Mots du libraire

  • à son image

    Jérôme Ferrari

    En stock

    Ajouter au panier

    On aime !

    Un jour d’été 2003, Antonia, une jeune photographe corse, prend la route depuis Calvi, pour rentrer chez elle. Durant ce trajet, elle meurt dans un accident. Quelques jours plus tard, c’est son parrain qui célèbre la messe de funérailles dans le village familial : un prêtre ébranlé et accablé par une tristesse qui fait vaciller sa foi. A travers ses souvenirs et ceux d’Antonia, plusieurs narrations émergent : le récit intime de leurs vies respectives, celui de la tendresse subtile qui les unissait; mais aussi l’histoire plus sombre de la guerre des Balkans, qui trouve un écho dans les luttes fratricides des indépendantistes corses. Ce sont toutes ces énergies, ces espoirs brisés, ces anges déchus, que le roman remet en lumière. L’écriture devient alors le miroir de ce que recherchait Antonia avec son art photographique : « rendre visible ce que personne ne voulait voir », et laisser une trace que même la mort ne saurait effacer…

     

    Jérôme Ferrari explore avec brio les affinités indicibles entre le réel et l’image, à travers des personnages d’une grande profondeur littéraire qui oscillent entre un désir de représentation qui les cadenasse, et celui d’une authenticité qui semble les fuir. En s'appuyant conjointement sur l’Histoire et la fiction il brosse un roman impressionant de maîtrise et de justesse.

  • Sortir du placard

    Rachel Corenblit

    En stock

    Ajouter au panier

    A lire absolument !

    En quelques mots, les certitudes de Rita basculent. Pourquoi ne regarde-t-elle pas les hommes ou n'éprouve-t-elle pas d'attirance pour eux ? Pour nous, lecteur·rices, la réponse est évidente mais tous·tes celleux qui se sont un jour posé·e·s la question savent que cela mérite un temps de réflexion et d'acceptation. Rita affronte alors le regard des autres et la réaction de ses proches dans la crainte d'être jugée tout en sachant qu'elle ne pourra pas aller contre ce qu'elle est. Un texte court (64 pages) qui aborde l'identité sexuelle d'une adolescente courageuse avec beaucoup d'humour. A partir de 15 ans.

  • A lire absolument !

    C'est quoi exactement le consentement ? Est-ce uniquement le droit de dire non à son ou sa petit·e ami·e ? Et bien non, justement ! Le consentement est une affaire qui concerne tous les sujets de la vie ; du choix d'une pizza ou d'un film à la pratique du sexe. Et ça s'apprend, comme tout le reste. Avec humour, ce guide t'explique comment respecter les envies des autres sans pour autant t'oublier et ainsi vivre mieux tous ensemble. Et si tu n'es pas prêt·e à aborder certains sujets, ne t'inquiète pas, l'auteur te prévient avant qu'ils arrivent. A partir de 14 ans.

  • Réflexion sur la culture de notre temps

    Qu'est-ce que la cancel culture venue des Etats-Unis ?  Il s'agit d'un courant de revendications qui prônent une nouvelle culture, incluant les minorités et "effaçant" le passé culturel occidental qui reposerait uniquement sur le patriarcat et la domination blanche. Si interroger nos valeurs et références culturelles est plus que légitime voir nécessaire, doit-on pour autant balayer le passé de manière uniforme ? La réponse de l'auteur est celle de retenir les véritables injustices révélées par la cancel culture mais en les associant à notre passé culturel. Il s'agit ainsi de compléter, de transformer notre héritage et non de le supprimer risquant alors un effacement de la mémoire qui permet toujours à l'extrême droite de revisiter l'histoire sous un angle violent et séparatiste. L'enjeu est de taille mais il faut veiller à ne pas se tromper de cible et générer en conséquence ce que l'on dénonce. Un sujet essentiel dans la construction de notre civilisation qui invite à repenser plusieurs paradigmes.

  • Au poil

    Sophie Adriansen

    En stock

    Ajouter au panier

    Coup de coeur

    Dur, dur d'être une femme ! Il faut bien s'habiller, avoir des formes mais pas trop non plus, se maquiller et bien sûr s'épiler. Attention, pas un poil ne doit dépasser ! On s'arme d'une pince, d'un rasoir, d'un épilateur électrique et l'esthéticienne devient notre meilleure amie pour avoir une peau de bébé. Oui, mais d'après qui ? Qui nous oblige à passer – ou perdre – du temps à essayer de ressembler aux mannequins des magazines ? N'agissons-nous pas simplement sous le joug de la société ? Dans ce roman, Salomé décide d'arrêter de s'épiler malgré l'insistance de sa mère ou les moqueries de ses camarades. Avec humour et détermination, elle parvient à s'affranchir des regards et remonte l'histoire d'une mode qui n'a jamais cessé d'évoluer. Qui sait, demain, le poil féminin sera peut-être à la pointe ? Ce que tu fais de ton corps est un choix pas une contrainte, mais devoir s'assumer en permanence face aux préjugés et à ceux qui représentent la « norme » est fatiguant. Certes Salomé est courageuse, mais ce qu'elle nous apprend surtout c'est d'être bien dans ses baskets. Le reste, on s'en fout. A partir de 13 ans.

  • Ni prince ni charmant

    Florence Medina

    En stock

    Ajouter au panier

    A lire absolument !

    Et si on te disait que ton ou ta meilleur·e ami·e n’est pas cellui que tu crois ? Un jour, on vient dire à Tristan que le sien est un monstre. Bien évidement, il se fâche d'apprendre que celui qu'il aime comme un frère est attaqué, mais quand le nombre d'accusations augmentent, un doute émerge et le temps de la confrontation vient. Le consentement est un sujet sensible et capital mais, comme tout apprentissage, il n’est pas inné. Il faut de la curiosité, de l'écoute et se remettre en question pour parvenir à comprendre l’autre et le traiter avec le même respect que l’on te doit. Un roman court mais percutant qui nous apprend que nous avons autant le droit de changer d'avis que d'amis. A partir de 15 ans.

  • Une pluie d'oiseaux

    Marielle Macé

    Une merveille

    Marielle Macé, est vraiment l'une des plus belles plumes françaises contemporaines, et ce magnifique hymne aux oiseaux en est une nouvelle illustration. Un texte dans lequel vous vous abandonnez avec bonheur à sa réflexion poétique, subtile, intelligente...

  • A lire absolument !

    Archibald Renard, libraire, n'aime rien d'autre qu'épousseter les étagères et ranger les livres. S'il apprécie cette vie tranquille, il regrette aussi de ne pas avoir vécu au moins une aventure. Ce qu'il ne sait pas, c'est que celle-ci vient de commencer... Son ami, Ferdinand Taupe est atteint de la terrible maladie de l'Oublie tout et est complètement perturbé : impossible de retrouver Maude, l'amour de sa vie ! Et tous ses souvenirs sont rassemblés dans un ouvrage qu'Archibald a vendu la veille. Ému par son histoire, le libraire accepte de l'accompagner pour un voyage chargé de nostalgie, de tendres rencontres et de vieilles rancœurs afin de reconstituer quelques fragments de sa mémoire. Au cœur d'un décor enchanteur et d'une quête pleine de poésie, Mickaël Brun-Arnaud aborde un sujet difficile qu'il transcende en une histoire d'amour et d'amitié inconditionnelle. Vivement le prochain tome ! A partir de 10 ans.

  • Le vestibule des lâches

    Manfred Kahn

    Coup de coeur

    De nombreux secrets et un trésor se cachent au cœur de ce paysage fait de montagnes dont la brume jamais ne se dissipe. Le calme de l’atmosphère cache ce qu’il y a de plus douloureux, de plus abominable. On ne parle pas ; on se contente de suivre les ordres de Charles, celui qui par son autorité implacable règne en maître sur toute la vallée. Lui désobéir est synonyme d’inconscience car cet homme n’est que violence ; sa femme Josepha peut en témoigner. L’arrivée de Victor met en péril cette organisation vieille de plusieurs années et ce dernier refuse simplement l’amitié de Charles qui, pour la première fois, perd le contrôle. Victor refuse d’écouter, de participer et encore moins de s’imposer. Lui qui a connu l’horreur se fiche bien des menaces ou même de la mort. Il n’est là que pour disparaître, se rapprocher au plus près des abîmes et fuir les loups qui le poursuivent jusque dans ses cauchemars. A celui qui encore respire est donné la chance de revenir à la vie. Josépha sera son souffle, peut-être le dernier... Inspiré de l’Enfer de Dante, ce huis-clos n’est autre qu’une longue chute abyssale où la vie et la mort se côtoient en permanence. Il revient sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et sur notre sidération face à la perte. . Ce roman noir est d'une profonde humanité.

  • Kate mène l'enquête t.1 ; le mystère de l'Arctique-Express

    Hannah Peck

    En stock

    Ajouter au panier

    Coup de coeur

    Kate, apprentie journaliste, embarque dans un train somptueux en direction de l’Arctique pour rejoindre sa mère partie faire une découverte scientifique stupéfiante. A bord se trouve des passagers adorables, aventuriers, mystérieux sauf la désagréable Madame Maude et sa teigne de chat. Bon, mis à part ça, le voyage promet d’être fantastique, du moins jusqu’à ce que des objets de valeurs disparaissent… Heureusement, Kate et sa fidèle souris sont capables de démasquer le voleur, ou plutôt la voleuse ! Dans une atmosphère qui nous rappelle Le Crime de l’Orient Express, embarque dans cette aventure pleine d’humour et de rebondissements. Un dénouement aussi inattendu que délirant t’apprendra qu’il ne faut jamais se fier aux apparence. A partir de 8 ans.

  • Scarlett & Browne t.1 : récit de leurs incroyables exploits et crimes

    Jonathan Stroud

    à lire absolument

    Un western post-apocalyptique porté par le duo Scarlett, héroïne badass qui n'a pas froid aux yeux, et Albert Brown, tout autant innocent et naif que sombrement inquiétant... Savoureux !

  • Le blues des phalènes

    Valentine Imhof

    A lire absolument !

    Lire ce roman pour partir à l’aventure. Lire ce roman pour se perdre dans les méandres d’esprits fuyants et rejetés par la société. Lire ce roman pour visiter des lieux inconnus ou abandonnés. Lire ce roman pour la magie des mots d’une autrice de talent spécialiste de la Littérature américaine et de Henry James. Lire ce roman, quelque en soit la raison, juste pour le plaisir de se laisser absorber, de s’oublier, d’ouvrir son monde à un autre univers. Un fin fil rouge bien emmêlé relie quatre personnages : Melton traverse l’ouest en toute discrétion, de villes fantômes en villes fantômes qu’il immortalise grâce à ses pinceaux. Peka a eu autant de noms que de vies. Sans jamais regarder en arrière, elle embrasse sa nouvelle identité avec autant de conviction qu’une actrice talentueuse. Nathan, surnommé étrangement « le fils de l’explosion » est prêt à tout pour se sauver de la maltraitance même si c’est pour vivre dans l’inconfort et la misère. Peu importe, tant qu’un cœur généreux sera là pour l’accompagner. Et enfin Arthur, vétéran d’une guerre qui ne l’aura pas épargnée et dont les images le hanteront jusqu’à la fin. Chaque vie à son histoire, sa fin, mais le temps semble arrêté, non nécessaire, comme figé depuis la destruction de Halifax qui a vue, avant Hiroshima, la plus grande explosion que la terre ait connue. Roman noir au temps de la prohibition, il décrit à la perfection la misère sur laquelle s’est bâtie les États-Unis.

  • Rien nous appartient

    Guillaume Guéraud

    A lire absolument !

    « J’aimerais juste que la planète ne tourne plus dans le mauvais sens. J’aimerais des éclairs et des courants d’air. J’aimerais que le bonheur soit contagieux. J’aimerais que mon père et mes potes puissent prendre des vacances à la montagne ou sous les cocotiers. J’aimerais que mes sœurs deviennent championnes olympiques de ski ou de catamaran. J’aimerais vivre en altitude. Planer dans une forêt. Entre les branches et les avalanches. J’aimerais cavaler sous l’orage. Ou glisser dans quelque chose de moelleux. Sur des pentes enneigées. J’aimerais avoir un chien avec qui je marcherais dans les broussailles et on franchirait les fossés en mordant les nuages. J’aimerais que ce soit simple. » Malik est un jeune homme ordinaire qui, en plus du questionnement dû à son âge, se bat tous les jours pour donner un sens à la misère qu’il voit tous les jours dans sa banlieue. Son quotidien : rire avec les potes, faire en sorte que la vie avec son père soit plus facile, devenir Robin des Bois et chiper des fraises Tagada pour les partager avec la belle Fatima ; la femme de sa vie. Comme tu peux le voir, il est loin du profil type du terroriste, de l’extrémiste ou même d’un anarchiste. Ne va pas croire qu’il n’a rien à se reprocher car ce qui le fait frissonner de plaisir, c’est de voler des portefeuilles. Mais quand la société n’offre aucun espoir de beaux lendemains, les valeurs morales s’en retrouvent affectées. Et c’est parce que Malik en a marre qu’il compte tout faire péter. Avec son style acéré qu’on aime tant, Guillaume Guéraud nous livre une des réalités du problème des banlieues : la violence qu’on y trouve n’est qu’une réponse désespérée à l’abandon. Ce roman est à mettre entre toutes les mains, surtout entre celles des plus aisé(e)s, en espérant que cela apporte une lueur de compréhension et de compassion. Après tout, les livres sont là pour libérer les consciences, non ?

  • Un petit homme

    Fiodor Sologoub

    Coup de coeur

    Dans une société où la place hiérarchique et les apparences importent, la situation de Saranine et intolérable car il est petit, vraiment petit ! En tout cas, bien plus petit que son impertinente de femme. C’est donc avec une absence totale de moralité qu’il a recours à un remède mystérieux vendu par le premier venu. Seul hic, il le boit malencontreusement… Fiodor Sologub, contemporain de Dostoïevski, est méconnu en France bien que référence incontournable du symbolisme dans la littérature russe et auteur d’une œuvre prolifique. Un petit homme est sans conteste la critique d’une société qui prône le fonctionnariat, poste d’un pouvoir tel qu’il aveugle et écrase les plus faibles, ainsi qu’une dénonciation de la place de la femme réduite à celle de faire-valoir ou encore des idées racistes en vigueur dans la Russie de son époque. Les éditions Tendance Négative, avec originalité et talent, transcendent le texte de Fiodor Sologoub en réduisant les pages alors que son personnage rêve de grandeur et, grâce à différentes polices et nuances, nous invitent à réfléchir sur l’immensément petit.

  • Aurais-je été résistant ou bourreau ?

    Pierre Bayard

    En stock

    Ajouter au panier

    Un éclairage précieux sur les mécanismes psychologiques face à la peur et l'engagement

    « Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens, si j'avais été Allemand ? » chante Goldman. Tel est l'enjeu du livre de P. Bayard qui explore les confins de la psychologie humaine face à un fort conflit éthique comme celui de devoir choisir un camp, décider d'agir ou non. Il rend compte à l'aune d'études en psychologie et de parcours de vie connus (Cordier, Gary..) des multiples motifs pour lesquels on emprunte telle ou telle voie. Loin de tout manichéisme, il démontre que « notre capacité à sortir du cadre » social ou idéologique dépend de nombreux facteurs, motivés par des éléments aussi bien extérieur qu'intime, sans que jamais on puisse les juger. Au regard des témoignages, la foi se révèle être une source précieuse pour dépasser la peur qui bien souvent nous paralyse malgré l'envie d'agir ou faire. Ce petit bijou d'écriture et d'intelligence nous invite avec bienveillance à penser « notre capacité à la désobéissance"...nécessaire

  • Pouet !

    Claire Garralon

    Coup de coeur

    Que t’arrive-t-il Michel ? Tous tes copains te disent « mouet » et tu leur réponds « pouet » ; c’est bizarre quand même ! Mais enfin, tu vas répondre, oui ! Quoique... tu as l’air malade… est-ce que tu aurais mangé quelque chose qui n’est pas passé ? Une réflexion écologique pleine d’humour pour nous rappeler que la mer n’est pas une poubelle. A partir de 3 ans

  • Mon corps qui change ; 50 conseils pour apprendre à s'aimer

    Marawa Ibrahim, Sinem Erkas

    Coup de cœur

    L’adolescence, on ne sait ni comment l’aborder ni comment la traverser en toute sérénité. Et c’est bien normal ! Comme nous sommes toutes différentes, nous la vivons chacune à notre manière. Mais, les filles, vous n’êtes pas seules car nous l’avons toutes connue et nous en sommes toutes sorties. Ce livre, à lire d’une traite ou selon les chapitres qui t’intéresse, décrit avec humour et bienveillance toutes les phases que tu pourras traverser, du développement de ton corps aux changements dans ton comportement. Pour l’écrire, l’auteure fait appel à ses souvenirs et nous confie tous ses plus petits secrets, surtout les plus embarrassants dont elle peut rire maintenant. A garder à portée de main en cas d’urgence !

  • La chamane de Lascaux

    Sophie Marvaud

    En stock

    Ajouter au panier

    A lire absolument !

    Vous êtes passionné(e) par la préhistoire ? Laissez-vous tenter par ce roman policier de Sophie Marvaud qui, grâce à sa passion pour la fiction et ses études d’Histoire, restitue aussi justement que possible la culture magdalénienne (ne manquez pas de lire les notes de l’auteure qui vous expliqueront comment elle a construit son texte et vous inciteront à en savoir plus sur cette phase du Paléolithique). L’histoire, la voici : Licorne-la-Puissante accompagne la famille des Quatre-Encoches partie explorer des terres lointaines en quête de trésors à échanger ou, si elle y est obligée, appuyer sa suprématie sur les autres clans. La fatigue du voyage et le poids des ans lui intiment de former un ou une successeur pour ne pas la laisser en reste après son décès. C’est tout naturellement qu’elle accepte la demande d’Iranie, déjà pourvue d’un don d’intuition exceptionnel. Étrangement, la jeune apprentie est retrouvée morte le lendemain… Accident ou meurtre ? Pour la chamane, cela ne fait aucun doute : le ou la coupable se trouve parmi eux. C’est avec prudence et sagesse qu’elle mène l’enquête, souvent interrompue par les difficultés diverses du quotidien ainsi que l’arrivée d’un autre chamane aux mœurs violentes et douteuses.  

  • La gueule-du-loup

    Eric Pessan

    Coup de coeur

    La veille du confinement, Jo, son frère et sa mère partent à la campagne, dans la maison des grands-parents maternels laissée à l’abandon depuis leur décès Un grand ménage s’impose, mais les fenêtres grandes ouvertes ne suffisent pas à évacuer l’odeur de poussière. La maison craque, les animaux sauvages mettent la pagaille… Une atmosphère lourde qui redouble le sentiment d’être surveillé et tourmenté en permanence, surtout lorsqu’ils découvrent un matin de la nourriture éparpillée partout dans la cuisine ou un doudou déchiqueté. Et à qui appartient cette voix qui provient du grenier ? Un fantôme ? Un intrus ? Une menace pèse sur toute la famille et Jo ne peut compter que sur sa rationalité pour la sauver des tourments du passé. Un peu d’angoisse pour apprendre deux leçons essentielles de la vie : 1. Le silence tue 2. Ton corps n’appartient qu’à toi. Voici le but du dernier roman d’Eric Pessan qui continue de nous enchanter avec son écriture envoûtante et pleine de sagesse.

  • Le papier peint jaune

    Charlotte Perkins Gilman

    A lire absolument !

    Texte féminisme majeur, Le Papier Peint Jaune (aussi connu sous le titre La Séquestrée aux éditions Libretto) écrit en 1891 évoque l’isolement recommandé par les médecins aux femmes victimes de dépression post-partum. Ici, c’est le mari qui emmène sa femme se reposer dans une maison de campagne où il l’installe dans la plus grande chambre avec pour consigne de rester totalement inactive. C’est en secret qu’elle écrit ses pensées et ne tarde pas à délirer sur le papier peint jaune qui semble contenir des secrets ; notamment celui d’une femme qui y serait emprisonnée. Nouvelle intense d’une femme sombrant peu à peu dans la folie, elle dénonce le machisme et le caractère abusif de ceux qui se considèrent tout-puissants. Cette superbe édition de pages non massicotées ajoute de la puissance au texte, révèle ce qui est caché, nous fait rentrer dans le livre comme la narratrice entre dans ce papier peint, devenant elle-même prisonnière et nous permet de faire entièrement corps avec le texte.

    Marilyn

  • Voyage au bout de l'enfance

    Rachid Benzine

    Daesh à hauteur d'enfant

    Ce récit du pire raconté par un enfant brutalement emmené en Syrie par ses parents nous plonge dans les méandres de la violence humaine et dans les confins de l'innocence enfantine. Fabien aime le football, jouer avec ses amis mais par-dessus tout la poésie. Apprendre des poèmes et les réciter à ses parents et surtout à son instituteur monsieur Tannier qui croit en son talent. Car il aime écrire aussi mais au lieu de dévoiler ses créations devant la classe il fut emporté loin de Sarcelles, loin de l'enfance. Fabien devient Farid. Ses parents convertis à l'islam veulent répandre la gloire d'Allah en s'engageant dans les troupes de Daesh. Après leur rêve religieux ,les désillusions mortifères. Mais le retour est impossible et les repentirs tardifs. Ils tentent alors de survivre dans un pays qui plonge de plus en plus dans les abysses de la mort et de la cruauté. Bien que la guerre le fasse grandir plus vite, Fabien reste malgré tout un enfant. Avec toute la simplicité et la spontanéité due à son âge, il joue et s'adapte à ce nouvel environnement si différent de celui de son école qui lui manque tant. Il nous raconte son quotidien d'horreur, d'abord avec une certaine innocence, ses remarques alors nous frappent comme une claque et soulèvent un grand nombre de questions qui restent en suspens. Mais Fabien est observateur, vient alors le temps où il mesure de plus en plus la violence et l'injustice. Malgré l'effroi, l'enfant aime toujours le foot et la poésie. Jusqu'au bout il espère que les mots puissent "soulager la peine des gens" mais leur poids semble bien faible face à celui de l'ignorance et de l'obscurantisme. De nouveau Rachid Benzine livre un texte à fleur de peau et d'une grande humanité. Le regard de l'enfant lui permet de raconter l'impensable en étant dénué de tout jugement, laissant ainsi libre cours à notre réflexion...Il allie délicatesse et puissance dans une narration qui nous emporte toujours instantanément.

    Mylène

  • Des poissons dans le désert : quand l'homme répare la nature

    Elizabeth Kolbert

    Pouvons nous encore agir pour le "bien" de la planète ?

    Après avoir démontrer que l'homme est la première espèce responsable de sa propre disparition, l'auteure rend compte ici de notre recherche de contrôle de la nature mais cette fois au nom de son sauvetage et non de sa destruction. Son enquête met en lumière de nombreux projets en cours de part le monde (la gestion du canal de Chicago, un travail sur l'ADN des crapauds buffles, l'intervention sur la reproduction des coraux ou encore la solidification du CO2 dans la terre) et soulève une importante question : ne devrions-nous pas investir dans une réelle transition et changer en profondeur nos comportements plutôt que de vouloir intervenir encore et encore ? Quelles vraies mesurent sont prêts à prendre nos politiques ? Ce livre à la fois érudit et pédagogique souligne le paradoxe dans lequel nous nous trouvons aujourd'hui : « la question, à ce stade, n'est plus de savoir si nous allons modifier la nature, mais à quelle fin. »

    Mylène

  • Une histoire de courage

    Voici une histoire de courage, une histoire d'hommes, une histoire de justice en plein coeur des Etats-Unis à la fin du XIXe siècle. Etat du Kentucky, comté de Simpson, dans la nuit du 21 janvier 1897 : un rassemblement du KKK se présente devant la maison de George Dinning un ancien esclave devenu propriétaire d'une modeste ferme. Ceux qui se présentent comme “ses amis” lui intiment fermement de quitter les lieux, sous peine de lourdes menaces sur lui et sa famille. Son refus se voit être l'objet de tirs sur sa maisonnée. Blessé il monte chercher son fusil et riposte. L'un des assaillants (issu d'une grande famille de fermiers blancs) est blessé à mort. S'en suivent de nombreux coups de feu, puis le silence, ils partent. George court se rendre auprès du shérif pour se livrer et témoigner. Le lendemain, sa famille part à son tour après que les voisins soient revenus pour tout brûler. Un procès est attenté, et si les membres du KKK se croient intouchables, la population elle soutient Dinning. Un éminent avocat, sensible à la cause raciale, prend sa défense. Après de nombreux mois de lutte et en dépit des témoignages malhonnêtes il sauve son client de la potence et de la prison et va même jusqu'à lui obtenir des indemnités. Chaque étape de ce procès – révélateur d'une Amérique encore en proie à ses démons quelques années après la guerre de Sécession- nous est relatée avec pertinence et verbe. Mais l'auteur analyse aussi l'environnement politique et social qui l'entoure afin de bien en saisir tous les enjeux. Il relaie le courage de ces hommes qui ont bravé les préjugés et les menaces au nom de la justice. Ce combat ne se remporta pas sans heurts mais cette victoire est celle de toute une communauté et dépasse les frontières de son Etat. Aujourd'hui encore les descendants de Dinning rendent hommage à la voie ouverte par leur aeuïl au nom de la dignité d'être, de la liberté et du respect d'autrui.

    Mylène

  • La famille souris cherche et trouve

    Kazuo Iwamura

    En stock

    Ajouter au panier

    Coup de coeur

    Un jeu collaboratif parfait pour les enfants qui commencent à jouer aux jeux de société. Pas de perdants, que des gagnants et tout le monde est content ! Avec en plus les magnifiques illustrations en provenance des albums de Kazuo Iwamura.

    Marilyn

empty