Peter Lang GmbH, Internationaler Verlag der Wissenschaften

  • Les différentes variétés de français observables dans l'espace francophone, dites « français régionaux », dans la terminologie sociolinguistique, sont étudiées dans ce volume par certains des meilleur-e-s spécialistes du sujet, dans une perspective synchronique et à travers un spectre large qui embrasse aussi bien la variation diatopique que la variation sociale. Les chercheur-e-s interrogent le statut linguistique de ces formes endogènes de français et la place qu'elles seraient susceptibles d'occuper dans les politiques linguistiques-éducatives de régions ou d'États traversés par des tensions sociales et ethniques. Ces variétés s'inscrivent dans le paysage plurilingue et pluriculturel de la francophonie du XXIe siècle où la question des langues et des identités en contact est centrale.

  • On pense rarement l'Afrique du Nord et celle du Sud ensemble, clivage ancien ou une des multiples conséquences du regard colonial ? Défis et tensions des littératures transnationales convergent vers un embodiment transnational à partir de l'Afrique. L'approche comparatiste s'avère riche pour appréhender le nouvel ancrage identitaire.

  • Le dénominateur commun des contributions réunies ici est une certaine vision des processus évolutifs repérables dans les variétés du français en Afrique. Une telle manière d'observer et, dans la mesure du possible, d'expliquer les changements linguistiques survenus dans cette partie immense de la francophonie provient des recherches d'Ambroise Queffélec, maître à penser de nombreux auteurs du présent ouvrage. Les contributions sont dédiées en hommage à cet ami, collègue ou directeur de thèse, décédé en 2013. Elles reprennent et développent les grands thèmes de ses recherches : contacts entre le français et les langues africaines, formation de parlers mixtes, effets de l'arrière-plan socioculturel sur l'évolution linguistique.

  • Cette étude s'appuie sur une série d'articles politiques réédités par Tassadit Yacine dans: Jean El-Mouhoub Amrouche, Un Algérien s'adresse aux Français ou l'histoire d'Algérie par les textes (1943-1961), et sur l'unique essai de Jean Amrouche: L'éternel Jugurtha. Ces textes sont contextualisés, analysés et confrontés à des positions d'intellectuels tel que Albert Camus, à des écrits critiques d'écrivains, tels que Antonio Gramsci, Frantz Fanon, Albert Memmi, Aimé Césaire et Edward Saïd et à ceux de la génération de «pieds noirs» d'Algérie (Jacques Derrida). L'oeuvre de Jean El-Mouhoub Amrouche a non seulement mobilisé la résistance active contre le colonialisme mais elle a aussi contribué au processus de la décolonisation. Cet intellectuel «inconnu» qui était d'abord et avant tout un homme de lettres et de savoir, basculera dans la politique et servira de médiateur (de pont vivant) entre les deux communautés qui lui sont chères (l'Algérie et la France) ; malgré son impuissance à concilier ses deux notions contradictoires de l'identité - se qualifiant de monstre et d'hybride culturel - il oeuvrera pour le mouvement de libération et se fera le porte-parole de tous les colonisés dans le monde entier jusqu'à la fin de sa vie.

  • Ce livre aborde la création complexe et ludique de Réjean Ducharme du point de vue de la créativité littéraire. L'auteur éclaire les romans-cultes du célèbre écrivain québécois dans une lumière originale en tâchant surtout d'y saisir les qualités fondamentales de toute grande écriture. Ses analyses comportent non seulement une lecture détaillée des romans ducharmiens, mais également une discussion des aspects corollaires de la créativité artistique qui s'y manifeste de manière intrinsèque : la nouveauté, le jeu, l'enfance et l'erreur créatrice. Une recherche lexicométrique de romans choisis de l'auteur est présentée à la fin, qui prolonge la recherche de nouvelles potentialités liées à l'informatique du XXIe siècle.

  • Le travail consiste en une étude contrastive et diachronique des mécanismes de la morphologie évaluative dans onze langues romanes. Il en résulte que la formation des diminutifs par dérivation suffixale y jouit d'une grande vitalité, ce qui confirme un approfondissement des tendances de l'évolution morphologique et lexicale du latin, observables à travers toute la latinité, et spécialement au haut Moyen Âge. Les autres moyens sont plus rares ; ils sont l'effet de l'usure sémantique des formations diminutives déjà existantes et de celle des suffixes particuliers. À propos du problème de la motivation sémantique primitive des suffixes diminutifs, il semble justifié de considérer comme admissible leur origine tant notionnelle qu'émotionnelle, la seconde étant chronologiquement plus récente.

  • Ce travail se veut une contribution au questionnement critique de la modernité du roman. L'analyse minutieuse de l'exploration que Hermann Broch fait de l'art du roman avec sa trilogie, Die Schlafwandler, engage le lecteur à interroger plus largement la vocation de la forme romanesque lors de sa métamorphose au premier tiers du vingtième siècle. Le pouvoir d'élucidation dévolu par Broch à ce genre déborde le cadre esthétique. L'auteur y désarticule une conception traditionnelle du temps et offre une interprétation de la situation de l'homme comme sujet de l'histoire (non comme seul sujet agissant, mais comme sujet parlant et producteur de signes). Cette étude questionne, enfin, les liens entre la modernité des ambitions de Broch et les mouvements littéraires qui lui furent contemporains en France, avant de mettre son oeuvre en regard des réflexions et de la pratique artistique de deux de ses lecteurs : Milan Kundera et Henry Bauchau.

  • Katia Mann précise dans ses souvenirs que Thomas Mann était « absolument allemand » et qu'il n'entretenait pas de relation forte avec la littérature française. Or, dans la préface des Betrachtungen eines Unpolitischen (1918), cette oeuvre décriée, mais majeure, Thomas Mann voit lui-même « l'élément français » au coeur de ses débats. Cette étude tente de montrer quelle image Thomas Mann avait de la France et des auteurs français à l'époque de la Première Guerre mondiale. Les documents sur lesquels elle s'appuie ont l'avantage d'être peu connus et nous montrent qu'en s'opposant dans son oeuvre de 1918 massivement à son frère ainé, Heinrich Mann, francophile et féru de littérature française, Thomas Mann a été fatalement, presque contre son gré, confronté à la littérature française de façon bien plus considérable qu'on ne l'attendrait.

  • Cet ouvrage essaie de croiser langues et cultures à travers le prisme de la phraséologie. L'étude de la phraséologie, qu'elle soit menée dans un cadre monolingue ou contrastif, à partir de genres discursifs généraux ou spécifiques, conduit au même constat : la phraséologie se nourrit de la culture et la culture se fait langue ; elle en conditionne les spécificités et en détermine les emplois. Elle représente dans tous les cas de figure un processus sous-jacent à la dynamique des langues et à l'expression des spécificités culturelles des communautés linguistiques.

  • Aniela Gruszecka, Irena Krzywicka, Wanda Melcer, Pola Gojawiczynska... Voici les noms des femmes inconnues en France et peu connues en Pologne, les noms « à l'accent », à la sonorité exotique. Le travail d'Agata Araszkiewicz montre que ces femmes-écrivaines de l'entre-deux-guerres sont les précurseurs de l'écriture féminine. Leur écriture tant sous-estimée représente en fait la place de l'imaginaire féminin véritablement révolutionnaire. Il s'agit là d'interroger le cadre de notre modernité, mais aussi, de savoir si on peut avoir du plaisir à fréquenter ces textes des femmes. (Professeur Agnieszka Grudzinska, Les Etudes Slaves, Sorbonne Paris IV (France)) Araszkiewicz amène une nouvelle perspective sur l'uvre des femmes-écrivaines en Pologne. Son travail est basé sur l'acquis de la critique littéraire aussi bien française, sous le signe de « l'écriture féminine » (H.Cixous, L.Irigaray, J.Kristeva), qu'outre-Atlantique (S. Gilbert, S. Gubar, N. K. Miller, E. Showalter). L'auteure analyse les relations entre le discours de l'émancipation et l'esthétique du roman, la signification des thèmes homosexuels ou encore les questions du langage et de la textualité du corps. Elle propose des interprétations créatives de textes, expliquant leur absence du canon littéraire officiel et les raisons du dénigrement de la valeur esthétique des uvres des femmes qu'on « ne savait pas lire ». (Professeur Krystyna Klosinska, Le département des Lettres Modernes, Université de Silesie (Pologne)).

  • Der Kaiser und seine Untertanen suggerieren vordergründig eine Uniformität der wilhelminischen Gesellschaft mit einer charakteristischen Leitkultur. Bei näherem Hinsehen erweist sich die wilhelminische Gesellschaft jedoch als ebenso hochgradig fragmentiert wie vielgestaltig und dynamisch. Gegenkulturen bestanden in nahezu allen gesellschaftlichen Milieus, vor allem aber im Bildungsbürgertum. Leitkultur und Gegenkulturen stehen im wilhelminischen Zeitalter und darüber hinaus in vielfältigen Wechselbeziehungen: sie agieren gegen- und miteinander. Gegenkulturelles Denken kann sich in der Leitkultur wenn nicht unbedingt etablieren, so doch zumindest Aufmerksamkeit gewinnen, mitunter auch Raum schaffen und die Leitkultur verändern. Sichtbar werden gleichermaßen wechselseitige Austausch- und Veränderungsprozesse. Vor dem Hintergrund der wilhelminischen Epoche als vielgestaltiger dynamischer Umbruchzeit wirkten die behandelten Phänomene graduell unterschiedlich in die Gesellschaft zurück und konnten mitunter noch im Wilhelminischen Reich oder in der Folgezeit Teil des mainstreams werden. Anhand dieser Beobachtungen sowie des Titels ordnet der Sammelband die wilhelminische Zeit in den weiteren historischen Kontext der Epoche der Klassischen Moderne ein. L'empereur et ses sujets font surgir l'image d'une culture unique et uniforme de la société wilhelminienne. Cependant, à y regarder de plus près, cette société possède des visages variés, elle s'avère être hautement fragmentée et elle est traversée par des dynamiques multiples. Dans presque tous les milieux, mais en particulier dans la bourgeoisie intellectuelle, se développent des contre-cultures. A l'époque wilhelminienne, les contre-cultures traduisent les conflits avec la culture dominante à laquelle elles tentent d'opposer leur point de vue. Il en ressort une interaction riche de tensions, d'échanges, se déclinant tantôt sur le mode de la confrontation, tantôt sur le mode de la coopération : si la pensée des contre-cultures ne parvient pas forcément à s'imposer, elle n'en réussit pas moins à attirer l'attention, à créer un nouvel espace, voire à modifier la culture dominante. Des processus d'échange et de transformation réciproques caractérisent cette époque en plein bouleversement. Les phénomènes analysés ont eu des répercussions sur la société et ont pu devenir partie intégrante du mainstream, que ce soit pendant l'ère wilhelminienne à proprement parler ou pendant les périodes postérieures. Ce sont ces considérations dont le titre de ce volume tient compte, notamment afin de mettre en relation l'époque wilhelminienne avec la problématique de la modernité classique.

  • Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit de Louis-Ferdinand Céline sont deux romans dont les spécificités du langage assurent l'émergence de la narration et de la construction du sens. Les rapports entre langage et narration qui se dégagent des microanalyses se déclinent sous formes de procédés linguistiques que prennent certaines composantes formelles du récit. Ces procédés linguistiques par ricochet scandent et dynamisent le récit. La précision de la cohérence structurelle et narrative de ces romans, à première vue épisodiques, se situe au coeur de cette recherche. L'application de différents concepts de narratologie et des sciences du langage imposent à l'analyse une démarche multiperspectiviste. Cette recherche présente un récit célinien syntagmatique plutôt que paradigmatique.

  • L'internet et surtout le WWW favorisent non seulement la coexistence de langues (nationales, régionales, créoles) et de dialectes, mais également leur pérennisation et leur réanimation ou bien leur mise en écriture. En outre, il existe de plus en plus de communautés linguistiques qui emploient les possibilités offertes par les nouvelles technologies pour se présenter à l'échelle mondiale avec leur langue, leur civilisation et leur patrimoine culturel. Ce volume réunit des contributions concernant la (R)Évolution des Médias présentées par des représentant(e)s de différents pays et régions - francophones et germanophones - d'Europe, d'Asie, d'Afrique du Nord et centrale. Ils traitent des sujets actuels accentuant les relations entre Langue, Identité et Espace(s), notamment dans les espaces digitaux.

  • Cette thèse a pour objet l'étude des recueils de nouvelles de Pierre Mertens, écrivain belge, dont l'oeuvre s'inscrit dans la littérature-monde en français. Dans l'hypothèse avancée, il s'agit de démontrer que, bien que l'intrigue s'estompe, de multiples réalités sont représentées. Celles-ci se rattachent à l'originel et à la vie au 20e siècle, les fragments rassemblés reconstruisent le monde et visent sa totalité. Les domaines de la poétique de la nouvelle et une distinction narratologique (dits et non-dits) forment la charpente de la table des matières, les philosophies de l'existence soutiennent l'herméneutique existentielle. La découverte des structures complémentaires et des contenus témoignent du dialogue étroit entre les nouvelles qui sont à l'image de la valise à double fond.

  • De par leur force de changer les facettes, de se métamorphoser en fonction des particularités linguistiques, de la situation de communication, des intentions des instances interlocutives, du domaine de représentation, les notions d'implicite, de présupposition et de sous-entendu (bref du Dit et du Non-dit) se retrouvent aux fondements de toute architecture discursive. Les recherches de ce volume se proposent de définir ou redéfinir ces notions, de découvrir les mécanismes de production des stratégies discursives basées sur l'implicite, ainsi que les modalités d'expression du vouloir dire et du dire. Elles se revendiquent de la sémantique, de la pragmatique et de la grammaire diachronique et synchronique. La traductologie et les discours de spécialité bouclent la structure du livre.

  • Cette étude de la Correspondance de Madame de Sévigné est fondée sur plusieurs significations du terme « romanesque ». Les lettres de la marquise ne sont pas un roman mais elles présentent de multiples traits « romanesques » qui permettent une lecture particulière du chef-d'oeuvre épistolaire. L'art du récit, les thèmes, le style, les références variées au monde des romans et la présence de cet univers dans la vie de la marquise et de son milieu constituent les axes de l'analyse. Le but de cette étude est de montrer l'omniprésence du « romanesque » dans le champ culturel de l'époque et son influence sur les esprits et les oeuvres littéraires.

  • Dans toutes les dimensions de la communication verbale, le virtuel s'efface devant l'actuel, mais le sens « absent » ne cesse d'escorter le sens « present ». Il le sous-tend, l'informe et, quelquefois, pointe le bout de son nez. En s'inscrivant dans la perspective de la sémantique microstructurale, ce livre se propose de revisiter le virtuel linguistique pour saisir ses rapports avec le domaine de l'actuel, en envisageant la virtualité dans l'optique interprétative qui mobilise tout un éventail de mécanismes sémantico-discursifs de la production du sens en contexte.

  • La sémantique contemporaine est traversée par un paradoxe rarement posé en l'état : si une majorité des linguistes ont admis avec Saussure (au moins depuis la publication des Écrits de linguistique générale) que toute appréhension du langage est tributaire d'un point de vue, ces mêmes linguistes considèrent comme une évidence l'existence de propriétés intrinsèques des lexèmes et des textes. Or ceux-ci ne nous sont jamais accessibles qu'à travers une lecture. Dans ce bref ouvrage, à travers des études sur les adjectifs dérivés de noms d'auteur, sur l'usage des expressions figées dans la bande-dessinée et sur leur devenir, mais encore sur des poèmes médiévaux relevant du non-sens, nous voudrions justement nous interroger sur cette tension entre propriétés des lexèmes et des textes d'une part et, d'autre part, parcours interprétatifs.

  • Cet ouvrage examine les pratiques discursives bi-plurilingues en classe pour faire une description empirique détaillée de l'apprentissage bilingue et intégré des savoirs dans diverses disciplines scolaires. En analysant les processus d'apprentissage mobilisés par l'enseignement bilingue, il participe à l'étude de ceux qui interviennent dans l'acquisition des langues secondes. En étudiant l'intégration de l'apprentissage des disciplines et des langues, ainsi que l'élaboration bilingue des savoirs, il contribue également à la recherche en didactique intégrée et en didactique du plurilinguisme. Au coeur de cet ouvrage, les disciplines et leurs enjeux linguistiques, ainsi que la dynamique entre travail disciplinaire et travail linguistique sont abordés dans une perspective interactionniste, située et bi-plurilingue.

  • Comment les mots permettent-ils d'appréhender ces objets obscurs que sont nos emotions ? Diverses langues européennes offrent-elles les mêmes perspectives sur cette réalité mouvante, explorée aussi par plusieurs disciplines appliquées (didactique, lexicographie, traitement automatique des langues) ? Le volume tente de répondre à ces questions en mettant en relief certaines innovations théoriques et méthodologiques en sémantique lexicale et en analyse du discours. How do words allow us to understand these obscure objects that are our emotions? Do various European languages offer the same perspective on this changing reality, when explored by several applied disciplines (language teaching, lexicography, natural language processing)? This volume offers answers by highlighting theoretical and methodological innovations in lexical semantics and discourse analysis.

  • Pour ce travail l'autrice a reçu le Friedrich-Wilhelm-Preis de RWTH Aachen. Le travail se voue à l'examen des quêtes identitaires postmigratoires d'une minorité noire en France urbaine. Les oeuvres examinées mettent en scène des figures d'errance impliquées dans des quêtes identitaires qui les amènent au bord de la folie et de la mort et qui révèlent au-delà l'actualité sociopolitique des banlieues parisiennes. En poursuivant une approche méthodique interdisciplinaire, l'analyse illustre dans quelle mesure le rêve d'hybridité, de pluralité est compatible avec le vécu du sujet postmigratoire, qui semble être « incarcéré dans la différence ». Ce faisant, l'analyse ouvre sur d'autres champs thématiques, ceux d'urbanité, de postmodernité et de postmigration.

  • Attesté dans les traductions et les textes narratifs en moyen français, la proposition participiale frappe par son essor pendant cette époque. La fréquence de la construction n'est pourtant pas uniforme : il y a d'une part une différenciation selon les époques, d'autre part une différenciation selon les oeuvres. Qu'est-ce qui pourrait donc expliquer sa fréquence dans les texts ? D'après nos résultats, la relatinisation, par l'intermédiaire de la traduction, affecte la syntaxe, jouant ainsi un rôle dans cette évolution linguistique. Le but de cette étude est également de comprendre la fonction et la structure de la proposition principale. Si la proposition participiale est attestée dans tous les textes, on peut cependant noter une différence importante : la construction ne revêt pas toujours le même caractère autonome dans les textes narratifs que dans les traductions.

  • Cet ouvrage part de deux constats : le flou qui règne dans la définition des termes qui renvoient aux unités qui dépassent le cadre de la phrase, tels que discours et texte, et la barrière qui sépare le monde de la phrase et celui des discours et des textes. Le passage de l'intraphrastique vers l'interphrastique permet de tenir compte des règles qui régissent les éléments de la phrase - dont l'aspect énonciatif par lequel on glisse de la phrase en tant que structure vers l'énoncé en tant que réalisation concrète assumée par un locuteur et impliquant tous les éléments de la situation exigés par l'ancrage de l'actualisation énonciative - et faire le lien avec ce qui se passe quand on franchit les limites de la phrase.

  • Présentant les résultats d'un colloque international visant à favoriser les échanges entre chercheurs venus d'horizons divers, les contributions de ce collectif ont pour but d'explorer l'interface dynamique entre langue(s) et médias en Afrique subsaharienne francophone. Recourant à des approches variées, les auteurs étudient les formes et pratiques du français et leur place dans des médias tels que presse écrite, radio, télévision, théâtre, affiche, bande dessinée ou Internet. Les paysages médiatiques et linguistiques de différents pays de la francophonie africaine sont discutés sous un angle linguistique et communicatif qui laisse cependant une large place aux aspects sociaux, politiques, culturels, etc. de cette thématique pluridisciplinaire.

empty