Période moderne (< 1799)



  • LE RETOUR DE L'HISTOIRE


    Si l'époque est à la rengaine du déclin, à la désillusion économique et au discrédit de la politique, cette vraie vie de Valentin nous rappelle que l'histoire de la Révolution française porte d'autres possibles.

    Ce roman vrai du terroir lorrain devient roman national, une conversation passionnante avec le lecteur destinée à arpenter notre référence républicaine primordiale et à inventer une histoire sans fin.

    Si tout y est exact, authentique, passionnant, c'est qu'il n'a pas fallu moins de quatre années pour rassembler les documents, arpenter les lieux d'histoire, vérifier les anecdotes.

    On découvrira beaucoup de faits passés sous silence comme le massacre de Nancy de 1790, faisant songer à la révolte de Kronstadt qui se déroulera en Russie en 1921. Les révoltés adhéraient aux idéaux révolutionnaires et luttaient pour leur dignité et leur gagne-pain, pourquoi les Révolutions les réprimèrent-t-ils ? Les révoltés de Nancy furent réhabilités par la Convention mais l'épisode est ignoré...la polémique au sujet de Kronstadt dure encore.

  • Gentilhomme quercinois de haute naissance, François de Saint-Sozy monte à Versailles pour connaître le rituel des Honneurs de la Cour et se présenter à Louis XV. Il est pris en charge par son oncle Emmanuel de Noailles qui l'introduit dans les salons parisiens. Mais à l'atmosphère frelatée de la cour, il préfère son Quercy natal où il retourne s'installer et fonde une famille. Bâtisseur et mécène, idéaliste et philanthrope, il s'efforce de créer un îlot de prospérité économique et de raffinement.
    Lorsque survient la Révolution, il tente avec plusieurs membres de sa famille de lutter contre le vent de l'Histoire. Que parviendra-t-il à sauver de ce qui fut l'oeuvre de sa vie ? L'histoire de cet honnête homme, au sein d'un monde en profonde mutation et qui remet en cause son système de valeurs, n'est pas sans écho dans notre monde contemporain.

  • Qui donc est Anne de Joyeuse ?
    Rien que le nom, vif et frais, claque tel un étendard... et porte en lui un insolent triomphe ! Et un destin hors du commun. Gentilhomme bien né, d'une famille au sang bleu vif, enfant turbulent, hardi cavalier, archimignon du roi Henri III, pourfendeur de protestants ; sujet central, surtout, d'un tableau qui figura en bonne place dans les Lagarde et Michard de nos enfances... Les Noces d'Anne de Joyeuse. Petit tableau fastueux, anonyme, pensait-on, jusqu'à ce qu'Anne de C en retrouve - réinvente ? - l'auteur : une ensorcelante peintre italienne... En voilà, un roman historique, joliment troussé, habilement campé ! De sa prose vive, étincelante, Anne de C fait revivre Anne de J. Et, malgré les années - cinq siècles, déjà ! le voici qui jaillit parmi nous, à cheval, rutilant, gonflé de sève, d'éclat et de jeunesse éternelle, au côté de son roi et aimé, dans l'ombre vénéneuse de Catherine de Médicis, la fascinante empoisonneuse. Ce récit : l'impression d'être passée une nuit, un peu par hasard, devant un château effacé par le temps, et d'y avoir vu, par une fenêtre entr'ouverte, illuminée par l'éclat d'une fête oubliée, au son d'une pavane, de bien séduisants visiteurs du soir.
    É. F.

  • À Paris, le 3 vendémiaire an IV (25 septembre 1795), quatre hommes ont été empoisonnés à l'auberge des cygnes. Accompagné de son fidèle Bertin, le commissaire Nérac mène l'enquête. Cependant, il voit avec angoisse ressurgir le passé de la petite orpheline, Jeanne, que son épouse et lui ont adoptée. Cette double intrigue, policière et familiale, nous emporte dans la société du Directoire. Après les tragédies de la Terreur, de nouveaux riches apparaissent, organisant fêtes, bals et réjouissances. Des banquiers, des fournisseurs aux armées, des hommes politiques y croisent les Merveilleuses tandis que les difficultés économiques plongent une grande partie du peuple dans la pauvreté. C'est au cours de cette période tourmentée et foisonnante que Jean Nérac démasquera un personnage discret au dessein machiavélique.

  • Joseph est miraculeusement sauvé à la naissance par une religieuse ; il est adopté par un horloger et le deviendra lui-même en suivant sa famille d'adoption à Paris. À la même époque surviennent les massacres perpétrés par la bête du Gévaudan, mais l'énigme de cette bête n'est pas éclaircie. C'est la période prérévolutionnaire, où les salons discutent des idées des philosophes des Lumières et où les rues de Paris et de province s'agitent. Joseph est entrainé dans ce mouvement, et sa vie sera marquée par la Révolution. Son métier d'horloger l'autorisant à pénétrer dans les lieux du pouvoir, il découvre les secrets lui permettant de partir à la recherche de son amour et son destin croisera alors celui des tueurs du Gévaudan pour finir dans le Midi de la France. Ce roman, construit comme un thriller historique, fait aussi écho aux évènements récents de notre histoire.

  • Antoine de Lamezou passe la nuit en prières, le jour même où son aïeule brûle dans le brasier de Montségur, afin de subir la cérémonie de l'adoubement. Quelques années plus tard, il répondra à l'appel du roi Louis, et partira pour la croisade, où, fait prisonnier, il trouvera l'amour en la personne de la fille du sultan qui l'aidera à s'échapper. Sur le chemin du retour, perdu dans le désert en compagnie de celle qui l'a sauvé, il fera une rencontre étrange qui va changer sa vie et le rapprocher de cet ancêtre qui s'est offert pour tenter de sauver Béziers. Une fois rentré chez lui, saura-t-il mettre en pratique ses nouvelles convictions ?

empty