Théâtre

  • Comprend 14 illustrations - 56 notes de bas de page - Environ 172 pages au format Ebook. Sommaire interactif avec hyperliens.
    Beaucoup de bruit pour rien (Much Ado About Nothing) est une comédie de William Shakespeare publiée en 1600, dont la première a probablement été représentée à l'hiver 1598-15991. Elle reste à ce jour l'une des comédies de Shakespeare les plus populaires. Stylistiquement, elle a beaucoup de points communs avec les comédies romantiques qui jouent sur deux couples d'amoureux : le couple romantique, Claudio et Hero, et leur contre-partie comique, Bénédict et Béatrice.

  • Ce volume contient :
    - La Jalousie du Barbouillé
    -Le Médecin volant
    -L'Étourdi
    -Le Dépit amoureux
    -Les Précieuses ridicules
    -Sganarelle ou le cocu imaginaire
    -Dom Garcie de Navarre
    -L'École des maris
    -Les Fâcheux
    -L'École des femmes
    -Remerciement au roi
    -La Critique de l'école des femmes
    -L'Impromptu de Versailles
    -Le Mariage forcé
    -La Princesse d'Elide
    -Tartuffe ou l'imposteur
    -Dom Juan ou le festin de Pierre
    -L'Amour médecin
    -Le Misanthrope.

  • Amphitryon

    Molière

    Le dieu Jupiter est, une fois de plus, amoureux. Mais comment séduire la fidèle Alcmène ? En prenant les traits de son mari ! Son serviteur Mercure, quant à lui, se fera passer pour le valet : Sosie. Mais voici qu'Amphitryon et Sosie reviennent de la guerre... Quiproquos, malentendus, rebondissements...

  • Comprend 35 illustrations - 50 notes de bas de page - Environ 162 pages au format Ebook. Sommaire interactif avec hyperliens.
    Jules César (Julius Ceasar, dans le monde anglophone) est une tragédie de William Shakespeare, probablement écrite en 1599 et publiée pour la première fois en 1623. Elle est montée pour l'ouverture du Globe Theatre à Londres. Elle relate la conspiration contre Jules César, son assassinat et ses conséquences.
    Dans le monde anglophone, la réplique « Et tu, Brute? » (« Toi aussi, Brutus ? ») est utilisée pour invectiver celui qu'on accuse de trahison à l'instar de "Tu quoque mi fili".

  • Deux jeunes amants, Éraste et Julie, vivent à Paris. Ils se rencontrent en secret de peur que Oronte, le père de Julie, découvre leur relation. Oronte a donné sa fille en mariage a un certain monsieur de Pourceaugnac, bourgeois venant de Limoges. Dégoûtés par cette idée, les deux amants font appel à une entremetteuse, Nérine et un fourbe, Sbrigani, pour contrer le projet d'Oronte. Dès son arrivée, la ville entière essayera de ridiculiser monsieur de Pourceaugnac et de le dégoûter de la vie urbaine. Sbrigani et Éraste, faisant semblant d'être aimables avec lui, organiseront maints autres pièges.



  • Comprend 18 illustrations - 88 notes de bas de page - Environ 218 pages au format Ebook. Sommaire interactif avec hyperliens.

    Peines d'amour perdues (Love's Labour's Lost) est une des premières comédies de William Shakespeare. Probablement écrite vers 1595-1596, à l'époque de Roméo et Juliette et du Songe d'une nuit d'été.
    Cette pièce est souvent considérée comme l'une des plus flamboyantes des comédies de Shakespeare. Elle regorge de jeux de mots sophistiqués, calembours, références littéraires et subtils pastiches des formes poétiques de l'époque.

  • L'histoire des Cenci - viol, inceste et mort - avait tout pour satisfaire le goût des romantiques, de Shelley à Stendhal, pour l'horrible et le monstrueux. Quand Artaud s'en empara à son tour pour enrichir ce qui aurait pu n'être qu'un atroce fait divers d'intentions philosophiques, elle lui permit de développer des thèmes chers : la révolte, le déchaînement des pulsions, l'abjection des puissants, la quête de l'absolu. Il en fit, en 1935, un spectacle ambitieux pour lequel il sut s'entourer d'artistes promis au plus bel avenir : Balthus, Blin, Barrault. Malgré le peu de moyens, il réussit à innover dans des domaines essentiels de la mise en scène et ouvrit la scène à un imaginaire libéré de toute sujétion au réel.

  • Comprend 37 illustrations - 41 notes de bas de page - Environ 190 pages au format Ebook. Sommaire interactif avec hyperliens.
    Antoine et Cléopâtre (Antony and Cleopatra) est une pièce de théâtre, classée dans les tragédies historiques de William Shakespeare. La première représentation eut lieu en 1606 ou 1608 et la première publication en 1623.
    La principale source de William Shakespeare est La vie de Marc-Antoine par Plutarque, selon la traduction de Thomas North du texte français d'Amyot. Shakespeare suit de près le récit de Plutarque, n'omettant que la campagne d'Antoine contre les Parthes.
    Cette tragédie est une pièce romaine caractérisée par des changements rapides, aussi bien de lieux géographiques que de registres, alternant entre la sensualité imaginaire d' Alexandrie et l' austérité pragmatique de Rome.
    Beaucoup considèrent que la Cléopâtre de cette pièce est l' un de rôles féminins les plus complexes de l'oeuvre de Shakespeare. Elle alterne entre, d' une part, la vanité et l' orgueil (jusqu' à provoquer le mépris du public) et la grandeur tragique qu' elle partage avec Marc-Antoine. Ces éléments contradictoires ont amené des partis pris très contrastés parmi les jugements critiques de la pièce.

  • Avant de mourir, Alexandre le Grand raconte quelques bribes de sa vie de chef de guerre et de conquérant, notamment sa rencontre avec le tigre bleu de l'Euphrate, après lequel il a couru jusqu'en Inde.
    1 homme / 1 h

  • Je m'habille laid. Je me coiffe laid. Je suis laide. Mais moi ça me dérange pas, c'est les autres qui trouvent ça dur.

    J'en veux à personne, c'est un mélange de hasard pis de désintérêt, je dirais. Je suis tellement laide qu'y en a qui pensent que je revendique quelque chose.

    À travers des chroniques oscillant entre l'humour, la colère et la poésie, un petit groupe réuni à la mémoire d'une femme disparue s'attaque aux manifestations visibles et invisibles des violences ordinaires. Dans un déferlement de scènes agissant à la manière d'un exutoire, Guérilla de l'ordinaire se tient sur le lieu de la fracture militante, là où la fatigue devient résistance politique.

  • "Débrayage" : Dans une société ravagée par le chômage, dominée par l'argent et le statut social, ces séquences mettent en scène des individus prêts à tout pour ne pas perdre leur emploi, ou ne pas en retrouver - en tout cas pour survivre à tout prix dans cette jungle moderne. "Beyrouth Hotel" : Un auteur dramatique attend dans un hôtel de la capitale libanaise des nouvelles d'un metteur en scène. Entre deux appels au répondeur de son ex-femme, il parle avec la réceptionniste.

  • Comprend 27 illustrations - 54 notes de bas de page - Environ 194 pages au format Ebook. Sommaire interactif avec hyperliens.
    L'Histoire de Troïlus et Cressida est une pièce de théâtre de William Shakespeare, écrite certainement vers 1602.
    La nature énigmatique et ambiguë de cette pièce semble avoir compromis sa carrière sur scène. Ni du vivant Shakespeare, ni entre 1734 et 1898, on ne trouve trace de sa représentation.
    Plusieurs éléments caractéristiques de la pièce (la plus notable étant son questionnement constant des valeurs morales telles que le respect de la hiérarchie, l'honneur et l'amour) sont aujourd'hui considérés comme éminemment «modernes».
    Elle est de plus en plus prisée depuis le début du 20e siècle et surtout après la Première Guerre mondiale, en raison de sa représentation cynique de l'immoralité et de la désillusion.

  • Définie à partir du modèle théâtral, la dramaturgie est désormais inscrite et revendiquée au sein d'autres arts scéniques comme la danse, le cirque, ou encore l'opéra. Cet ouvrage se propose donc de l'appréhender de manière extensive et transversale avec l'ambition d'analyser la spécificité de la posture dramaturgique dans tous les arts de la scène, du point de vue de leurs processus de création et en donnant la parole à leur praticiens.

  • Le phénomène des bébés-rockers, la nationalisation des joueurs de foot, la violence à l'école : trois questions de société qui concernent la jeunesse actuelle revues à l'aune des rapports adultes-adolescents, et traitées avec le décalage comique et désabusé de David Lescot. "Les Jeunes" : De tout jeunes adolescents, passionnés de musique, forment un groupe de rock tandis que le monde les propulse au rang d'ados superstars. "On refait tout" : Un joueur de foot, qui a obtenu ses papiers pour jouer dans l'équipe nationale, est exclu par son sélectionneur pour avoir marqué avec la main. Aussitôt, son expulsion hors du territoire est envisagée. "Réfection" : Dans le réfectoire d'un collège, trois groupes d'élèves débattent de problèmes sans gravité avec leur surveillant, mais les chamailleries se transforment peu à peu en un violent règlement de compte.

  • Se résoudre à filer vers le Sud est une joute verbale à une frontière entre deux protagonistes que tout oppose. Le dialogue est à l'image d'un match de boxe où les protagonistes sont sans pitié. Le pari, c'est de tenter de démêler la rigueur majuscule de la loi des hommes confrontée aux logiques emmêlées de l'indésirable, de l'étranger, du sans-le-sou, du mal-né...

  • Les textes réunis sous ce titre sont en fait des modules théâtraux à composer. Avec ces monologues qui invitent à construire un ensemble, l'auteur a voulu imposer au metteur en scène une seule contrainte : la liberté absolue.

  • Si les arts de la rue forment un genre singulier et identifié, particulièrement en Europe ces trente dernières années, ils relèvent avant tout du théâtre. Or, il paraît essentiel de considérer que le théâtre n'existe que dans l'échange avec la vie, avec la ville, avec le public. Le théâtre de rue en est une bonne démonstration, qui questionne en retour l'état du théâtre. Au fil des entretiens avec des figures du théâtre de rue et des considérations d'observateurs avertis, le lecteur notera les mots, les motifs, les expériences, les trouvailles qui aident à définir le paysage d'un théâtre de rue qui se transforme devant nos yeux. Ce numéro se situe dans une double perspective. D'un côté, il prolonge l'ensemble des réflexions ouvertes par la revue Études théâtrales ces dernières années à partir des mutations actuelles du théâtre, en considérant ses évolutions en matière de dramaturgie, de mise en scène, de jeu de l'acteur, de scénographie, d'architecture. De l'autre, il prend appui sur un des festivals les plus importants en Europe en matière de théâtre de rue, le festival d'Aurillac.

  • Le repas

    Valère Novarina

    Confronté au problème de l'adaptation théâtrale de certains de ses livres non directement écrits pour le théâtre, comme Le Discours aux animaux, ou difficiles à monter, comme Le Drame de la vie, et pour éviter des interventions extérieures hasardeuses, Valère Novarina a décidé de proposer lui-même aux éventuels metteurs en scène des adaptations en quelque sorte 'clé en mains'. Le Repas est une adaptation pour la scène des première pages de La Chair de l'homme.

  • Quatre schizophrènes aux frontières de la raison humaine se côtoient, se frôlent, s'évitent entre les couloirs de l'hôpital et leurs froids appartements thérapeutiques. Prisonniers de leurs hallucinations, captifs de leur monde intérieur, ils se montrent aussi capables d'une étonnante fraternité, d'une frappante lucidité, parfois même d'amour. C'est à la lumière de témoignages réels recueillis par la jeune psychologue Margot Morgiève entre 2006 et 2008 que cette pièce de théâtre a été écrite.

  • Le 29 mars 2009, les Mahorais ont voté à plus de 95% pour la départementalisation de leur île. Pour cette grande majorité, il s'agit de la fin d'une longue lutte menée par plusieurs générations, afin d'être « libres ». Oui, les Mahorais ont voulu « être Français pour être libres ». Libres de quoi ? Libres de qui ? Mais connaissent-ils les avantages et les inconvénients de ce nouveau statut ? Quels seront les changements dans la société, les rapports entre les deux communautés : Mahorais et Wazungu ? Le pouvoir de la République face au pouvoir de la religion.

  • Olympe de Gouges fait revivre dans ses comédies de nombreux personnages du XVIIIe siècle (Voltaire, Montesquieu, Rousseau, les soeurs Ferning, la mort de Mirabeau, l'entrée de Dumouriez à Bruxelles), des problèmes cruciaux comme ceux des "voeux forcés" et les nouveaux droits civiques des femmes. Révoltée contre toute forme de discrimination, d'esclavage, elle rêve d'une authentique révolution sociale. Son théâtre politique témoigne de sa vitalité et ses préfaces apparaissent comme de brillants plaidoyers.

  • C'est une histoire qui tire au sort comme toutes les histoires. Si elle te tombe dessus... Si tu cours, elle court. Plus vite elle te retombe dessus. Si tu lui fais la tête elle te ligote sur place, et si tu l'ignores, elle s'en contrefiche. Le jour où Pitagaba est parti. Deux fois il est parti. La première fois quand il a demandé la route. La deuxième fois quand il n'est pas revenu.

  • Les lessiveuses

    Yamina Zoutat




    SOMMAIRE
    Scène 1
    Scène 2
    Scène 3
    Scène 4
    Scène 5
    Scène 6
    Scène 7
    Scène 8
    Scène 9
    Scène 10
    Scène 11
    Scène 12
    Scène 13
    Scène 14
    Scène 15

  • Ce livre explore l'écriture singulière de Valère Novarina, à partir de l'expérience de metteur en scène de Claude Buchvald. Il raconte l'histoire de cette plongée dans un univers textuel novateur et exigeant, en explorant avec les acteurs, pas à pas, son avènement sur la scène.
    Écrit en un style résolument personnel et accompagné de photographies originales souvent inédites, ce livre est un acte de foi en la puissance visionnaire du théâtre.

empty