Sciences politiques & Politique

  • À quoi servent les syndicats ? Comment les syndicats sont-ils organisés et financés ? Qui votent en leur faveur ? Que négocient-ils avec les employeurs ? Où se trouvent les syndiqués ?
    Ce livre est une anatomie du syndicalisme. Il décrypte le rôle des syndicats, et le pouvoir de ces derniers, dans les entreprises et, plus largement, l'État social. Il met ainsi en valeur des informations négligées sur le fonctionnement, les ressources et l'audience des organisations syndicales.
    Il permet de redécouvrir certaines figures historiques du syndicalisme, tel Léon Jouhaux, prix Nobel de la Paix 1951 et s'appuie sur des données originales, détaillées et actuelles.
    Enfin, il propose une analyse comparative entre les principaux pays industriels.

  • Pour la première fois, un livre qui parle de l'art urbain sous l'angle des politiques publiques.
    Comment se construit l'art urbain dans la ville ? Quel regard portent les pouvoirs publics sur le street art ? Comment régulent-ils cette pratique, entre répression et promotion ? Quels sont les enjeux de la professionnalisation des artistes ?
    En s'appuyant sur des exemples et des entretiens menés à Paris et Berlin, les deux villes les plus importantes d'Europe à l'origine du développement des graffitis, l'auteur propose une analyse sous trois angles sociologiques différents : la sociologie urbaine, la sociologie politique et la sociologie de l'art.

  • Ce livre est un hybride d'un genre nouveau. Tissant habilement réel et fiction, il invite le lecteur, sur les traces de Pierre Mansat, adjoint communiste au maire de Paris, à plonger au coeur de l'invention métropolitaine du projet du grand Paris, aux côtés de Bertrand Delanoë.
    Le récit de ce projet, incarné et porté pendant treize ans par cet homme de conviction forgé à la pensée communiste, nous permet de pénétrer la politique telle qu'elle se fait, avec ses élans, ses visions, ses débats, ses échecs.
    Mais en parallèle du témoignage sincère et enlevé de Pierre Mansat, une autre partition se joue, en intermèdes : celle d'un roman noir signé Christian Lefèvre, un récit décalé répondant à tous les critères du genre, éclairant l'expérience de Pierre d'un jour nouveau, offrant au lecteur une respiration dont les ressorts narratifs s'enchevêtrent si bien avec le réel qu'on ne sait plus, à la fin, démêler le vrai du faux...

  • La régionalisation à l'épreuve de la fusion, ou l'histoire d'une réforme.
    Cet ouvrage est né de la réforme de 2015 sur la fusion des régions, transformant deux, voire trois régions en une seule.
    Fusionner une région est une tâche colossale qui suppose d'harmoniser des centaines de dispositifs et de programmes d'action, les traitements des agents, des services qui se disputent la meilleure méthode. Comment s'y prendre ?
    C'est aussi fabriquer un nouvel espace, une identité, partagée par le plus grand nombre. À quelles conditions est-ce imaginable ?
    En réalisant une enquête au coeur de la fabrique d'une région, l'Occitanie, l'ouvrage nous dit de quoi la régionalisation à la française est faite, et quels en sont les défis.

  • Gouverner la ville par les données ?
    En quoi la question de la donnée transforme-t-elle l'action publique urbaine ? Dans quelle mesure son émergence déstabilise-t-elle les organisations et les institutions existantes ? Quels sont les rapports entre acteurs publics et privés qui se jouent au travers de la mise en circulation de ces données ? Ne constituent-elles pas de nouvelles ressources pour la régulation des villes par les pouvoirs publics ?
    En s'appuyant sur une enquête ethnographique de quatre années au sein d'une collectivité française, le livre suit la chaîne des données, de leur production à leur mise à disposition puis leur réutilisation, pour analyser les recompositions de la gouvernance urbaine.
    Ce livre, au coeur de l'actualité, ouvre le débat sur les manières dont les pouvoirs publics peuvent gouverner les données pour conserver la maîtrise du pouvoir sur la ville à l'ère du numérique.

  • - Tout le monde parle de projet culturel de territoire sans vraiment savoir ce que cela recouvre ni de quoi il s'agit. Alors que les finan- cements culturels des collectivités territoriales sont évalués à plus de 7 milliards d'euros annuels, soit plus de deux fois le budget du ministère de la Culture, la culture devient un sujet extrêmement sensible pour les acteurs locaux.
    - Mais comment sont fabriquées et formalisées aujourd'hui les politiques culturelles à l'échelle de tout un territoire ? Comment se définit un projet culturel de territoire ? En termes de finance- ment, de temporalité ? À quels objectifs doit-il répondre ?
    - Cet ouvrage fait une synthèse des pratiques à mettre en oeuvre pour mener à bien un projet culturel de territoire (régions, dépar- tements, communes, métropole, etc.). Il aborde également toute la « mise en forme » particulièrement fastidieuse mais incontour- nable pour que le projet soit retenu (document politique - délibé- ration - ou juridique - convention).

  • - Techniques de procréation médicalement assistées, ablation préventive, congélation d'ovocyte, intersexualité... Autant de problématiques de nos sociétés contemporaines qui soulèvent la question du libre choix, de la liberté individuelle.
    - Peut-on tout se permettre au nom de la liberté individuelle ?
    En quoi consiste la liberté des individus ? Jusqu'où va-t-elle ?
    Et comment se négocie sa réalisation vis-à-vis d'autres valeurs ? Qu'en est-il en particulier des femmes, face à des questions qui abordent leur maîtrise de leur propre corps ?
    - Dans un contexte secoué par les scandales fabriqués sur la théorie du genre et les prises de positions moralisatrices, l'au- teur s'attache à éclairer philosophiqment ces questions en s'ap- puyant sur de nombreux exemples. Elle fait voler en éclat le traditionnel débat entre conservatistes et progressistes, et ouvre une nouvelle voie en repositionnant le débat autour de la question du choix et de l'éthique du choix. Pourquoi, encore, aujourd'hui, poser la question du féminisme ?

  • - Quelles sont les valeurs qui, aujourd'hui, font sens pour les Fran- çais ? Quelles ont été leurs évolutions depuis 40 ans dans les grands domaines de la vie : famille, sociabilité, politique, travail, économie, religion ?
    - L'ouvrage propose une analyse approfondie des opinions et atti- tudes des Français et permet de mesurer les grandes tendances de l'opinion publique et les évolutions de fond dans les mentalités des Français.
    - Il s'appuie sur la vague de la cinquième et toute récente enquête de la European values study, une enquête européenne sur l'évolu- tion des valeurs dont la partie française est coordonnée par les auteurs du livre.
    - L'ouvrage, organisé sous forme de notices courtes classées dans 8 grands thèmes majeurs, est très abordable pour un large public.

  • Analyser les politiques publiques, c'est étudier les gouvernements en action. L'objectif principal de l'ouvrage est d'apporter des éléments d'analyse de l'action gouvernementale.
     Il aborde les interventions du gouvernement sur le plan local, national, européen et international.
     L'ouvrage commence par dresser un bilan des différents outils d'analyse politique. Puis les auteurs exposent la technique des trois grands « I » pour analyser les politiques publiques (Intérêts, Institutions, Idées).
     Cette nouvelle édition, entièrement actualisée, intègre un nouveau chapitre concernant l'action publique dans son interaction avec les institutions, les acteurs, les orientations d'actions et les configurations.

  • Que s'est-il passé dans l'Éducation nationale ces trente dernières années ? Quelles évolutions a-t-elle connues et comment s'est-elle modernisée ?
    À partir d'entretiens menés en profondeur directement auprès des acteurs (enseignants, élèves, parents), cet ouvrage fait le point sur l'administration scolaire et plus particulièrement sur les coulisses bureaucratiques qui régulent l'enseignement secondaire public.
    Il analyse son évolution, sa modernisation autour de trois thèmes :
    - les usagers : l'éducation nationale a compris qu'il fallait écouter et prendre en compte leurs attentes ;
    - les outils de gestion : une véritable politique éducative se développe (plateformes d'orientation, gestion du baccalauréat, etc.) ;
    - les territoires : l'éducation nationale commence à travailler avec les collectivités territoriales, régions et départements.

  • Le non-recours est un phénomène mal connu : il s'agit, pour un bénéficiaire, du fait de ne pas réclamer une aide à laquelle il pourrait prétendre. Alors que la fraude sociale est souvent relayée dans les médias, elle n'intervient que dans un rapport de 1 à 10 par rapport au non-recours aux prestations sociales : pour 1 € de fraude sociale, 10 € de non-recours ! En France 30% des personnes n'ont pas recours aux prestations auxquelles elles ont droit : ainsi, on compte aujourd'hui 68% de non-recours au RSA! Et les chiffres ne cessent d'augmenter... C'est un phénomène massif et peu connu qui touche tous les secteurs de l'aide sociale (assurance maladie, handicap, aide aux personnes dépendantes, etc.) en France et à l'étranger.
     Dans ce contexte, le plan gouvernemental a mis comme acte prioritaire la lutte contre le non-recours. De plus en plus de regards (acteurs sociaux, élus politiques) se portent sur ce phénomène, qui pourrait servir à évaluer l'efficacité des politiques publiques.
     Mais comment s'explique ce taux élevé de non-recours ? Que signifie-t-il ? Depuis 10 ans, Philippe Warin étudie ce phénomène. Il en connaît toutes les facettes et en restitue dans cet ouvrage une synthèse dans sa globalité. Il apporte des grilles d'analyse pour traiter la question et identifie des modes d'action pour lutter contre le phénomène.
     Enfin, il aborde un élément d'explication possible à ce non-recours : celui de la stigmatisation des personnes éligibles au recours qui, parce qu'elles sont pointées du doigt, refuseraient de recourir à l'aide publique. Le non-recours, un comportement politique ?

  • Les clés pour comprendre l'essentiel en matière de sécurité internationale : approches, valeurs, problématiques contemporaines (terrorisme, cybersécurité, place de la technologie dans les conflits, etc.). L'ouvrage associe des éléments théoriques à des études de cas et à des questions institutionnelles. L'auteure propose également une réflexion plus générale sur les notions de guerre et de paix.

  • - La victoire relativement large de David Cameron lors des élec- tions générales de mai 2015 en Grande-Bretagne a étonné les observateurs qui avaient en tête des sondages donnant conserva- teurs et travaillistes au coude-à-coude. D'autres exemples montrent la difficulté des instituts d'étude à répondre à l'une des attentes fondamentales de la population à propos des sondages :
    Donner une estimation réaliste des résultats et démontrer à pos- teriori la fiabilité de leurs méthodes.
    - Cet ouvrage observe l'étude de l'opinion sous toutes ses facettes, qu'il s'agisse d'en explorer les aspects scientifiques, méthodolo- giques, expérimentaux ou professionnels.
    - Cette deuxième édition a été entièrement actualisée à la fois au niveau de son contenu avec l'avènement du numérique qui a bou- leversé les pratiques depuis 2007 (réseaux sociaux, Nudge, Big data) mais aussi de ses contributeurs qui sont tous à la pointe de la profession en matière d'enquêtes et d'analyses d'opinion, chefs d'entreprise ou directeurs dans les cabinets d'études les plus renommés de France (IFOP, BVA, KRÉALINKS, etc.).

  • Cet ouvrage interroge l'action sur le non-recours aux droits sociaux comme un ensemble de réponses aux tensions sociales et aux transformations politiques qui remettent en cause la cohésion sociale aujourd'hui.
    En discutant les solutions proposées, il cherche à comprendre le sens de l'action sur le non-recours dans une société de droits en pleine mutation. Il montre la diversité des scènes politiques de l'action sur le non-recours dans l'objectif de démontrer l'étendue des questions sociales que le phénomène au non-recours recouvre.

  • Comment définit-t-on la valeur des médicaments ? Sur quels critères ? Et pour quelles implications politiques ?
    Cyril Benoît propose de répondre à ces questions en étudiant les évolutions de la régulation des médicaments dans différents pays. Sur la période récente, cette activité a pris une importance croissante, dans un contexte où l'industrie pharmaceutique se tourne vers la production de médicaments toujours plus ciblés et coûteux.
    Il montre que la fixation du prix des médicaments est porteuse de lourds enjeux politiques, entre pressions des industriels et des patients, impératifs de soutenabilité des systèmes de santé, et controverses autour du « prix de la vie » elle-même.
    Se basant sur de nombreuses données statistiques et sur une vaste enquête par entretiens menée auprès d'industriels, de hauts fonctionnaires et d'experts, Réguler l'accès aux médicaments révèle la nature proprement politique d'une activité trop souvent réduite à ses dimensions techniques.
    Un ouvrage de référence, qui apportera des éléments précieux à la réflexion des acteurs du monde de la santé comme au débat citoyen.

  • Comment décider démocratiquement de la culture publique ? Décider les politiques culturelles ne relève pas de l'évidence. Si les régimes autoritaires imposent leur pouvoir de décision, les pays démocratiques, par le biais de l'État, doivent sans cesse légitimer leur action culturelle, répondant à l'impératif idéal d'une culture de tous, par tous et pour tous.
    Toutes les démocraties sont confrontées à cette problématique, mais comment y répondent-elles ? Quels sont les processus de légitimation de ces politiques culturelles ? Comment institutionnaliser l'action culturelle ?
    L'auteur met en lumière les fondements théoriques de la décision démocratique dans le champ des politiques culturelles et offre des pistes pour que l'État garde sa légitimité en la matière.

  • Les sociétés occidentales connaissent aujourd'hui un déclin de la religion et un progrès de la sécularisation. Mais qu'en est-il du phénomène non-religieux ? Quelles sont les formes de la non-croyance ?
    Comment évoluent-elles dans les différents contextes culturels et socio-économiques ?
    Historiens et sociologues politiques analysent ici les différentes facettes de ce phénomène, grâce à des focus qui permettent d'illustrer le propos.
    Au-delà, c'est la question de la cohésion sociale, du mieux-vivre ensemble qui est posée par le prisme de l'indifférence religieuse et de l'athéisme militant. En filigrane, se pose la question de faire société aujourd'hui, au moment où les valeurs du christianisme ne sont plus partagées par tous.

  • Les débats télévisés laissent rarement indifférents. Ils rassemblent chaque fois devant l'écran plusieurs millions de téléspectateurs, sont retransmis en direct sur les radios, et commentés inlassablement pendant les heures qui suivent.
     En 36 questions-réponses, par une présentation simple, ludique, et une écriture claire, ce livre vise à expliquer au lecteur éclairé les tenants et des aboutissants des émissions politiques à la télévision.
     À travers quatre thèmes (les acteurs, le choix des sujets, le déroulement du débat et la relation au téléspectateur), il déroule les grandes questions que chacun se pose : à quoi servent les débats politiques ? Le président de la République peut-il participer à un débat ? Les invités connaissent-ils les questions à l'avance ? Comment choisiton les thèmes de discussion ? Pourquoi les talk-shows mélangent-ils les genres, le politique et le people ? Etc.
     Il apportera un éclairage intelligent et accessible sur la couverture télévisuelle des élections françaises à venir, et notamment des municipales, des européennes et de l'élection des conseillers territoriaux de 2014.

  • « Justice est faite », déclarait le président Barack Obama en mai 2011, en annonçant la mort d'Oussama Ben Laden, mettant fin à dix années de bras de fer entre les autorités américaines et le leader islamiste.
    Depuis le raid des forces spéciales américaines contre l'édifice qui abritait Ben Laden au Pakistan, prolongeant un nouveau cycle de guerre civile, l'épicentre de l'affrontement anti-terroriste s'est situé sur les terres afghanes, avant de se déplacer vers la Syrie et l'Iraq. Treize ans de violence et de guerre qui auront été le quotidien d'un peuple dont les perspectives d'avenir ne se sont pas soldées dans la mort de la figure tutélaire d'al-Qaeda.
    En Afghanistan, sur la question religieuse érigée en stratégie antisoviétique durant la guerre froide, le monstre s'est retourné contre son concepteur...
    Après le temps des Soviétiques, puis celui des Talibans, vient la fin programmée du temps des Américains et de leurs alliés occidentaux, qui devait conduire à la paix et à la démocratie, à la fin de la production de drogue, à la liberté pour les femmes, qui devait, enfin, réussir à « gagner les coeurs et les esprits »... Nous en sommes loin.
    Dans cet ouvrage écrit à plusieurs mains, des universitaires spécialistes de la question, des journalistes de terrain et des praticiens de l'action humanitaire croisent leurs points de vue sur les mécanismes qui alimentent le conflit, dressent un bilan de la période qui s'achève et mettent en lumière quelques chemins possibles pour imaginer d'autres scénarios que ceux de la violence répétée. Pour enfin voir fleurir un espoir sur les cendres des attentats du 11 septembre 2001 comme sur la terre endeuillée de l'Afghanistan.
    SITE COMPAGNON : Les cartes à télécharger !

  • L'objectif de l'ouvrage est de fournir un cadre d'analyse synthétique permettant de décrypter et de saisir les enjeux de la participation publique aujourd'hui, en expliquant notamment que la participation publique est une forme contemporaine et récente de démocratie participative.
     L'originalité de l'ouvrage tient dans sa perspective : il ne cherche pas à défendre la démocratie participative, ni à faire un inventaire des pratiques existantes, mais à fournir les éléments nécessaires à une analyse sociologique des dispositifs actuellement à l'oeuvre. Il propose de plus une formulation théorique claire qui permet d'envisager une variété de situation et autorise le lecteur à fonder sa propre opinion.

  • Sommes-nous manipulés par les médias ? Comment fonctionne le champ médiatique dans l'univers politique ? Comment les médias influencent-ils nos comportements de citoyen ?
     Ces questions que tout le monde se pose sont abordées dans ce petit ouvrage qui réalise un tour d'horizon très large sur l'histoire des médias, leur influence sur nos comportements et leurs rapports avec le pouvoir politique.
     L'auteur s'appuie sur de nombreux exemples concrets (grandes émissions et séries télévisées, extraits d'entretiens et de discours politiques, etc.), complètement remaniés et actualisés dans cette nouvelle édition.
     Une partie est consacrée au militantisme numérique et aux nouvelles formes d'engagement Internet, notamment les réseaux sociaux.

  • À travers la plate-forme numérique YouTube se diffusent des milliards d'heures de vidéos, se reconfigurent des médias, se repensent des marques, se forment un langage, des gestes et des rites, apparaissent de nouvelles relations entre les dits « youtubeurs », « youtubeuses » et leurs publics.
    YouTube - et par son intermédiaire l'infomédiaire industriel Google - procède ainsi à une reconfiguration médiatique partielle, qui s'insère par de microcapsules dans la vie des usagers, simples citoyens, militants plus ou moins engagés, ou électeurs potentiels, en prétendant renouveler le langage qui traite de la chose publique.
    Ce dossier entend penser et analyser, de façon critique, la mobilisation de YouTube comme espace de médiation politique et éclairer ses usages.

  • Après 17 ans de discussions, de fauchages sauvages et d'essais en plein champ, de manifestations et de controverses, la question OGM fait toujours débat. Tout simplement parce qu'elle est mal posée : elle n'est pas posée scientifiquement, dans le détail, mais idéologiquement ou politiquement, en bloc.
     Expert international de la question, Marcel Kuntz revisite ces dix-sept ans de débats et fait apparaître les points cruciaux soulevés par la problématique OGM.
     Quelle est la place du scientifique dans le débat ? L'interférence du politique a-t-elle des effets sur la science ?
    Quel est le rôle des médias dans l'exacerbation de la tension entre pro et anti-OGM ? Comment manipule-t-on l'opinion pour servir une cause idéologique ? etc.
     Une réflexion sur le long terme et sur le fond, qui ne fera pas plaisir à tout le monde.

empty