Economie mondiale

  • Les notions de capital et de capitalisme ont soulevé, depuis deux siècles, les questionnements des économistes, la perplexité des sociologues, les passions des idéologues et l'embarras des leaders politiques.Elles recouvrent une des thématiques les plus controversées de la littérature économique et sociale, sinon philosophique et politique.

    Elles ont été fréquemment soumises à des changements de perspectives : la « démocratie libérale » selon Tocqueville, la « lutte des classes » selon Marx et Engels, « l'éthique protestante » selon Weber, le « capital social » selon Bourdieu, « l'innovation entrepreneuriale » selon Schumpeter, la « technostructure industrielle » selon Galbraith, la « croissance inégalitaire » selon Piketty...

    Certains économistes ont prédit au capitalisme un destin tantôt funeste (Proudhon, Marx, Engels...) tantôt radieux (Hayek, Friedman, Fukuyama...). D'autres théoriciens ont modélisé sa trajectoire suivant des mouvements graduels, chaotiques, en spirales..., sans en appréhender toutes les dimensions.
    Malgré son omniprésence dans le débat public, le capitalisme, ou plutôt les capitalismes restent un « impensé» dont les logiques, les dimensions et les perspectives demeurent encore largement méconnues.
    L'objectif de cet ouvrage est d'observer les principaux moments des doctrines consacrées au capitalisme et, suivant une démarche  "archéologique" empruntée à Michel Foucault, de sonder les fondations des nouveaux modèles du capitalisme en les resituant dans leurs environnements technologiques et socio-économiques. Cette observation préalable vise à mieux explorer et apprécier les différentes voies de son avenir, telles qu'elles sont tracées par les économistes et les sociologues du début du XXIe siècle.
     

  •  Depuis près de 40 ans, la France est tombée dans un piège aux multiples facettes et qui n´a fait que s´amplifier.
    Un piège financier que la crise de 2008 a déclenché.
    Un piège institutionnel avec une Europe, véritable machinerie administrative et judiciaire anti démocratique et contre productive, qui s´occupe bien souvent de dossiers pouvant être traités au niveau national.
    Un piège sociétal avec des hommes politiques qui pour des raisons électorales sont amenés à privilégier le court terme et la communication à la vision stratégique à plus long terme et aux faits économiques. Les plus courageux et téméraires d´entre eux butent sur des lobbies ou sur un monde médiatique dont les outils évoluent à grande vitesse.
    Un piège économique où la France cherche à sauvegarder son modèle de protection sociale alors que son adhésion à l´euro lui impose davantage de compétitivité et de flexibilité.
    Un piège industriel, enfin, où la France au mieux privilégie les services à l´usine, au pire ignore les patrons industriels qui pourtant investissent et prennent des risques.
     Ce sont les étreintes mortifères de ce piège que met en lumière Claude Chinardet, non sans argumenter que des solutions existent pour en sortir, et notamment :
    -          Rendre transparent le « marché financier de l´ombre », faire l´union bancaire, recapitaliser les banques.
    -          Imposer des procédures de décision européenne qui soient accessibles à tous les citoyens, utiliser la clause de subsidiarité qui permet à l´Union européenne de ne mettre en oeuvre les seules actions que les Etats ne peuvent mettre en place, renforcer le pouvoir d´un gouvernement économique des 17 pays d´une union inachevée, abandonner le vote à l´unanimité au niveau du Conseil Européen.
    -          Réhabiliter l´intégrité et l´honnêteté, maîtriser nos peurs et abroger le principe de précaution, limiter le rôle de l´Etat aux fonctions régaliennes et redéfinir les valeurs républicaines.
    -          Abandonner les dépenses keynésiennes et, à l´aube de la révolution numérique, lui préférer Schumpeter pour gérer la destruction créatrice afin de relancer la croissance et faire baisser le chômage des jeunes...
     Pour y parvenir, l´auteur rappelle avec force et conviction qu´il est urgent de définir une mission pour la France et l´Europe qui soit compatible avec les évolutions du monde et s´appuyant sur les fondements de la démocratie.

empty