Sciences du langage

  • Un ouvrage nécessaire pour comprendre la révolution à l'oeuvre dans l'information aujourd'hui.
    Fakenews, vérification des faits, consommation des écrans et du numérique par les jeunes, irruption des plateformes numériques mondialisées dans l'univers des médias traditionnels... Les médias et l'information sont aujourd'hui en pleine transformation, et tout le monde crie à l'urgence d'une éducation critique à et hors l'école pour faire face à des évolutions que le « numérique » semble accélérer.
    Partant d'une question d'actualité brûlante (comment et à quoi faut-il éduquer les jeunes dans le domaine des médias et de l'information ?), l'ouvrage de Laurent Petit est une synthèse montrant, à travers l'évocation de précurseurs et d'expériences fondatrices, l'héritage complexe des rapports entre l'éducation et les médias. Il dévoile les enjeux du champ de l'EMI, dans lequel s'affrontent des intérêts contradictoires. Il propose enfin de repenser une approche critique qui rend possible une mise en perspective et une compréhension des enjeux politiques contemporains.

  • Décrochage scolaire, absentéisme, éducation à domicile, école privée hors contrat, de l'éducation séparée à l'inclusion scolaire, les refus d'école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain.
    C'est sur leur histoire longue, complexe, et jusqu'alors méconnue, que ce livre propose de revenir. Dans une logique interdisciplinaire, l'ouvrage montre la multiplicité des formes et des significations des refus d'école, ainsi que l'attitude et les réponses de l'État éducateur face à ces diverses conduites contestataires. Il questionne les résistances à l'ordre scolaire, les refus de la forme de l'école, la mise en place de dispositifs éducatifs alternatifs, ou encore la nature du débat public. Au-delà des acteurs et chercheurs de l'éducation, ce sujet sensible interpelle la société tout entière, car il questionne les principes fondamentaux de notre système éducatif.

  • L'auteur rend compte d'une position singulière dans le champ de la recherche en sciences de l'éducation mais encore trop peu visible : celle qui vise à croiser les approches sociologiques, didactiques et historiques des contenus d'enseignement.
    Dans ce contexte, elle analyse les contenus enseignés principalement au collège et au lycée, en faisant le lien avec le parcours de l'élève.
    C'est ce que l'on appelle le « curriculum scolaire ».
    Pour étayer son propos, elle s'appuie sur de nombreux exemples sortant des programmes scolaires classiques comme l'enseignement moral et civique ou les programmes interdisciplinaires, offrant ainsi une ouverture vers l'innovation scolaire et les outils pour y parvenir.

  • Les citoyens déplorent de plus en plus les mauvaises nouvelles rapportées par les journalistes, et expriment une défiance envers les médias. Pour répondre à ces attentes, des rédactions se lancent dans le journalisme de solutions, le « sojo ». Quelle est son histoire, quelles sont ses caractéristiques, quels sont les médias qui l'ont adopté et pourquoi ?

    « Ne pas masquer les mauvaises nouvelles, mais redonner leur juste place aux informations enthousiastes, aux réussites, au développement de l'humanité », c'est ainsi que Pauline Amiel décrit le « sojo » : il a pour ambition de traiter une question de société en présentant les solutions potentielles pour la résoudre. Voilà un moyen de fédérer les journalistes autour de pratiques exigeantes, proches de l'investigation, et de tenter de regagner la confiance du lectorat.
    Le sujet est traité sous l'angle opérationnel, orienté métier. Complété d'interviews des pionniers de la pratique, l'ouvrage propose une boîte à outils pour le journaliste de solutions : quels sujets aborder, où chercher ses sources, comment construire son article, son interview...

  • Les médias et leurs productions, les médiatisations, ont envahi notre quotidien. Dans nos espaces privés, professionnels ou publics, nous avons affaire à leurs offres, qu'il s'agisse d'informations, de propositions de divertissement, de préconisations ou d'injonctions. Porteurs d'enjeux multiples, politiques, socioculturels, économiques, les médias sont aujourd'hui tellement discutés - souvent décriés - qu'il est urgent de poser un regard distancié sur les réalités médiatiques contemporaines.
    Comment les analyser ?
    Cet ouvrage apporte les clés pour se poser les bonnes questions, connaître les approches et recherches en ce domaine, et bénéficier de conseils méthodologiques.

  • - Souvent critiquée, toujours en chantier, la formation des ensei- gnants a une histoire. Cet ouvrage explique comment elle s'est construite, quelles transformations elle a connues, des années 70 jusqu'au début des années 2000, dans le premier et le second degrés.
    - Il donne la parole à ceux qui l'ont mise en oeuvre : les formateurs d'enseignants. Au total, ce sont 45 entretiens menés par les auteurs auprès de formateurs d'écoles normales, d'IUFM et enfin d'Èspé (école supérieure du professorat et de l'éducation).
    - Ces témoignages sont présentés sous forme d'extraits contex- tualisés qui se répondent, constituant ainsi un ensemble très vivant de l'histoire récente de l'enseignement, souvent méconnue par l'ensemble des acteurs concernés.

  • - Depuis 2002, l'enseignement de la Shoah est inscrit aux programmes des écoles primaires, des collèges et des lycées. Un enjeu éducatif de taille !
    - S'il n'existe pas de manuel scolaire sur le thème, il n'en reste pas moins que les enseignants, pour répondre à cette obligation, ont besoin de supports adaptés aux enfants et adolescents. Ils ont donc recours aux ouvrages de littérature pour la jeunesse. Mais sont-ils vraiment des outils pédagogiques ? Quels impacts leurs illustrations, leurs personnages ont-ils sur les jeunes élèves lecteurs ? Comment parviennent-ils à montrer aux enfants que l'extermination des Juifs est un fait historique réel sans évoquer une vérité « crue » pour ne pas les choquer ?
    - À travers l'analyse d'ouvrages de littérature pour la jeunesse parus sur le thème entre 1944 et 2013, l'auteur présente un travail complet permettant de répondre à ces questions.

  • Cet ouvrage propose un éclairage argumenté sur les avancées du numérique dans la société et attire l'attention sur quelques interrogations majeures.
    Les techniques numériques sont de plus en plus omniprésentes, mais elles sont très inégalement partagées et maîtrisées, dans le monde et au sein des sociétés dominantes. Chacun de nous les affronte en cherchant à se les approprier. Leur évaluation est laissée à l'initiative individuelle et tenue pour affaire de dispositions personnelles, alors qu'il s'agit d'un fait social majeur, sous l'emprise d'une dynamique marchande. Face à cette contradiction manifeste, les sciences humaines et sociales ne sont pas restées passives. Mais leurs analyses n'ont pas l'audience des discours promotionnels, qui proviennent surtout de technologues modernistes ou de spécialistes des marchés, et qui aujourd'hui façonnent pour l'essentiel les opinions privées et publiques. Tandis que la numérisation de la société est en cours et que son achèvement (avec notamment les développements de l'intelligence artificielle) n'est guère prévisible, il serait illusoire d'esquisser une évaluation globale des phénomènes sociaux et sociétaux liés aux techniques numériques. C'est pourquoi l'auteur, en s'appuyant sur les travaux portant sur les questions d'information et de communication, propose une approche argumentée et synthétique, autour d'une série de sept points de repère. Il évite ainsi les habituelles visions généralisatrices, et en dégage les principaux enjeux.

  • Ce numéro aborde la communication sociale à partir de la pro- blématique liée aux manières de penser le monde et des catégo- ries sociales contemporaines qui le composent. Par exemple, un article est consacré à la manière dont les enfants perçoivent la politique, la gauche, la droite, ce qu'ils en font et comment ils l'interprètent.

  • - Ces dernières années, jamais notre système éducatif n'a été autant remis en question. Face à sa régression dans le classement PISA (programme international pour le suivi des acquis des élèves), aux échecs scolaires et au niveau des élèves français reconnu de plus en plus médiocre, les pédagogies alternatives sont au coeur de l'actua- lité. L'Éducation Nouvelle, épisode marquant du monde de la pédago- gie pendant l'Entre-deux-guerres, intéresse aujourd'hui bons nombre d'éducateurs, notamment pour son côté progressiste.
    - Cet ouvrage revisite l'Éducation Nouvelle par le prisme de son his- toire et de ses acteurs. Sa particularité est de proposer une mise en contexte via les trajectoires ou itinéraires (de vie, de formation, etc.) des pédagogues qui ont oeuvré pour le déploiement de cette pédago- gie pour mieux saisir leur vie, leur pensée, leurs apports, leurs réali- sations, et la progression de leurs oeuvres dans l'espace européen.

  • Quelles sont les conditions de l'autonomie dans les apprentissages ?
    C'est à cette question que tentent de répondre les recherches autour du concept d'« apprentissage autorégulé » dont l'ouvrage livrera une synthèse. L'intérêt et l'originalité de ces recherches est de décaler quelque peu le regard habituel porté par les recherches sur la motivation - l'orientation de la conduite, le choix de l'activité - pour s'intéresser prioritairement au maintien de l'engagement une fois entré dans l'activité : il ne suffit pas d'être motivé pour atteindre les buts fixés, il convient aussi d'entretenir cette motivation, de protéger l'intention d'apprendre et de soutenir l'effort. Les recherches sur l'apprentissage autorégulé conduisent ainsi à reprendre et à développer le concept de volition, ou acte de volonté, auquel très peu de travaux ont été consacrés dans la littérature francophone.
    L'ouvrage s'adresse aux enseignants-chercheurs, aux formateurs ainsi qu'aux étudiants de niveau master en sciences de l'éducation, psychologie et métiers de l'enseignement.

  • Une réflexion sur l'acte éducatif en situation de handicap et ses enjeux. Elle dénonce l'invention de normes et de standards, le rôle néfaste d'une pensée de la performance qui pervertit la dimension créative indispensable dans le domaine du travail social et éducatif et dans les activités de care. Des solutions mettant en avant les aspects inventif, politique et poétique du métier sont proposées.

  • De la gestion de la classe au quotidien à des activités concrètes, l'objectif de cet ouvrage est de proposer des conseils pratiques et simples pour faire de la classe un lieu vivant et motivant pour élèves et professeurs.
     L'ouvrage crée un lien entre la recherche pédagogique et la pratique quotidienne de la classe, intègre la mise en scène des activités dans une stratégie de motivation, et propose une méthodologie adaptée à la personnalité de chaque enseignant.
    Points forts  L'ouvrage propose des idées simples et concrètes pour motiver apprenants et professeurs. Il présente une réflexion globale sur la relation enseignant/enseigné tournée vers la pratique. Il propose également des suggestions de pistes pédagogiques que l'enseignant pourra adapter, enrichir en fonction du contexte et de la classe.
     Les techniques pédagogiques proposées sont simples, faciles à mettre en oeuvre et de qualité compte tenu du profil de leurs auteurs, enseignants confirmés et de haut niveau.
     Les deux premiers titres parus en juin 2011 et tirés à plus de 1 500 exemplaires, ont déjà fait l'objet, à ce jour, d'une réimpression.

  • Dans cet ouvrage, Daniel Bloch compare les performances de notre pays en matière d'éducation et de formation à celles de ses principaux concurrents et repère l'origine de ses retards. Deux priorités s'imposent : réduire la proportion d'élèves en échec dès le cours préparatoire, et qui, de fait, y demeurent par la suite, et refonder l'université pour qu'elle constitue le « fer de lance » du progrès économique et social. L'examen des meilleures pratiques internationales permet d'avancer des propositions simples, pratiques et opérationnelles pour y parvenir.

  • En un demi-siècle, le nombre d'étudiants dans l'enseignement supérieur est passé de 150 000 à 1 300 000.
     Comment le corps enseignant a-t-il fait face à cette inflation d'étudiants, au profil toujours plus diversifié ? Quelles stratégies d'enseignement novatrices sont-elles mises en place pour continuer à assumer la mission de l'université ?
     L'ouvrage présente les évolutions dans les pratiques, avec un intérêt particulier pour les pratiques nouvelles et innovantes.

  • 19% des élèves français de 15 ans ne parviennent pas à un niveau de compréhension en lecture qui « leur permette de participer de manière efficace et productive à la vie de la société » (PISA, 2012). L'immense majorité d'entre eux sait pourtant lire couramment. Il ne suffit donc pas de savoir lire un texte pour le comprendre.
     L'ouvrage se focalise sur la manière dont se fait la compréhension de l'écrit, et sur les relations entre maîtrise du langage oral et compréhension de la chose écrite. Il établit une mise en perspective des continuités entre l'oral et l'écrit dans l'apprentissage, en particulier dans celui de la lecture.
     La compréhension en lecture ne découle pas systématiquement de la capacité à identifier les mots écrits. Cet ouvrage propose une synthèse des connaissances actuelles relatives au développement de la compréhension des textes et aborde les questions soulevées par l'enseignement de cette habileté cognitive complexe tout au long de l'école primaire.

empty