Hermann

  • Comment bâtir une stratégie efficace à l'époque de la désinformation et de la défiance permanentes ? La multiplication des faits alternatifs (fake news), l'hystérisation des débats, l'emprise croissante des dispositifs numériques et le culte de la disruption fragilisent la prise de parole et la capacité d'action des décideurs. L'écosystème médiatique a définitivement basculé dans l'ère du « bûcher des vérités ».

    Pour tous les décideurs et responsables, cela signifie qu'il est temps de changer de logiciel. L'écosystème technologique et idéologique impose des choix iconoclastes qui déjouent les illusions médiatiques, les mirages de la transformation permanente et les écrans de fumée du prêt-à-penser. Plus que jamais, il faut se donner les moyens d'analyser des tendances lourdes, porter un regard lucide sur le monde, définir une vision claire, la verbaliser et la faire partager. La communication est devenue avant tout une quête de sens, d'éthique et de leadership intellectuel.

    Au travers d'exemples empruntés à la politique (Trump, DSK), au sport (Griezmann, Benzema), à la pop culture (Game of Thrones, Batman), à l'univers économique et au digital, ce manuel présente les mécanismes qui régissent nos sociétés de communication, et en analyse les bonnes et les mauvaises pratiques. Mais ce livre n'assène pas des certitudes d'experts: il réfléchit aux moyens à mettre en oeuvre pour réenchanter la parole publique et combattre la défiance commune.

  • Hommage aux mots

    Alain Rey

    • Hermann
    • 19 Septembre 2018

    Alain Rey a «passé sa vie à interroger les mots de tous les jours, à les pousser du coude pour éprouver leur résistance, pour savoir ce qu'ils ont dans la peau» (ainsi que le disait Georges Perros à propos des lexicographes). Grand artisan du dictionnaire Le  Robert et amoureux de la langue française, Alain Rey rend ici un nouvel hommage aux mots à la fois savoureux et érudit  : «Faire revivre les mots, grâce notamment à leur usage le plus fort, le plus élevé, qui est littérature et poésie, telle est la tâche de l'artisan, du "tâcheron" disait le grand Samuel Johnson  qu'est l'auteur de  tout dictionnaire, fût-il génial.»  (Alain  Rey

  • L'information est un service public essentiel. Sans information, comment prendre des décisions éclairées sur les enjeux de société actuels ? La question est devenue encore plus importante à l'heure des réseaux sociaux, qui fournissent de l'information en abondance, mais sans vérifications ni préférences pour des sources crédibles. Pour ce faire, il faut des journalistes et des médias dignes de ce nom. Comment la nouvelle génération de journalistes va-t-elle réussir à se sortir habilement de cette situation ? Comment trouver du travail et des contrats lucratifs tandis que les médias peinent à survivre et à trouver un « modèle d'affaires » ? Que signifie concrètement devenir journaliste indépendant, ou pigiste, ou entrepreneur, dans la crise actuelle des médias ? Quelles sont les habiletés dont un « nouveau journaliste  » a besoin, au-delà des compétences de base qu'on enseigne dans les écoles de journalisme ? Comment la nouvelle génération de journalistes va-t-elle réussir à maintenir la liberté de la presse à travers ce dédale  ? S'ils peinent à trouver du travail, qu'ils deviennent journalistes indépendants, les nouveaux journalistes tireront-ils leur épingle du jeu  ?

    Cet ouvrage s'adresse aux journalistes indépendants, pigistes ou blogueurs ou aux équipes qui songent à créer un nouveau média. Il leur apportera ce temps essentiel de réflexion pour mieux saisir les enjeux de la profession et relever leurs manches, à l'heure de la communication planétaire, des algorithmes et des inquiétudes sur l'avenir de la profession.

  • Quoi de neuf sur La  Fontaine  ? Ce livre, informé des dernières recherches qui bouleversent les perspectives sur le genre de la fable, propose une étude globale et décapante du premier recueil, celui qui rassemble les apologues les plus célèbres, à commencer par «  La Cigale et la Fourmi  ». Mêlant les mises en perspective et en contexte aux analyses de détail systématiques et fouillées, il  renouvelle sur nombre de sujets l'approche de l'oeuvre  : sur ses sources, ses origines, sa poétique, sa structure, ses thèmes et ses formes, son bestiaire et sa morale. En dix «  leçons  » synthétiques, claires et précises, il offre un tour d'horizon qui redécouvre les fables de 1668, révèle la profonde unité sous la diversité chatoyante de ce recueil, soulève et tâche de résoudre nombre des questions latentes qu'il appelle, et en propose une lecture aux prises insolites, qui bouscule bien des évidences.

  • Le MUR / the WALL (2010-2015)

    Mur

    • Hermann
    • 9 Novembre 2016

    L'ouvrage qui est prévu couvrira l'ensemble des productions sur le M.U.R. depuis mai 2010 jusqu'à décembre 2015, soit, au rythme d'une création toutes les deux semaines, 200 oeuvres. Il comprendra les photos des créations finalisées, mais aussi des images de leur conception et des textes de présentation des artistes, aussi bien en français qu'en anglais. L'association respecte en effet une stricte alternance entre artistes Français et étrangers. Il ouvrira la porte à d'autres ouvrages de ce type pour suivre l'augmentation constante de ces espaces de création. Aux douze murs similaires en France déjà en place, une vingtaine en gestation devraient s'ajouter bientôt. Le développement à l'internationale est également prévu, et l'association a récemment inauguré un mur au Cambodge.

  • La guerre contre la mort a commencé, et ce rêve se transforme en cauchemar. Que vivrait ce nouvel homme dans ce rien éternel, dans ce non-temps, lui qui n'aurait rien à gagner, rien à aimer ni haïr, rien à regretter, rien à pleurer, rien à espérer ? Être pour ne pas être, est-ce là la fin de l'homme?

  • La question de l'origine du langage et des langues nous fascine. C'est l'une des questions les plus complexes dans le cours de l'histoire. Cela concerne notre naissance et notre mort. Quelle est notre origine ? Divine ou biologique ? Quel est le rôle de la science ? Il y a une grande réhabilitation des théories sur l'origine du langage et des langues, du côté de la biologie, de l'évolution, de la psychologie du développement et de la linguistique. Il faut situer la linguistique parmi les sciences de la nature. Sciences exactes et sciences humaines de nouveau alliées.

  • Depuis le début des années 2000, le centre de gravité géopolitique et économique du monde s'est progressivement déplacé de l'Occident vers l'Asie-Pacifique, du fait de l'influence croissante de la Chine. Cependant, malgré la volonté active du gouvernement chinois de renforcer son soft power, la Chine parvient peu, via ses médias, à étendre son influence culturelle dans la région. Les médias chinois, qui sont devenus des acteurs essentiels dans la gestion des conflits géopolitiques et ont su mettre en valeur la puissance militaire, économique et politique de la Chine, restent par ailleurs un outil de propagande visant à nourrir le nationalisme et à défendre le régime actuel. Ce livre propose ainsi une analyse du rôle des médias chinois en Asie-Pacifique entre 2007 et 2016.

  • Qu'est-ce que lire en moderne  ? Telle est la question posée ici à l'oeuvre critique de Roland Barthes. Le moderne est entendu dans un sens philosophique, hérité de Walter Benjamin, comme âge du trauma, autrement dit comme une détermination affective  : la mélancolie et le sentiment d'«  ingratitude  » qui l'accompagne. Il s'agit d'observer la manière dont la pratique de lecture fragmentaire de Barthes n'a cessé de reconduire à cette modernité traumatique  : appréhension, dans le texte lu, du mot poétique, de la phrase mémorable, du détail décentré, de la scène émouvante avec pour seul véritable aiguillon la pitié.

  • Des pensees et des mots

    Alain Rey

    • Hermann
    • 21 Août 2013

    Les mots de notre culture sont à leur façon des auteurs virtuels, car leur histoire constitue une sorte d'oeuvre, une suite de romans sémantiques tous accordés à l'histoire sociale. Auteurs, philosophes, poètes, narrateurs, se sont faits les serviteurs et les chantres de ces mots dont, en apparence, ils se servaient, pour découvrir les secrets de leurs pouvoirs. Du coeur du lexique, où il s'est longtemps tenu grâce à la fabrique du dictionnaire, l'auteur de ces essais tente d'illustrer le va-et-vient entre la créativité du texte et la profondeur de ses éléments. Toute oeuvre est tributaire de l'instabilité, de la vibration des mots qu'elle organise. Tout penseur, tout poète en est à la fois le maître et l'esclave. De Villon à Barthes, des classiques à Valéry, de Littré à Jakobson, l'usage du langage est soupesé, exalté. Quant aux mots, la société et son aventure se trahissent dans Travail, Progrès, Révolution..., tandis que Comédie, Artiste, Luxe, nous apportent la mémoire de la culture. Deux domaines sans cesse entrelacés ; une même démarche, illustrant l'emblème du Vertige de la langue.

  • Beckett - corps a corps

    Marie Depussé

    • Hermann
    • 5 Octobre 2007

    Beckett regrettait qu'on ne porte pas à son oeuvre l'attention microscopique qu'on portait en général à sa vie.
    Marie depussé comble, avec le présent ouvrage, cette lacune : prendre beckett au pied de la lettre et proposer une lecture inédite de son oeuvre dans un exercice qu'elle appelle corps à corps. quelque chose ici presque se retourne. c'est la vie, la vie de tous les " personnages-lettres " de beckett, selon l'expression de marie depussé, qui soudain nous requiert, et anime de leur étrange lumière celle de samuel beckett.
    Un corps à corps, qui ne posséderait pas la même tonalité si elle n'avait pas connu samuel beckett. marie depussé réussit ainsi à nous présenter un beckett vivant qui continue à nous interpeller avec une étonnante proximité.

  • Dans la préface, Pascal Quignard explicite lui-même son rapport au savoir, à la bibliothèque qu'emblématise l'exercice du dictionnaire ; le qualificatif de « sauvage » préserve quant à lui la part indomptable de la connaissance et en particulier de la cosmogonie de son oeuvre. Le Dictionnaire sauvage Pascal Quignard sera un volume de ressources et références incontour-nable, dessinant une cartographie de l'oeuvre. C'est un guide à plusieurs voix qui donne accès aux mondes de l'écrivain.Cet espace multiple est le meilleur garant d'une approche capable de faire prendre toute la mesure de l'interrogation originaire qui se joue au secret de l'écriture de Pascal Quignard.Le Dictionnaire sauvage Pascal Quignard est l'oeuvre d'un collectif de chercheurs et d'universi-taires du monde entier : ils signent des entrées qui offrent des clés de lecture dans divers domaines - lettres et arts, sciences, philosophie, langues et cultures antiques et contemporaines, anthropo-logie -, domaines dont la multiplicité forme l'essence même du travail de Pascal Quignard.

  • L'ouvrage collectif dirigé par Daigneault et Pétry représente l'un des rares efforts systématiques visant à explorer, en français, les méthodes d'analyse de contenu automatisées de textes principalement politiques. Les chapitres couvrent un large éventail de thèmes et de techniques d'analyse de contenu - allant de la compilation des fréquences de mots jusqu'au positionnement idéologique des acteurs à l'aide de Wordfish et Wordscores, en passant par l'analyse de sentiments. À une époque où les textes électroniques sont devenus facilement disponibles, ce volume inspirera de nombreux chercheurs travaillant sur des techniques d'analyse de contenu, à partir d'une gamme de plus en plus large de plateformes et de langues.

  • L'ouvrage aborde deux questions fondamentales en théorie de l'image. La première est le rapport entre l'image et son observateur : comment regarder une image ? Pour répondre à cette question, le présent ouvrage s'efforce de fournir une méthodologie du regard via des analyses figurative et plastique des images ainsi que de brosser un panorama théorique de la sémiotique de l'image contemporaine. Cette dernière s'inspire des travaux d'A. J. Greimas, creusant un écart avec les premières propositions, celles faites par la sémiologie de R. Barthes et d'É. Benveniste. Cet ouvrage se donne pour tâche d'éclaircir la distance entre cette sémiologie visuelle naissante et la sémiotique visuelle actuelle. La deuxième question abordée est celle de la matérialité des images. La relation entre la transversalité des formes et les contraintes matérielles des supports médiatiques est explorée afin de rendre compte des pratiques d'utilisation et d'interprétation propres à chaque médium.

  • L'auteure de cet ouvrage nous emmène au coeur des entreprises, dans cet univers où règne un anglais que tous n'entendent pas de manière identique, tant ils l'investissent des caractéristiques propres à leurs langues maternelles ou à leurs contextes culturels respectifs. En s'appuyant sur des situations concrètes courriels qui jalonnent le quotidien des acteurs, échanges siège-filiales ou communication de l'entreprise , l'auteure montre que la maîtrise de la langue commune (cet anglais qui sert de lingua franca) n'est que marginalement responsable des dérives de la communication interculturelle : celles-ci tiennent à la tendance naturelle de chacun des interlocuteurs à «  entendre  » les mots ou les situations vécues dans sa langue maternelle et son propre contexte culturel. L'originalité de l'ouvrage tient au fait que l'auteure ne se contente pas de mettre en lumière l'origine de ces dysfonctionnements, elle donne aussi les clés d'écoute et de compréhension dont pourront tirer profit tous ceux qui ont à coeur de réussir leur communication interculturelle.

  • « Le seul conseil que l'on puisse donner à propos de la lecture est de ne demander aucun conseil, de se fier à son intuition, de penser par soi-même, d'en arriver à ses propres conclusions », écrivait Virginia Woolf dans Les Livres tiennent tout seuls sur leurs pieds.Curiosité pour les autres et passion pour les livres, telles furent les raisons qui m'ont poussée à écrire plus de 400 articles pendant plus de trente ans. L'Inaccessible est toujours bleu en propose un choix, organisé non par dates mais autour de portraits, d'études plus approfondies, ou de pas-de-côté en direction du théâtre, de l'histoire et de la peinture. Cet ouvrage esquisse de la sorte à la fois un paysage littéraire, celui de la fin du XXe siècle et du début du XXIe, et un paysage intérieur - car parler des autres, n'est-ce pas aussi parler de soi ?

  • L'écriture de soi (autobiographie, journaux intimes, autofiction, etc.) met toujours en scène une tension entre deux positions psychiques : attester d'une identité (voilà qui je suis), témoigner d'une altération (voilà qui je suis empêché d'être). L'enjeu semble la délimitation de soi, au sens d'un espace intérieur, d'un lieu singulier d'interlocution interne. Entre la sculpture et la marche, la fouille et la déambulation, le récit et son impossibilité. Une telle délimitation de soi prend une valeur spécifique lorsque l'auteur témoigne dans l'écriture d'une expérience psychique d'effraction, d'implosion ou de falsification de l'être. Il s'agit notamment des expériences traumatiques extrêmes ou des troubles ayant rendu précaire ou incertaine la construction même de l'espace psychique. Dans ces différents registres de la survivance, l'écriture de soi prend alors littéralement fonction d'une écriture des limites : l'effort de (re)construire un lieu pour soi, suffisamment vivable et vivant. Le croisement de l'écriture et de la clinique est ici nécessaire, avec des spécialistes de la littérature, des écrivains, des traducteurs et des psychanalystes.

  • Immédiate, instinctuelle, voire brutale, l'empathie est, depuis l'Antiquité, objet de fascination autant que d'inquiétude. Elle inquiète, car elle nous conduit à pouvoir être émus par des bourreaux ou des criminels autant que par des victimes. Pourtant, comme le rappelle Blade Runner, l'aptitude à l'empathie est précisément ce qui permet de différencier l'homme des robots qui cherchent à l'imiter : elle serait l'humanité de l'homme.
    Dans quelle mesure les émotions artistiques participent-elles des émotions que nous pouvons dire nôtres ? Peuvent-elles nous éduquer au bien en nous faisant partager affectivement le point de vue d'autrui ? Ont-elles les mêmes qualités, la même intensité ? Sont-elles bénéfiques ou dangereuses ? Peut-on vraiment apprendre la compassion dans un roman ? Fait-il sens de nous révolter face aux souffrances exposées par une toile ? Dès lors qu'elle échappe aux oppositions simplistes entre raison et émotion, égoïsme et altruisme, nature et culture, liens réels et relations fictionnelles, la question de l'empathie rejoint les interrogations des économistes, des sociologues ou des historiens sur la place des émotions dans nos comportements.
    Savoir compatir nous permet-il de mieux savoir agir ? De mieux juger ? De mieux partager ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront abordées dans cet ouvrage.

  • Écrivain de langue française né en Égypte, Edmond Jabès aurait eu 100 ans le 12 avril 2012. En 1990, il remet l'ensemble de ses manuscrits à la Bibliothèque nationale, offrant ainsi à ses lecteurs l'hospitalité de sa pensée en acte. À cette occasion, essayistes, psychanalystes, philosophes, écrivains et plasticiens ont été conviés à partager leur lecture, à évoquer cette oeuvre à la lumière de leurs expériences. Comment résonnent aujourd'hui les questions de Jabès ? Quelle place occupent-elles dans la pensée et la création littéraire?

  • Alors qu'il n'est encore qu'un adolescent, Saint John-Perse quitte son « beau pays natal » avec sa famille pour n'y jamais revenir. Cet éloignement constitue pour lui une perte irréparable, marquant pour toujours son existence. Dès lors, il ne cessera de chercher les avatars de son bienheureux royaume d'enfance. Dans les nombreux pays qu'il visite, Saint-John Perse semble vouloir reconnaître les traces de son paradis antillais et, bien qu'à plusieurs reprises il se rende à deux pas de ses Antilles chéries, il restera fidèle à son dessein : « ne [...] jamais rien revoir ». S'appuyant sur un ensemble de documents authentiques et inédits appartenant à la fois à la bibliothèque personnelle du poète et à ses dossiers documentaires soigneusement conservés à la Fondation Saint-John Perse, Giovanna Devincenzo se penche sur le complexe chemin de renouement différé de Saint-John Perse avec ses îles.

  • La phonologie étudie les mécanismes abstraits qui gouvernent la prononciation. Pour découvrir les règles de prononciation d'une langue, on ne peut pas se contenter d'appliquer mécaniquement certains tests fixés une fois pour toutes : il faut procéder par la méthode hypothético-déductive. Chaque langue à une phonologie qui la caractérise, mais les différences de langue à langue ne sont que des variations mineures à l'intérieur d'un schéma universel unique. En prenant pour point de départ les données fournies par l'étude de langues particulières, les phonologues cherchent à dégager les principes généraux qui gouvernent la prononciation de toutes les langues. La phonologie générative a renouvelé les études théoriques sur la prononciation. Sa connaissance est présupposée dans la plupart des recherches actuelles en phonologie générale. Élaborée à l'origène par Chomsky, Halle et leurs élèves, elle est le prolongement naturel de la syntaxe générative transformationnelle.

empty