Sciences de l'information et de la communication (SIC)

  • Le mystère Macron est un mystère du verbe.
    Ce n'est pas la politique de Macron qui intrigue puisqu'elle est relativement convenue dans l'espace européen au début du XXIème siècle, mais ses mots et son discours. Le postulat de cet ouvrage est que la compréhension du macronisme passe par l'étude critique du corpus des prises de position d'Emmanuel Macron. 1000 discours ont été rassemblés (De Gaulle, Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande) pour servir de comparaison avec les 100 plus grands discours de Macron. Et l'Intelligence artificielle a appris les tournures et les mots favoris, les propositions originales ou celles au contraire reprises, les emprunts sinon les plagiats, les références revendiquées ou les idéologies cachées, les tics de langage...

  • Parlez-vous le bourgeois ? Payer des « charges patronales » plutôt que des cotisations sociales, embaucher un « collaborateur » et non un salarié, engager une « réforme » pour mettre en place une politique néolibérale... Ces mots que nous entendons tous les jours ne sont pas neutres, ce sont ceux de la bourgeoisie. Non contente de nous dominer et de nous exploiter, elle nous impose son langage et forge notre représentation de la réalité. Dans cet essai, Selim Derkaoui et Nicolas Framont déboulonnent les termes et expressions qu'utilisent quotidiennement hommes et femmes politiques, DRH et journalistes mainstream pour brouiller les frontières de classe et légitimer un ordre social au service de la bourgeoisie. Conçu comme un manuel de contre-propagande, ce livre contribue ainsi à renouveler un vocabulaire : celui de la lutte de classes.

  • "A l'heure où le réseau resserre son emprise sur le réel, les promesses d'internet n'ont jamais semblé si ambivalentes. Outil d'émancipation ou bras armé de nouveaux totalitarismes ? Sanctuaire de la liberté d'expression ou terrain de jeu des intelligences artificielles ? De la Silicon Valley à la Chine, des réalités alternatives se dessinent. Pour les comprendre, on peut retracer l'histoire des idéologies et des récits qui ont contribué à dessiner l'architecture du réseau, depuis les cybernéticiens des laboratoires d'après-guerre jusqu'aux transhumanistes du XXIème siècle, en passant par la contreculture de la baie de San Francisco, et par les libertariens dans l'administration américaine des années 1990.
    C'est aussi réfléchir aux nouveaux récits qui pourront en infléchir le devenir".

  • Visionnage boulimique de séries, addiction aux jeux vidéo, gamification des activités sociales, consommation devenue divertissement ordinaire, pornographie banalisée, invasion des musées par les marques, etc. Plus aucun espace n'échappe aux productions culturelles du capitalisme hypermoderne. Le culte du fun et de la transgression, le refus immature des contraintes, la quête de sensations fortes, l'exaltation du narcissisme et les bricolages identitaires, fabriquent un nouveau type d'individu.
    Face à cette déferlante, journalistes, chercheurs et intellectuels, y compris les plus subversifs - et peut-être même surtout eux -, ont rendu les armes. À tel point que certains voient dans la culture de masse l'art de notre temps, démocratique et... rebelle. D'autres se contentent d'y dépister les stéréotypes et les rapports de domination et de fantasmer une possible réappropriation des contenus.
    Ce livre prend le contre-pied de ces abdications. Il s'inscrit dans une tradition de critique de l'aliénation, du spectacle et des modes de vie capitaliste, qu'il ravive en démontrant comment les derniers avatars de la culture de masse, omniprésents et plus efficaces que jamais, laminent les sociétés et domestiquent les esprits.

  • Qui décide des règles de Wikipédia ? Certains articles peuvent-ils être censurés? Y a-t-il un rédacteur en chef ? Quel est le modèle économique qui la régit ? Combien y a-t-il d'articles à ce jour ? Qu'est-ce qu'un wikipédien ?
    Nous l'utilisons tous les jours, et pourtant elle reste très mystérieuse à nos yeux. Certains en sont adeptes, d'autres l'accusent de tous les maux. En 2020, l'encyclopédie Wikipédia fêtera ses 20 ans, avec plus de 2 millions d'articles publiés. Rémi Mathis, président du conseil scientifique de Wikimédia France de 2014 à 2017, connaît l'encyclopédie mieux que personne. Il répond dans ce livre à toutes les questions que vous vous êtes toujours posées sur l'encyclopédie libre.

  • Semaine après semaine, jour après jour, Chronique de l'année retrace les événements politiques, économiques, sportifs, culturels ou sanitaires qui ont fait de cette année 2020 une année qui marquera toutes les mémoires.

  • L'histoire de la presse est d'une richesse quasiment sans limite. Les personnalités hautes en couleur y abondent, depuis Théophraste Renaudot, le fondateur mythique, jusqu'aux plus brillants des entrepreneurs contemporains. Les reporters les plus audacieux, les éditorialistes les plus déterminés, les chroniqueurs les plus inventifs se retrouvent, d'âge en âge, pour animer ce monde-là, chacun à sa manière, de leur plume, de leur voix et souvent de leur courage.
    Comme un puzzle peu à peu reconstitué révèle, de pièce en pièce, l'entièreté d'un dessin, ce livre s'attache à faire resurgir, au long de près de quatre siècles, épisode par épisode, l'évolution de la presse française : passionnée, tourmentée, brillante.

  • Pierre Henrichon analyse de quelle façon la cybernétique, la quantification, la dataveillance et le néolibéralisme participent d'un même processus de dissolution du politique et de la société, lequel trouve aujourd'hui son point de confluence dans le complexe du Big Data et de l'économie de la donnée. Car au-delà des promesses de progrès et de liberté chantées par ses principaux laudateurs se cachent des dangers potentiels pour nos démocraties : leur crise est entre autres causée par la neutralisation du politique et la montée au pouvoir des « Goliaths de l'économie de la donnée » sur nos esprits et dans l'espace public. Aujourd'hui, cette domination de l'économique est valorisée, reproduite et renforcée par le complexe sociotechnique et financier qu'est le Big Data.

  • A travers une sélection d'articles du Guardian de l'année 2020, ce manuel rassemble les sujets de société liés aux questions économiques d'aujourd'hui que les étudiants en économie, gestion, sciences sociales ou prépas économiques et scientifiques sont censés connaître, et sur lesquels ils doivent pouvoir exprimer un avis éclairé. Par le biais de la lecture d'articles de journaux et l'écoute de documents audiovisuels en ligne (ainsi que les exploitations langagières et thématiques dont ils font l'objet), l'étudiant non-angliciste peut couvrir de nombreux aspects de l'un des huit domaines d'étude proposés. Pour chacun des domaines, un texte d'introduction, un glossaire bilingue et des exercices de révision complètent le chapitre. Ils sont tous indiqués en fonction de leur niveau de difficulté, de B2 à C1. L'ensemble du manuel utilise l'anglais comme seule langue de travail.

  • Depuis les années 1950 la sexualité des jeunes inquiète les autorités. À l'heure d'internet, l'accès facilité à la pornographie, l'exposition de la sexualité sur les réseaux sociaux ou le cyberharcèlement angoissent car ils s'exerceraient dans des espaces incontrôlables.
    Mais sait-on vraiment ce que les jeunes font sur internet en matière de sexualité ? Et en quoi ces pratiques influent sur leur vie ? C'est à ces questions que répond ce livre, fruit d'une enquête menée auprès de 1 500 Français de 18 à 30 ans. Prenant en compte l'âge, la classe ou le genre des personnes interrogées, il en résulte une analyse des relations que les jeunes entretiennent avec la sexualité qui va souvent à l'encontre des préjugés. Une réflexion passionnante sur les frontières de l'intime à l'heure du numérique.

  • Comprendre avec les auteurs comment et pourquoi les mots ont changé de sens. Apprendre l'histoire des mots pour mieux connaitre la langue française et ses secrets !

  • Guide pratique de l'orateur : pour s'exprimer avec aisance et clarté Nouv.

    Qui n'a jamais appréhendé le moment où il lui faudrait prendre la parole ? Qui n'a jamais rêvé d'être capable de communiquer à l'oral non seulement sans crainte mais aussi avec aisance, voire plaisir ? Qui n'a jamais été subjugué par la virtuosité d'un orateur ?

    Il est souvent d'usage de penser que l'art oratoire relève du talent inné donc d'une sorte de don. Pourtant, il n'en est rien. Car on ne naît pas orateur, on le devient. Celles et ceux qui sont les plus habiles pour communiquer à l'oral utilisent en vérité des techniques, parfois même des stratégies. Et c'est justement ce que vous propose cet ouvrage : vous révéler quelques-unes de ces techniques et stratégies.
    />
    Ainsi apprendrez-vous à travers ces pages à préparer au mieux une prestation orale. Ainsi comprendrez-vous comment la mettre en oeuvre efficacement. Ainsi découvrirez-vous qu'il est possible d'affirmer votre charisme et de le développer. Ainsi appréhenderez-vous les vertus de l'empathie dont vous saurez faire votre alliée.

    Clair, accessible, illustré de nombreux exemples et exercices, ce Petit guide pratique de l'orateur s'adresse donc à toutes les personnes qui désirent améliorer leur capacité à s'exprimer à l'oral, qu'elles soient débutantes non expérimentées ou encore professionnelles de la prise de parole.

  • En quelques années, le monde de l'infor­mation a radicalement changé. La révolu­tion numérique a bousculé nos habitudes de lecture. Les grands journaux tels le New York Times, le Guardian, El Mundo, Die Welt, La Repubblica ou Les Échos ont dû s'adapter, non seulement en devenant multimédias et en développant des appli­cations mobiles et des sites internet, mais surtout en réinventant le design graphique de leurs publications. Format, typogra­phie, maquette, logo, illustration... tout ce qui concourt à la mise en forme de l'in­formation a été questionné et repensé. Journaliste et designer graphique mondia­lement reconnu, Javier Errera retrace cette évolution des grands quotidiens. Portraits des grands designers, décryptages de la mise en page et analyses des grilles offrent une plongée inédite et passionnante au coeur des rédactions du monde entier qui ont mené cette révolution graphique et journalistique.

  • Le grand penseur critique américain de la communication Neil Postman montre que la soumission de la culture à la technologie menace de détruire les sources vitales de notre humanité.

  • La disparition progressive des kiosques et marchands de journaux rétrécit l'espace public de la démocratie qui se replie dans l'univers borné des smartphones et des tablettes où l'information est assignée à résidence par le jeu des algorithmes.
    L'intelligence artificielle - plus d'artifice que d'intelligence - prend le pas sur l'intelligence humaine pour fixer désormais à toute vitesse - érigée en vertu de l'époque - la hiérarchie des événements, selon des critères ou le clic commercial, le « putaclic » à vocation publicitaire, l'emporte sur le discernement éditorial. Éric Fottorino, directeur de publication du 1, s'engage.

  • Vidéosurveillance de rue, compteurs connectés, fichiers numériques, puces RFID, lois sur le renseignement, géolocalisation, programme « Prism » de la NSA, reconnaissance faciale, traçage, recommandations et offres prédictives de la grande distribution... la surveillance est omniprésente dans les débats publics et semble avoir investi l'ensemble des territoires de la vie quotidienne, accréditant la thèse de l'avènement d'une véritable société de la surveillance généralisée.

    Fantasme sécuritaire ou panique liberticide, la surveillance est également devenue un objet de réflexion scientifique, ouvrant un champ de recherche et d'analyse en plein développement : les Surveillance Studies.

    En privilégiant une démarche pluridisciplinaire (littérature, philosophie, science politique, sociologie, sciences de la communication) et en prenant en compte les évolutions médiatiques de la société ( écrans, réseaux, plateformes), cet ouvrage propose un panorama complet des théories de la surveillance, des textes fondateurs (Bentham, Taylor, Weber, Foucault, Deleuze...) aux notions les plus récentes (« vigilance », « sousveillance », « capitalisme de surveillance », « shareveillance », « exposition »).

    Depuis ces premières approches essentiellement organisationnelles, le champ s'est ouvert à la complexité des enjeux sociaux, politiques et personnels de la nouvelle « économie de la visibilité » numérique, laissant entrevoir l'émergence contemporaine d'une véritable « culture » de la surveillance.

  • Pour les professionnels, la blockchain représente un outil formidable pour stocker et partager de l'information de manière décentralisée, sécurisée et transparente. De nombreux secteurs d'activité sont concernés : commerce international, agroalimentaire, immobilier ou santé. Ce livre explique dans un langage non technique ce que sont les blockchains, leurs fonctionnements, leurs usages et ce qu'il faut savoir avant de lancer un projet, avec un focus particulier sur son intérêt en matière de signature électronique, de preuves numériques et de piste d'audit documentaire. Illustré par des entretiens de professionnels de différents secteurs, avec un focus sur des résultats concrets.

  • Messageries, réseaux sociaux, recherches internet, streaming, jeux vidéo, applications, médias... Le numérique est aujourd'hui omniprésent. Il se décline sur différents supports, a plusieurs usages, et évolue vite. Si vite, que les adultes se sentent parfois dépassés. Pas de panique, il n'est pas nécessaire d'être toujours à la pointe de la technologie pour guider les enfants à un usage équilibré des outils numériques.

  • Les politiques audiovisuelles en France de 1945 à nos jours Nouv.

    À travers une sélection de textes de référence (lois, décrets, mais aussi discours, extraits d'ouvrages, etc.), ce livre propose un vaste parcours à travers les politiques audiovisuelles menées en France aux XXe et XXIe siècles. Une introduction générale remet en perspective l'histoire réglementaire du secteur et différents développements inédits éclairent la nouveauté, la portée et, parfois, les limites des textes présentés.

  • François Dufour a choisi 100 mots pour défendre et illustrer un journalisme pur et dur :
    100 % de faits, 0 % d'opinions, guerre contre le « conditionnel de précaution », respect de la vie privée et de la présomption d'innocence... De A comme Affaire Grégory (symbole de très mauvais journalisme) à W comme Wikipédia (encyclopédie bourrée d'infos à ne pas recopier bêtement) en passant par C comme Capa et K comme Kessel (ses héros), il rappelle quelques règles indépassables de ce beau métier.
    Au risque de ne pas se faire que des amis parmi ses confrères, François Dufour livre un plaidoyer qui sera utile aussi bien à l'étudiant de Sciences Po qu'au journaliste en herbe, à l'attaché de presse comme au citoyen soucieux de s'informer correctement.
    Une lecture indispensable à l'époque de l'invasion mondiale des fake news sur Facebook et de l'autre invasion, celle des médias par les éditorialistes et des réseaux sociaux par les non-journalistes. En fermant ce livre, vous n'écouterez plus les infos, à la radio ou la télé, comme avant...

  • Manuel introductif aux métiers de la communication, cet ouvrage a été conçu avec la collaboration de professionnels des métiers de la communication. Il offre à l'étudiant un cadre théorique synthétique et des outils méthodologiques concrets et efficaces pour se former aux métiers de la communication, tout en lui permettant de se confronter à des expériences réelles de professionnels.

    Il propose :
    - des synthèsespar chapitre ;
    - des quiz interactifs par chapitre ;
    - une interview en poscast par chapitre (voir liste slide suivante) ;
    - un glossaire général.

  • Avec l'apparition de l'imprimerie, le besoin d'information nécessaire à toute vie sociale trouve une réponse dans le journal. À la fois témoins et acteurs de la vie nationale et internationale, les périodiques sont peut-être l'objet historique qui nourrit les liens les plus étroits avec l'état politique, la situation économique, l'organisation sociale, et le niveau culturel du pays et de l'époque qui sont les leurs.
    Des feuilles volantes à périodicités variables comme les libelles, de la Gazette de Théophraste Renaudot jusqu'à nos journaux contemporains, cet ouvrage restitue la vie des journaux, de ces témoins et acteurs de la vie nationale et internationale et précise le rôle qu'ils ont joué dans l'évolution des sociétés.

  • Dans Homo Digitalis, Thierry Geerts, directeur général de Google Belgique, analyse les dangers et les opportunités de la révolution digitale. Sans tabou et le regard tourné vers l'avenir, il cite de nombreux exemples passionnants de la façon dont la digitalisation peut nous influencer, à titre personnel et au niveau de la société.

    Sa conclusion est claire : la technologie est neutre et c'est à l'homme qu'il revient de l'utiliser en connaissance de cause. Si nous saisissons cette opportunité, la digitalisation pourra nous rendre plus heureux, nous permettra de bénéficier de plus de temps pour exercer notre créativité et améliorer nos connaissances, d'améliorer les soins de santé et de réaliser ce qui est réellement important pour nous. Nous deviendrons plus humains. Et l'homo digitalis viendra remplacer l'homo sapiens.

  • Où situer le commencement d'une pensée organisée sur la communication ? Comment expliquer l'essor et le déclin de la sociologie empiriste des médias aux États-Unis ? Quelle filiation établir entre l'analyse structurale de Roland Barthes et les Cultural Studies britanniques ? Comment ce champ de connaissance aborde-t-il le pouvoir des médias ? Comment rend-il compte des audiences ? Qu'est-ce qui motive l'intérêt croissant pour l'appropriation citoyenne des machines à communiquer ? Quel rôle joue la reconnaissance de la théorie du genre ? Quel est l'impact de l'avènement de la numérisation croissante et de la montée du sécuritaire ? Quelle place pour le temps long face à l'obsession du présent ?
    Les auteurs répondent à ces questions en soulignant le caractère interdisciplinaire des sciences de l'information et de la communication. Ils dressent la carte internationale des courants, des tendances et des écoles. En montrant les flux et reflux des diverses problématiques, ils révèlent la dynamique profonde d'un domaine plus que jamais projeté au centre d'enjeux politiques et culturels contradictoires.

empty