Beaux livres illustrés / Carnets de voyage

  • Où est mon pays ? s'interrogeait le poète André Frénaud. Poser la question, c'est déjà un peu y répondre.
    Certes. Alors, où est la Champagne-Ardenne ? Dans les musées, cela ne fait aucun doute.
    Cette affirmation, aux accents de certitude, je ne l'énonce pas pour faire triompher un quelconque besoin de la cause mais parce qu'elle est simplement le fruit de l'expérience. La mienne, qui ne demande qu'à devenir la vôtre.
    Il y a des invitations qui ne se refusent pas. Celle dont il est question ici est assez inclassable. Sans doute est-elle promenade à l'aventure, voyage dans le passé et dans l'avenir, rencontre avec l'Art et l'Histoire, vivifiés par la vérité documentaire des collections. Sans doute aussi est-elle faite d'un peu de l'âme des lieux et de la nostalgie du temps qui passe autant que de la force de l'instant présent.
    Si le bonheur, c'est de connaître où est son pays, alors je suis un homme heureux. En passant par les musées, j'ai écouté la Champagne-Ardenne me raconter sa propre histoire, qui est un peu la mienne.

  • Il peut y avoir quelque complaisance à vanter les mérites d'une ville, simplement parce que cela flatte l'égo de ses habitants, sans s'assurer que d'autres n'ont pas, plus qu'elle, joué un rôle déterminant ou tenu une place centrale dans l'histoire de notre pays. Avec Reims, on ne court pas ce risque. Dans son surnom même, la Cité des Sacres porte en elle le poids de sa dimension historique et spirituelle. Il se trouve que c'est ici, au coeur de cette Champagne qui donnera plus tard le plus fameux et pétillant des breuvages, que le coeur de la France ou de ce qui allait le devenir a choisi de battre, du baptême de Clovis à la construction de Notre-Dame, la nôtre, de la geste johannique aux trente-et-un sacres royaux qui, de Louis Ier le Débonnaire à Charles X, jalonnent l'histoire de France.
    À son corps défendant, Reims ajoute à ces hauts faits et lieux de s'être trouvée à l'épicentre des deux guerres mondiales au point qu'une partie de l'histoire du monde s'y joua autant de fois. Elle n'en demandait certes pas tant. Mais sans la souffrance dont elle se forgea une âme douée pour la renaissance et les reconstructions, Reims ne serait pas aujourd'hui devenue ce qu'elle est. Cette élégante ville où l'histoire et les arts, y compris culinaires, l'architecture, le goût des espaces harmonieux et d'un certain art de vivre semblent, une fois pour toutes, s'être réconciliés. Par l'image et le mot, ce livre invite à le (re)découvrir.

  • Resituant la Meuse sur son tracé, de sa source à son embouchure, Vies de Meuse s'attache à la partie franco-belge du fleuve : de la pointe de Givet à Namur. Le livre est une invitation au voyage, à la découverte d'un fleuve qui coule dans les veines de tous ceux qui le côtoient, l'apprécient, l'aiment.
    Vies de Meuse se compose de six chapitres, correspondant à six sections du fleuve.
    La première nous parle du ru depuis les contreforts des Vosges et la dernière, de son cours au-delà de namur, vers Liège et les Pays-Bas.
    Mais c'est surtout de son chemin entre Revin et Namur que les auteurs ont choisi de nous parler, au travers de nombreux paysages, coups de coeur patrimoniaux, culturels ou humains...
    Pour ce faire, ils adoptent trois angles de vue, FOCUS sur des éléments se référant plus à notre patrimoine : les villas mosanes, Freÿr, la Citadelle de Namur, mais aussi les sports nautiques, Rops, le pêcheur tranquille...
    Les rubriques historiques sont largement illustrées de gravure ou photos anciennes, nous plongeant dans notre passé, qu'il est important de préserver et de transmettre aux jeunes générations.
    RENCONTRES avec des gens de Meuse, passionnés et amoureux de leur métier :
    Li An Phoa, cette professeure de l'université de Rotterdam qui lutte pour améliorer la qualité de l'eau, Jef Roba ou Alain Pascal, éclusier de La Plante, et bien d'autres encore.
    TERROIR nous présente des anecdotes, des plantes, des recettes glanées au fil du fleuve. Connaissez-vous la cacasse à cul nu ? Voulez-vous en savoir plus sur le fameux silure, monstre du Loch ness mosan?
    Bref, au fil de ces 200 pages, le lecteur ne pourra que se laisser séduire et envoûter, bercer par ces rencontres poétiques, ponctuées par des citations, extraits de poésies des auteurs qui ont aimé ce fleuve.
    Mais ce qui rend le livre aussi attrayant, ce sont bien sûr les photographies inédites, prises au cours de longues promenades à toutes les heures du jour et de la nuit. L'oeil avisé et amoureux du photographe a su capter des impressions, des sensations, des couleurs devant lesquelles on s'arrête, pour admirer...

  • Qu'on l'aborde par le sud, comme des Rémois ou des Parisiens, alors le département des Ardennes est champenois. Qu'on y entre par le nord, tels nos amis belges, alors les Ardennes apparaissent comme une impressionnante vallée, ou encore comme un plateau sauvage à la sombre forêt. Qu'on y vienne par la route des Ch'tis de Lille ou d'Arras, on a l'impression de ne pas quitter la Thiérache.
    Qu'on y entre, comme la Meuse elle-même, par la porte de l'est, on se croit encore en Lorraine, tant que l'on n'a pas atteint Sedan. Enfin, si l'on arrive par le sud-est, c'est la belle Argonne feuillue que l'on traverse longtemps. Alors, où sont les Ardennes ?
    Et bien partout, dans leur infinie diversité de paysages, de flore, de faune, de patrimoine, de lumière aussi. C'est à ce voyage surprenant que vous invitent au fil des pages, les images de Jean-Marie Lecomte et les textes de Bernard Chopplet.

  • La Champagne honore Saint-Vincent chaque année depuis particulièrement longtemps. Il y a de multiples raisons à cette célébration ancienne, notamment géographique, par la proximité avec la future capitale de la France, d'où le culte s'est propagé, sociologique en raison de la volonté de regroupement des différents métiers de la vigne au Moyen Age mais aussi économique avec la notoriété des vins de Champagne.

  • Ceci n'est pas un livre d'Histoire, mais d'histoires. Ces petites histoires qui ont fait la grande. Celles qui faisaient dire à Prosper Mérimée : Je n'aime dans l'Histoire que les anecdotes, alors que les frères Goncourt, Jules et Étienne, jugeaient, dédaigneux, que L'anecdote, c'est la boutique à un sou de l'Histoire... Les appréciations sur le sujet restent probablement autant partagées aujourd'hui, bien que personne ne puisse contester l'avis d'Alfred de Vigny : L'Histoire est un roman dont le peuple est l'auteur. Ainsi ce livre aurait-il pu aussi bien s'intituler : Le grand roman des Ardennes. Car ce sont les gens d'ici, célèbres ou anonymes, qui ont été les héros, au fil des siècles, de ces histoires que raconte Bernard Chopplet et que Jean-Marie Lecomte, avec le talent qu'on lui connaît et l'originalité que lui permet sa connaissance du département, met véritablement en scène.
    Sont-elles exactes ? Il vaut mieux laisser la question aux érudits locaux qui raffolent de ce genre de petits plaisirs et se dire, comme Ernest Renan, que L'Histoire est une petite science conjecturale, une des façons dont les choses ont pu se passer ou comme Napoléon que l'Histoire est une fable sur laquelle tout le monde est d'accord. Et surtout tenir compte de l'avertissement humoristique d'Anatole France : Les livres d'histoire qui ne contiennent aucun mensonge sont très ennuyeux...

  • Verdun. Ce nom raisonne comme une oraison funèbre dans l'inconscient collectif.
    Verdun, ville autour de laquelle sont morts en quelques mois terribles plus de 300000 soldats français et allemands. Verdun, bataille des horreurs de laquelle les survivants ne sont revenus que marqués à vie.

  • Le Journal intime d'un Ardennais se poursuit : après les Méandres, qui à l'instar des sinuosités de la Semoy pouvaient évoquer les circonvolutions de la pensée, voici les Brindilles, lesquelles à l'image des petits brins qui ne sont presque rien, sont constituées de petites réflexions, méditations, historiettes ou anecdotes formant la trame de la simple vie de tous les jours.
    Ici, le régionalisme fait bonne figure à côté de l'humanisme. On peut être en même temps un fier Ardennais et un citoyen du Monde. Il est soutenu dans cette démarche par l'illustration originale mais subtile, due aux photographies de Jean-Marie Lecomte, lequel jongle assurément avec les images en noir et blanc.

  • Balade champenoise à travers ses vignes et ses caves de champagne. Une région où se perpétue l'art de la vignification

  • Les façades extérieures de la cathédrale de Reims, sont richement décorées de sculptures aux visages expressifs.

  • Les façades extérieures de la cathédrale de Reims, sont richement décorées de sculptures aux visages expressifs.

  • Balade champenoise à travers ses vignes et ses caves de champagne. Une région où se perpétue l'art de la vignification

empty