sa main sont comme des notes sur une partition de musique. Je perçois l'incertitude de son timbre, sa sensualité, je perçois des sons graves et légers comme l'eau d'une rivière, une rivière de larmes. »Le charme opère. On en redemande. Jean-Paul Enthoven, Le Point.Un exercice ambitieux et totalement réussi ! Valérie Gans, Le Figaro Madame.Élégance, intelligence et sensibilité. Valérie Loctin, Le Magazine des Livres.

  • Les Cévennes, fin du xviie siècle. Élie vit avec sa femme, Jeanne, et leurs trois enfants sur la terre de Jéricho, un domaine qui se transmet chez les Bragant depuis des générations. La révocation de l'édit de Nantes en 1685 bouleverse cette famille protestante. Les huguenots sont persécutés par les dragons du roi. Élie est chassé de sa terre, séparé de Jeanne et de ses enfants. La famille est dispersée. Chacun doit faire des choix vitaux : abjurer ou fuir, se cacher ou résister...
    Des sentiers de l'exil aux couvents catholiques, des cachots de Grenoble à une troupe de comédiens ambulants, des campements de camisards aux galères de l'Arsenal de Marseille, les Bragant sont happés dans un tourbillon d'aventures et de drames, pourchassés par la haine mais sauvés par l'amour. Une magnifique fresque romanesque pleine de souffle et de suspense.
      Une véritable ode à la liberté d'expression et à la tolérance. Martine Galati, Le Dauphiné libéré.

  • 1er avril 1762. Jeanne a quinze ans. Orpheline, elle a été recueillie quelques années plus tôt par la baronne de Bouhey au château de Charmont. Curieuse et intelligente, elle a attiré l'attention du médecin et botaniste Philibert Aubriot, qui lui a transmis sa passion des plantes. Mais Jeanne, qui n'a pas revu le docteur depuis son mariage en 1760, est également amoureuse de celui avec lequel elle parcourait les sentiers du pays de Dombes avec ses boîtes à herbes.
    Du moins le croit-elle, jusqu'à sa rencontre avec Vincent de Cotignac, un chevalier de l'ordre de Malte. Dans ce temps de la fin du règne de Louis XV où le plaisir de vivre est une religion, Jeanne, belle, vive, audacieuse autant que timide, sait croquer ses bonheurs. A la fois éducation sentimentale, roman historique, d'amour, d'aventures et de moeurs, l'oeuvre de Fanny Deschamps, écrite dans une langue superbe, est peuplée de personnages vivants, sensuels et spirituels.

  • 29 septembre 1766. Jeanne embarque à Lorient sur une flûte de la Royale, l'Etoile des Mers, pour un long périple en direction de l'Isle de France. Déguisée en valet du botaniste du Roi, le docteur Philibert Aubriot, qu'elle aime depuis son enfance, Jeanne devenue Jeannot n'a qu'un seul but : retrouver le chevalier Vincent de Cotignac, un corsaire dont elle est également éprise. Fanny Deschamps déploie toute la richesse et la sensualité de son écriture et poursuit, après Le Jardin du Roi, son récit des aventures de Jeanne, que l'on entend rire et pleurer de ses mille plaisirs et de ses amours.
    Quatre-Epices est une découverte des éblouissements des nuits et des jours dans les mers du Sud, au temps où l'Isle de France est encore l'oasis romantique de Paul et Virginie, et participe à la recréation d'un XVIIIe siècle inoubliable.

empty