Plon (réédition numérique FeniXX)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Henri et Adam, émigrés trente ans plus tôt au bout du monde, prennent le vol Sydney-Paris le 19 décembre 1999. Henri, traité jadis comme un bon à rien par sa famille, avait choisi de fuir en Australie. Il revient en France, déterminé à éblouir ceux qui l'ont piétiné et, en utilisant sa fortune pour les faire souffrir, à prendre sa revanche. Adam, informaticien de haut niveau, a été dépossédé d'un programme qui lui aurait assuré la renommée et l'argent. Lui, il rentre à Paris pour s'offrir un séjour de grand luxe. La ville sera à lui pendant deux semaines. Henri va passer quelques jours dans une ancienne maison à Marly. Adam a réservé dans un palace. Or, à la suite d'un changement de place dans l'avion, leurs destins vont s'entrechoquer. Trois femmes se trouveront mêlées à leur sort. Liz - dix-huit ans, délicieuse et roublarde ; Clotilde - vingt-neuf ans ; Eliane, en pleine reconquête de sa vie à quarante-neuf ans. Rien ne leur résiste, et surtout pas les hommes. Une extraordinaire tension nourrit chaque seconde de ce récit, dont l'action psychologique et physique avance au rythme de notre temps. Ce roman est dédié à tous ceux dont on a pillé l'imagination, volé les idées, parfois même l'honneur, donc la dignité, pour un profit sinon pour un malin plaisir. Pourtant, il arrive de récupérer les objets et les rêves dérobés, si l'on a la chance de vivre plus longtemps que le voleur.

  • « Je m'appelle Zacharie, j'ai douze ans. Je vis seul avec ma mère qui est infirmière de nuit dans un hôpital. Dans mon quartier, il se passe de drôles de choses. J'ai peur pour ma mère. J'ai demandé l'aide de mon voisin de palier, Jacob. C'est mon meilleur ami. Il est tétraplégique. Il est très intelligent. Derrière la fenêtre, avec mes jumelles, j'espionne les locataires. C'est vrai qu'ils sont bizarres. Chaque jour, je raconte à Jacob tout ce qui se passe. Je lui demande des explications, il est très fort, il a réponse à tout. Pourtant, j'ai l'impression qu'il me cache quelque chose. Moi, ce qui me soucie, c'est ma mère. Pour elle, je suis prêt à faire n'importe quoi. »

  • C'est pour assister aux obsèques de son mari, Maurice, dont elle vivait séparée depuis dix ans, qu'Alix Desroches, accompagnée de sa fille Evelyne, arrive à Bruxelles en août 1996. Peu après, c'est l'enterrement de deux petites filles, enlevées, torturées, mortes de faim, drame qui a bouleversée la Belgique. Evelyne semble s'identifier à ces enfants, provoquant autour d'elle un malaise croissant.

  • - Qu'est-ce qu'il faut faire pour tomber enceinte ? - L'amour. - Tu m'en diras tant ! - Non, sérieux ! Faut s'envoyer en l'air le plus souvent et le plus fort possible. De nous voir jouir, ça les excite, les spermatos, ils se précipitent et bingo ! Avec la FIV, tu risques même une grossesse multiple. Mais c'est un full time job, je te signale. Est-ce que tu serais prête à renoncer au tien ? - Tu rigoles ? Je viens de signer un énorme contrat, pas question que je décroche... - Dans ce cas-là, c'est eux qui vont décrocher, c'est tes embryons. Ils vont se pointer. Ils vont inspecter les lieux, renifler : Berck ! Ça sent le compte d'exploitation, le retour sur investissement et les marges bénéficiaires à plein nez dans ce trou ! Et ils vont repartir en courant. Passer neuf mois dans le bureau d'un conseiller financier, merci bien, non merci !

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Nora triomphe dans la haute couture. Gérard mène brillamment sa carrière de négociateur international. Au milieu du tourbillon mondain et professionnel qui les emporte, ils cachent leur solitude et camouflent leurs chagrins. Nora et Gérard : deux êtres que l'existence a malmenés, qui ont réussi et raté, dont le parcours est si étrangement parallèle qu'on les croirait faits l'un pour l'autre. Vont-ils se rencontrer ? C'est une question de chance. Christine Arnothy porte sur ce thème apparemment simple un regard aigu qui en révèle toute la complexité. Avec l'humour qu'on lui connaît et une tendresse parfois déroutante, elle nous entraîne dans une histoire qui nous émeut car elle pourrait bien être la nôtre. Dans ce roman, on dit ce qu'on veut, on aime qui on veut et on casse l'hypocrisie. La vie est trop courte pour la passer à mentir.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Lorsqu'elle s'embarque avec Rose de Beauharnais pour la Martinique, en juillet 1788, Victoire de Carjac n'a que treize ans, et vient de perdre son père et sa mère dans une épidémie de choléra. Très vite, l'excitation de ce nouveau destin remplace son chagrin et ses inquiétudes. Douée de la même énergie obstinée que son aïeule Adélaïde, Victoire ignore encore qu'elle est habitée par la volonté de ne reculer devant rien, surtout pas devant son tuteur, Joseph La Bussandière, vieux négociant richissime et amateur pervers de toutes jeunes filles. Dissimulant sa révolte et son dégoût, Victoire saura faire plier l'arrogant vieillard qui croyait avoir maté sa jolie pupille. Et quand l'enthousiasme et la fureur révolutionnaires gagnent enfin les Antilles, et que le Club des Amis des Noirs menace directement la puissance des grands colons, Victoire, si jeune encore, verra son destin emporté dans les tempêtes de l'Histoire. Entre la guillotine et la magie Vaudou, entre Toussaint-Louverture et Louis XVII, miraculeusement échappé de prison, et pour qui elle connaîtra une passion fulgurante, la petite Victoire deviendra une femme. Avec Tempête sur les Isles, Josane Charpentier retrouve le charme exotique qui fit le succès de La dame des Isles, grâce à une héroïne résolue et sensuelle qui lia sa vie à ces isles où les cris de liberté, d'égalité et de fraternité soulevaient, dans le coeur de milliers d'hommes, une magnifique espérance.

  • Emprisonnée sous la Terreur, Delphine de Penthièvre refuse l'occasion qui lui est donnée de fuir les geôles de la République, et préfère monter sur l'échafaud. D'où vient cet acharnement à sa propre perte chez une femme dont la beauté ne compte plus les conquêtes ? De son enfance malheureuse auprès d'une mère qu'elle adore et qui ne l'aime pas ? De son mariage forcé avec un riche vieillard, qui meurt le soir même de ses noces ? Ou bien de son amour désespéré pour Hippolyte de Montferrat, le libertin, qu'elle n'hésite pas à suivre à Venise, où flamboient les passions fatales, le luxe et la débauche d'un monde attaché à sa propre destruction en ce crépuscule du XVIIIe siècle ? Avec ses personnages excessifs, émouvants jusque dans leur folie, avec ses fêtes baroques et somptueuses, qui ne masqueront plus longtemps l'esprit de révolte du peuple, c'est à la fatalité et à la démesure qu'invite Un amour de Delphine, à travers la pathétique destinée de son héroïne.

  • Vingt-deux ans et un père autoritaire, beaucoup d'imagination et peu d'intérêt dans la vie, poussent Louis à quitter la France et à s'engager comme fils au pair dans une riche famille texane. Un jeune rêveur imprudent a-t-il une chance de faire bon ménage avec le pays du dollar ? En tout cas, quelle aventure ! Apprendre le français à deux chenapans, tomber amoureux de la maîtresse de maison, se garder de la violence du mari-Barbe-Bleue qui règne en despote, jouer au poker avec la grand-mère, succomber aux charmes pervers de la fille... tout ça pour s'enfuir précipitamment de cette nouvelle vie où rien ne va plus. Cache-tampon est un roman rapide, cocasse, une cavalcade un peu folle et pleine de charme, que n'aurait pas reniée Raymond Queneau.

  • Pour échapper à une marâtre despotique, la toute jeune et timide Adélaïde accepte un mariage de convenance avec le fils d'un riche armateur de Nantes. Elle l'a à peine entrevu, il ne rêve que navires au long cours et îsles Sous-le-Vent. Qu'importe ! Épousée le matin, Adélaïde s'embarque le soir même pour la Martinique. Le coeur un peu serré, mais sans regrets et l'esprit résolu. Pour elle, la vraie vie commence, difficile et aventureuse, mais aussi fastueuse. Elle découvre tout à la fois l'amour et une île enchanteresse et dangereuse, dont un cyclone peut ruiner en quelques heures le travail de plusieurs années, une île qui, à la veille de la Révolution française, vit toujours sous le règne de l'esclavage.

  • Mathieu Ferran a des rêves plein la tête. Ils l'aident à supporter une vie de plus en plus contraignante. Tout va mal. Son mariage bat de l'aile, et sa situation de chef de publicité, qu'il croyait bien assise, s'effrite. Pourtant, il se donne du mal. Comme des milliers d'autres cadres, il doit se démener pour affronter une compétition féroce, et pour gagner davantage, afin de rivaliser avec le train de vie de son entourage. Mais, à force de se conformer à l'image que sa famille, sa femme et ses amis attendent de lui, il a perdu sa véritable personnalité. Dans le creux de la vague, son naturel reprend le dessus : le milieu surfait de la publicité l'irrite, l'argent ne l'intéresse plus guère et les mondanités l'assomment. Ses rêves le portent vers d'autres lieux. Pour Mathieu, c'est peut-être l'occasion de modifier le cours de son existence. Mais aura-t-il le courage de rompre avec le personnage qu'il s'était peu à peu composé, la volonté nécessaire pour se laisser guider par ses rêves ?

  • En ce printemps 1720, Marseille est une ville florissante, lorsque vient mouiller le Grand-Saint-Antoine, ses cargaisons emplies d'étoffes précieuses de Tripoli et d'épices de Smyrne. Plusieurs membres de l'équipage sont morts au cours de la traversée. Alors, en attendant que médecins et chirurgiens cessent de débattre des causes de ces décès, les intendants décident la quarantaine aux infirmeries du port. La surveillance se relâche, la ville confiante se sent vulnérable. Et commence, dans l'indifférence, la longue et mystérieuse incubation de la mort. Quand Marseille se réveille, elle ne comprend pas qu'elle est déjà condamnée. En quelques jours, la peste fera de la ville du monde la plus peuplée et la plus opulente un désert affreux d'horreur et de misère. Estelle, premier échevin de la ville, Maillard, capitaine des infirmeries, Tiran, intendant de la santé, Chataud, capitaine du Grand-Saint-Antoine, Mgr Belsunce, Lebret, président du parlement d'Aix, le chevalier Roze... tout le cortège des fonctionnaires et médecins officiels, tous ont véritablement existé. Ils côtoient harmonieusement les personnages de fiction, héros eux aussi de ce drame d'amour, d'angoisse, de mort et d'ultime espérance. Ils sont inoubliables : Simon, le timonier, Aimée, la première victime innocente, Auguste dont la mort ne veut pas, Rose et ses enfants, le marin Marius qui se fait fossoyeur pour expier un crime, le médecin Teysonnel qui accompagne, dans leur fuite éperdue, ceux qui ne veulent pas mourir. L'auteur a puisé les sources de cette étonnante chronique romanesque dans les archives départementales et nationales, s'appuyant sur l'Histoire, pour nous faire vivre la tragédie d'une ville abandonnée au désespoir.

  • Chargé, dans une moyenne entreprise, des tâches de routine, Marc Aubin est un cadre moyen, si moyen qu'il sera la première victime d'une compression d'effectif. Au lieu de consacrer ses loisirs forcés à la recherche d'un nouvel emploi, il perd son temps en vadrouilles et en distractions dérisoires. Un de ses anciens collègues, apitoyé par la déchéance qui guette, à son avis, l'un de ses pairs, lui propose de partir en Amérique du Sud pour le compte d'une société exportatrice de matériel de guerre. Au siège cossu de cette société, Marc Aubin accepte de promouvoir la vente d'un missile, le Condor, dans un pays imaginaire, mais plausible : l'Union Inca. Il y est victime d'accidents trop dissuasifs pour être fortuits. Ignoré par ses compatriotes, surveillé étroitement par les autorités locales, mêlé à de fumeuses machinations politiques, calculant fiévreusement les pots de vin qu'il doit prélever sur ses propres pourcentages, notre jobard aura le plus grand mal à traiter ses affaires entre deux leçons d'érotisme rustiques, que lui donne une jeune archéologue à l'aide des poteries archaïques incas. L'ambassadeur de France est bien distrait, l'attaché militaire plutôt religieusement pacifiste, le chef de la police locale officiellement comploteur, et le général en chef puérilement maladroit.

  • Façades de briques, fenêtres étroites, odeurs de chat et de friture, voilà toute l'enfance de Philippe Laurent. Quelques années plus tard Philippe Laurent-Vernet devient le financier le plus brillant de sa génération. Dominé par une énigme, le chemin parcouru par ce monstre froid, dévoré d'ambition, sera ponctué d'opérations spectaculaires, au cours desquelles il ne reculera jamais, allant jusqu'à détruire les êtres qui le gêneront. Qui est celui qu'on nomme PLV ? Pour quelle raison défie-t-il toutes les lois, réduit-il tous les hommes ? L'esprit de revanche sur ses origines et le goût insensé du pouvoir, ne peuvent tout expliquer de cette foudroyante ascension. Le charme personnel et l'intelligence ne fournissent qu'une réponse partielle. Partagé entre la haine et la souffrance, sait-il lui-même qui il est ? Sur le thème du pouvoir et de sa quête, Valérie Fert a écrit un roman d'initiation, où la densité psychologique devient le contrepoint nécessaire à la description d'un milieu, celui des financiers qu'elle se refuse à réduire à des hommes d'argent.

  • Un village du pays de Caux et une rue de Rouen perpétuent le nom de Ricarville, le héros du roman de Pierre Mania. L'histoire a retenu l'exploit de ce capitaine d'aventures qui, à la tête de cent trois soudards, prit d'assaut le château de Bouvreuil où la Pucelle, quelques mois plus tôt, avait attendu le supplice. En parcourant, avec Ricarville, les villes médiévales et les chemins raboteux de la Normandie, Pierre Mania nous plonge au coeur d'une tragédie vieille de cinq siècles : nous découvrons, grâce à son talent de conteur, les principaux acteurs de ce drame qui annonce la fin de la guerre de Cent Ans, les capitaines du parti français La Hire, Gilles de Ray, Xaintrailles, Bussac... mais aussi des témoins plus humbles, aventuriers et pillards, partisans bourguignons et ceux du roi Charles VII. Mais Le chevalier de l'espérance est aussi roman d'amour : cet étonnant amour qui colore l'aventure et magnifie l'exploit, témoignage de l'esprit de chevalerie qui survivait en Ricarville, le dernier des chevaliers.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Gilles, le fou de cinéma, est un homme heureux. Il s'est d'abord choisi un maître à penser, un maître à filmer, Tony, dont il est devenu « l'oeil » Une femme aussi, Chris. Désormais, il n'a plus qu'à se laisser vivre. Entre ces trois êtres, une complicité d'une rare qualité est née. Ils savent rire et rêver ensemble, comme s'ils étaient une seule personne à trois têtes. Mais qu'un jour l'un vienne à manquer et une faille se creuse. Une petite concession en amène une autre plus importante, et la vie entière sort de ses rails, s'en va à la dérive, nul n'y peut rien, même Chris. De Marseille à Téhéran, de l'Afrique noire à l'Australie, de Saint-Domingue à Istanbul, des États-Unis au Brésil, Anne-France Dautheville dépeint la vie passionnante d'un grand reporter qui devrait être un grand témoin. Sous des images violentes, tendres ou insolites, elle a dissimulé un itinéraire plus secret : celui d'un homme qui lentement perd son âme en se laissant entraîner par ce qu'il prend pour une éclatante réussite matérielle.

  • Malraux tous les jours, tel que l'a vu vivre et travailler celle qu'il appelle Brigitte dans les Anti-mémoires, celle qu'il voulait emmener avec lui au Bangladesh parce qu'elle s'était battue pour la liberté et qu'elle avait connu Ravensbrück. Brigitte Friang, journaliste, écrivain, raconte les jours clairs et les jours sombres de trente années de complicité.

  • Les Irlandais, tout le monde connaît. Cheveux roux, chansons, whisky et nobles sentiments. Ah, j'allais ou blier... bombes à vous fiche une sainte pétoche ! C'est clair, net et précis. Croyez-vous ? Demandez donc au Gorille pourquoi il envoyait son fils au massacre ! Pour y porter un "regard neuf" qu'il disait... Un beau micmac, oui. Mais chez qui ?

  • Les spécialistes d'Outre-Rhin ont mis au point une soucoupe de plongée ultra-sophistiquée. Exactement ce qu'il faut pour nos chercheurs à nous. La technologie allemande, vous pensez, c'est du solide. Autant dire que cela devrait marcher tout seul. Seulement voilà, y'a des grains de sable dans la belle machinerie. Le Gorille, pour qui un chat est un chat, appelle ça des cadavres. Et ce sera le rôle de son fils, Antoine Paquet, de plonger dans les eaux calmes des océanographes...

empty